Co­derre contre Éner­gie Est

L'Informateur - - LA UNE - Ma­thias Mar­chal

«Le pro­jet Éner­gie Est n’ob­tient pas la note de pas­sage en ma­tière éco­no­mique, so­ciale et en­vi­ron­ne­men­tale, et en termes de sé­cu­ri­té pu­blique», a dé­cla­ré le 21 jan­vier le maire de Mon­tréal et pré­sident de la Com­mu­nau­té mé­tro­po­li­taine de Mon­tréal (CMM).

Même si le pro­jet de Trans-Ca­na­da est cen­sé sus­ci­ter des re­tom­bées fis­cales de 2 G$ sur 29 ans et la créa­tion de plus de 3 000 em­plois du­rant la phase de construc­tion, le maire Co­derre a sou­li­gné qu’un dé­ver­se­ment ma­jeur en­traî­ne­rait des coûts de dé­con­ta­mi­na­tion pou­vant al­ler jus­qu’à 10 G$.

Il a ajou­té que le pro­jet met­tait les prises d’eau po­table de la mé­tro­pole à risque et que l’en­tre­prise al­ber­taine n’avait tou­jours pas dé­po­sé de plan d’in­ter­ven­tion d’ur­gence pré­cis.

Ques­tion­née sur les né­go­cia­tions avec TransCa­na­da en vue des pos­sibles mo­di­fi­ca­tions au tra­cé du pi­pe­line dans l’est de l’île, la mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-des-Prai­ries-Pointe-aux-Trembles, Chan­tal Rou­leau a été ca­té­go­rique: «Nous n’avons pas d’in­té­rêt à pour­suivre dans ce sens. Ces né­go­cia­tions n’au­ront plus lieu en ce qui nous concerne. La seule fa­çon que TransCa­na­da pour­rait me faire chan­ger d’avis, se­rait d’être plus trans­pa­rent. Jus­qu’à main­te­nant nous avons eu très peu d’in­for­ma­tion au su­jet de ce pi­pe­line.»

Plu­sieurs re­pré­sen­tants de groupes éco­lo­gistes étaient pré­sents pour l’an­nonce de M. Co­derre. «C’est une très bonne nou­velle. On voyait bien lors des consul­ta­tions que la po­pu­la­tion est contre le pro­jet», a af­fir­mé Ste­ven Guil­beault, porte-¬pa­role d’Équi­terre, qui a fait va­loir que cette dé­ci­sion de la CMM contri­bue­rait à ra­len­tir les pro­jets d’ex­ploi­ta­tion des sables bi­tu­mi­neux, une source de pé­trole par­ti­cu­liè­re­ment pol­luante.

Un pro­jet im­por­tant

Mais l’As­so­cia­tion in­dus­trielle de l’est de Mon­tréal (AIEM) dé­fend le pro­jet. «Nous pou­vons com­prendre qu’il y ait des craintes, mais nous sommes confiants que TransCa­na­da trou­ve­ra un moyen de ras­su­rer les po­pu­la­tions lo­cales et de s’as­seoir avec elles afin de di­mi­nuer les risques as­so­ciés à ce pro­jet, af­firme Di­mi­tri Tsin­ga­kis, di­rec­teur de l’AIEM. La construc­tion de ce pi­pe­line créé un cli­mat pro­pice aux in­ves­tis­se­ments en plus de per­mettre à nos raf­fi­ne­ries de s’ap­pro­vi­sion­ner en pé­trole ca­na­dien plus éco­no­mique que ce­lui en pro­ve­nance d’autres pays.»

Par com­mu­ni­qué, TransCa­na­da a de son cô­té in­di­qué qu’elle conti­nue­rait à «écou­ter les élus et les autres par­ties pre­nantes par­tout au Qué­bec, puisque nous pre­nons leurs pré­oc­cu­pa­tions au sé­rieux».

La po­si­tion de la CMM se­ra pré­sen­tée au cours des consul­ta­tions fu­tures aux éche­lons pro­vin­cial (BAPE) et fé­dé­ral, de­vant l’Of­fice na­tio­nal de l’éner­gie qui au­ra le der­nier mot face à ce pro­jet de pi­pe­line qui per­met­trait de trans­por­ter 1,1 mil­lion de ba­rils par jour entre l’ouest et l’est ca­na­dien.

En col­la­bo­ra­tion avec Sa­man­tha Ve­lan­dia

(Ar­chives TC Me­dia)

De­nis Co­derre s’est pro­non­cé contre l’oléo­duc Éner­gie-Est de Trans-Ca­na­da.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.