Une pro­prié­té à l’étran­ger

L'Informateur - - PE­TITES AN­NONCES CLAS­SÉES -

L’idée d’avoir un pied à terre à l’étran­ger sé­duit beau­coup de voya­geurs et d’in­ves­tis­seurs, qui sou­haitent ain­si épar­gner sur les frais de lo­ca­tion d’une mai­son, d’une villa ou d’un condo. Si vous pas­sez plu­sieurs se­maines par an­née dans une contrée éloi­gnée, il est en ef­fet pro­bable que l’achat d’une pro­prié­té soit avan­ta­geux. Bonne nou­velle : règle gé­né­rale, nul be­soin d’être le ci­toyen d’un pays pour y ac­qué­rir une pro­prié­té. Mais at­ten­tion : l’achat im­mo­bi­lier à l’étran­ger com­porte cer­tains risques.

Le mar­ché im­mo­bi­lier est dif­fé­rent dans chaque pays et peut se dis­tin­guer d’une ré­gion à l’autre à l’in­té­rieur d’un même ter­ri­toire. Avant toute chose, ren­sei­gnez-vous donc sur les lois en vi­gueur. Il est d’ailleurs re­com­man­dé d’ob­te­nir les ser­vices d’un no­taire ou d’un avo­cat qui ré­side sur place pour connaître toutes les par­ti­cu­la­ri­tés concer­nant les offres

Le Web ouvre la porte à toutes sortes de fraudes, et l’im­mo­bi­lier n’y échappe pas. Ain­si, si vous dé­ni­chez la villa de vos rêves sur In­ter­net et que plu­sieurs pho­tos ac­com­pagnent le des­crip­tif, n’ache­tez pas la pro­prié­té sans l’avoir vue en per­sonne, et ce, même si elle est ven­due par l’in­ter­mé­diaire d’un cour­tier im­mo­bi­lier. Soyez pru­dent et, sur­tout, n’en­voyez ja­mais d’argent avant d’avoir sou­mis votre pro­jet à l’exa­men d’un no­taire ou d’un avo­cat. d’achat, les contrats de vente et les titres de pro­prié­té. Plus en­core, faites af­faire avec un conseiller spé­cia­li­sé en fis­ca­li­té qui pour­ra vous ren­sei­gner sur votre im­pli­ca­tion ju­ri­dique en ce qui concerne l’im­pôt et les taxes. Sa­chez que cer­tains pays dis­posent de conven­tions et d’ac­cords si­gnés qui al­lègent le far­deau fis­cal des in­ves­tis­seurs étran­gers. Bref, peu im­porte la va­leur de la pro­prié­té convoi­tée, en­tou­rez-vous d’une équipe d’ex­perts che­vron­nés.

En ma­tière d’argent, at­ten­dez-vous à dé­bour­ser une mise de fonds im­por­tante. Par exemple, il n’est pas rare qu’une ins­ti­tu­tion fi­nan­cière lo­cale exige jus­qu’à 40 % d’in­ves­tis­se­ment de votre part pour l’ob­ten­tion d’un prêt hy­po­thé­caire. Par ailleurs, celle-ci peut choi­sir de vous oc­troyer un prêt per­son­nel à condi­tion que vous ac­cep­tiez de mettre votre ré­si­dence prin­ci­pale en ga­ran­tie. En­fin, cer­taines ins­ti­tu­tions fi­nan­cières im­po­se­ront votre adhé­sion à d’autres ser­vices ban­caires (compte d’épargne, as­su­rances, etc.) afin d’éta­blir avec vous une re­la­tion à long terme qui ira au-de­là de l’em­prunt hy­po­thé­caire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.