L’hu­main au coeur du bé­né­vo­lat

L'Informateur - - PETITES ANNONCES CLASSÉES - Co­rinne Co­lon, Centre d’ac­tion bé­né­vole de Ri­vière-des-Prai­ries, Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Pierre- Sa­lah Vincent, ori­gi­naire de Pé­tion­ville en Haï­ti, est un bé­né­vole qui a tou­jours pla­cé l’hu­main au centre de ses ac­tions. « C’est pro­ba­ble­ment ma for­ma­tion aca­dé­mique chez les pères sa­lé­siens de Pé­tion­ville qui m’a sen­si­bi­li­sé à mettre la per­sonne, par­ti­cu­liè­re­ment les jeunes, au coeur du dé­ve­lop­pe­ment social. »

Dé­jà, lors­qu’il vi­vait sur cette île qu’on sur­nom­mait ja­dis « La Perle des An­tilles », Pierre a vou­lu faire une dif­fé­rence dans sa com­mu­nau­té en ai­dant les en­fants des rues, « ces en­fants dont per­sonne ne veut». Cons­ta­tant le manque d’ef­fi­ca­ci­té dans les ac­tions po­sées par le gou­ver­ne­ment et les divers or­ga­nismes com­mu­nau­taires, il a créé avec des amis, en 1995, l’or­ga­nisme G.R.A.E.R., soit le Groupe de Ré­flexion et d’Ac­tion pour les En­fants des Rues. L’or­ga­nisme avait pour mis­sion d’of­frir une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle com­mune à tous les in­ter­ve­nants-ter­rain dans le but de mi­ni­mi­ser la dis­pa­ri­té entre les pra­tiques et maxi­mi­ser les ré­per­cus­sions positives des di­verses in­ter­ven­tions. C’est ain­si qu’à 25 ans, Pierre s’est re­trou­vé à la tête du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de cet or­ga­nisme et a me­né l’opé­ra­tion avec brio du­rant près de 5 ans.

De Kon­bit à co­mi­té

En Haï­ti, Pierre par­ti­ci­pait dans sa jeu­nesse au Kon­bit, une ac­ti­vi­té ras­sem­bleuse qui consiste à ré­col­ter les pro­duits agri­coles sur une terre fa­mi­liale. « Au moins une fois l’an, nous al­lions en fa­mille dans une lo­ca­li­té ap­pe­lée Desdunes, près de la ville des Go­naïves où est née ma grand-mère ma­ter­nelle pour ai­der à la ré­colte sur la terre fa­mi­liale. Les gens du voi­si­nage se joi­gnaient spon­ta­né­ment au mou­ve­ment et ce­la se trans­for­mait sou­vent en une par­tie de plai­sir! Les femmes se ras­sem­blaient pour pré­pa­rer un re­pas com­mu­nau­taire. C’était très agréable, ce sont de beaux sou­ve­nirs. »

Une fois ar­ri­vé au Qué­bec, en 2008, Pierre a vou­lu re­trou­ver ce même es­prit d’en­traide col­lec­tive na­tu­relle. « Dès mon ar­ri­vée, je me suis ins­crit au centre d’ac­tion bé­né­vole parce que je vou­lais ai­der les gens, me sen­tir utile et avoir un ré­seau de sou­tien. Aus­si, j’aime le con­tact hu­main.» Consé­quem­ment, son par­cours en tant que bé­né­vole s’est tis­sé au­tour des ser­vices aux in­di­vi­dus. Il a fait de l’aide à do­mi­cile chez des per­sonnes âgées, par­ti­ci­pé à la cli­nique de vac­ci­na­tion du CLSC, rem­pli les for­mu­laires du­rant la cli­nique d’im­pôts et sié­gé sur le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du CAB RDP.

Puis, en juillet 2010, il s’est vo­lon­tai­re­ment joint au co­mi­té de membres fon­da­teurs de la co­opé­ra­tive d’ha­bi­ta­tion Le cou­rant du quar­tier, nou­vel­le­ment bâ­tie à Ri­vière-des-Prai­ries. L’iso­le­ment social de cer­taines per­sonnes, sur­tout dans une so­cié­té comme la nôtre, est quelque chose qui le trou­blait per­son­nel­le­ment. « En Haï­ti, le vivre en­semble, l’en­traide, l’aide au pro­chain sont des va­leurs mises de l’avant et trans­mises à tous. Ici, je re­nie le dé­lais­se­ment des per­sonnes, leur aban­don. » C’est ain­si, mo­ti­vé par ce dé­sir de vivre dans une so­cié­té in­clu­sive, qu’il s’est im­pli­qué à fond dans toutes les étapes de réa­li­sa­tion de ce pro­jet d’ha­bi­ta­tion. Cet homme dy­na­mique de 51 ans siège main­te­nant au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la co­opé­ra­tive et en est un fier co­pro­prié­taire.

Entre la pro­vince et l’île, l’union fait la force

Contrai­re­ment au Qué­bec, le bé­né­vo­lat en Haï­ti re­lève da­van­tage d’ini­tia­tives in­di­vi­duelles et se fait de fa­çon of­fi­cieuse. « Là-bas c’est lorsque tu te sens in­di­vi­duel­le­ment in­ter­pel­lé que tu vas vers l’autre. Ici, le bé­né­vo­lat est ins­ti­tu­tion­na­li­sé et pu­bli­que­ment va­lo­ri­sé. » C’est d’ailleurs ce ré­flexe de prise en charge col­lec­tive d’un pro­blème social que Pierre ai­me­rait re­tour­ner im­plan­ter en Haï­ti. Se­lon lui, l’en­ga­ge­ment ci­toyen per­met la concré­ti­sa­tion de pro­jets du­rables et bé­né­fiques à la com­mu­nau­té et il en a eu la preuve. « Quand on est plu­sieurs à mettre la main à la pâte, la tâche est tou­jours plus fa­cile à ac­com­plir. L’union fait la force!» Il ne reste plus qu’à lui sou­hai­ter bonne chance dans ses pro­jets! Le mois pro­chain, nous ver­rons com­ment le bé­né­vo­lat se vit en Bel­gique, avec Ju­liette, qui a re­çu de mul­tiples men­tions de re­con­nais­sance de­puis les dé­buts de son im­pli­ca­tion dans le quar­tier il y a de ce­la 10 ans. C’est un ren­dez-vous!

(Col­la­bo­ra­tion spé­ciale)

Pierre-Sa­lah Vincent de Pé­tion­ville en Haï­ti, s’en­gage comme bé­né­vole de­puis son ar­ri­vée au Qué­bec en 2008.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.