Fu­sion des PDQ, bas­sin olym­pique, taxes, centre de jour: les pré­ci­sions de Chan­tal Rou­leau

L'Informateur - - LA UNE - Ro­main.schue@ tc.tc

Alors que Chan­tal Rou­leau vise un troi­sième man­dat à la tête de RDP-PAT, la mai­resse fait le point sur dif­fé­rents en­jeux: fu­sion des PDQ 39 et 45, ins­tal­la­tion re­tar­dée d’un bas­sin olym­pique, trans­fert du centre de jour du CLSC, une taxe ju­gée in­juste par des or­ga­nismes com­mu­nau­taires. L’élue ap­porte des pré­ci­sions et pro­met éga­le­ment, pro­chai­ne­ment, «des an­nonces» au su­jet de la re­vi­ta­li­sa­tion du bou­le­vard Gouin.

Alors qu’une fu­sion des Postes de quar­tier de Ri­vière-des-Prai­ries et Pointe-auxT­rembles sem­blait ac­tée mais qu’une date n’a en­core été évo­quée, Mme Rou­leau compte «s’op­po­ser» à ce pro­jet si elle n’ob­tient pas dif­fé­rentes ga­ran­ties. «J’ai ren­con­tré le chef de la po­lice mi-fé­vrier. Au­jourd’hui, je n’ai au­cune ga­ran­tie avec ce pro­jet de fu­sion. Je veux que l’on tra­vaille avec nous et les lea­ders des or­ga­nismes com­mu­nau­taires à ce su­jet. Je n’ac­cep­te­rais au­cune fu­sion tant que je n’au­rais pas la cer­ti­tude que l’on au­ra la meilleure cou­ver­ture pos­sible, ou, au mi­ni­mum, la même qu’ac­tuel­le­ment, pour nos ci­toyens.» «À eux de dé­mon­trer que ce­la se­rait une plus-va­lue pour notre ter­ri­toire. Si­non, c’est non. Je m’op­po­se­rais à cette éven­tuelle re­struc­tu­ra­tion.»

Ar­ri­vée d’un bas­sin olym­pique: «En 2017 au plus tard»

En­vi­sa­gée pour l’été 2015 mais re­pous­sée en rai­son d’un pro­blème de créances entre l’en­tre­pre­neur, la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de na­ta­tion et la Ville, la mise en place du bas­sin olym­pique qui a ac­cueilli les cham­pion­nats du monde en 2014 au parc JeanD­ra­peau se­ra ef­fec­tive «au plus tard pour l’été 2017» au parc Hans-Se­lye.

«Si tout va bien, elle se­ra même fonc­tion­nelle à la fin de l’été 2016. On a été pris en otage du­rant tout ce temps, mais tout est ré­glé. Les tra­vaux d’amé­na­ge­ment du ter­rain dé­bu­te­ront au prin­temps, un ap­pel d’offres va être lan­cé.»

Taxe coû­teuse pour les or­ga­nismes com­mu­nau­taires: «Des dis­cus­sions se font»

Fin fé­vrier, L’Art-Ri­vé et le Centre des femmes de RDP criaient à l’in­juste en rai­son d’une taxe sur les im­meubles non ré­si­den­tiels que leurs pro­prié­taires les obligent à payer, à hau­teur d’en­vi­ron 10 000 $ par an. Une taxe que ne su­bissent pas les or­ga­nismes com­mu­nau­taires lo­gés par la Ville ou ceux pro­prié­taires de leurs lo­caux. Si elle re­con­naît une in­quié­tude, Chan­tal Rou­leau ne s’en­gage pas dans ce dos­sier mu­ni­ci­pal, sen­sible, qui touche 469 or­ga­nismes dans l’en­semble de l’île.

«Je suis très sen­sible à cette ques­tion. Mais c’est un dos­sier com­plexe. Il n’y a pas d’ar­gent sup­plé­men­taire pour dire: «on dé­gage ces taxes». Ce n’est pas aus­si simple. Des dis­cus­sions se font, mais je ne peux pas m’en­ga­ger. Des or­ga­nismes ont fait des choix, plu­sieurs sont al­lés dans des ins­tal­la­tions mu­ni­ci­pales (et ne payent pas cette taxe). Oui, c’est un sou­ci, le con­seil est conscient de l’ap­port de ces or­ga­nismes-là. Une sub­ven­tion amoin­drit dé­jà leur charge. Peut-être pour­ront les ac­cueillir dans la fu­ture Mai­son de la culture. Mais pour l’ins­tant, ils ne nous ont fait au­cune de­mande pour être lo­gés.»

Trans­fert du Centre de jour du CLSC: «Triste»

Après la grogne des usa­gers et des ci­toyens prai­ri­vois ma­té­ria­li­sée par plu­sieurs pé­ti­tions pour s’op­po­ser au trans­fert du Centre de jour du CLSC au centre d’hébergement Pierre-Jo­seph-Triest à An­jou ef­fec­tif de­puis mi-fé­vrier, la mai­resse ne sou­haite pas in­ter­fé­rer dans ce dos­sier pro­vin­cial.

«Qu’une ac­ti­vi­té soit dé­pla­cée, je trouve ce­la triste. Je pré­fé­re­rai que le bâ­ti­ment ré­ponde au be­soin, mais cette dé­ci­sion re­vient au gou­ver­ne­ment (du Qué­bec). Ce n’est pas une dé­ci­sion mu­ni­ci­pale. C’est le dé­pu­té lo­cal (Marc Tan­guay) qui de­vrait exer­cer des pres­sions pour faire chan­ger les choses, s’il consi­dère que ce­la doit chan­ger. Je com­prends que des gens soient sou­cieux, je sym­pa­thise, mais le CLSC ne ferme pas. L’ac­ti­vi­té de­meure, mais elle est dé­pla­cée. Si elle avait été cou­pée, je se­rais mon­tée aux bar­ri­cades.

(Pho­to Ro­main Schué - TC Me­dia)

Des représentantes d'or­ga­nismes de RDP dé­noncent une taxe qu'elles qua­li­fient d'in­juste.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.