Ai­der sa com­mu­nau­té, un jeune à la fois

L'Informateur - - NOUVELLES - JEAN NUMA GOUDOU

Le soir, après sa jour­née de tra­vail, Al Mac Clain Se­nat ar­pente Ri­vière-desP­rai­ries en tant que tra­vailleur de rue pour ai­der de nom­breux jeunes à ne pas prendre le mau­vais che­min. Por­trait d’un homme pro­fon­dé­ment at­ta­ché à sa com­mu­nau­té.

« J’ai gran­di à Ri­vière- des- Prai­ries à un mo­ment [1998-2000] où il y avait des gangs de rue en émer­gence dans le quar­tier. J’ai vu l’im­pact né­faste que ce­la a eu sur ma com­mu­nau­té», se sou­vient ce­lui qui co­or­donne un groupe de trois in­ter­ve­nants de Équipe RDP, or­ga­nisme qui tente de ma­ter une re­cru­des­cence ré­cente de la dé­lin­quance. Al Mac Clain Se­nat ra­conte son his­toire. «Je viens d’une fa­mille équi­li­brée. Deux pa­rents pro­fes­sion­nels. Je suis chan­ceux, l’un des rares.»

Au­jourd’hui, l’homme de 33 ans a un em­ploi à temps plein, de jour. Mais après sa jour­née de tra­vail, ani­mé par une vo­lon­té d’ai­der les jeunes, il sillonne les parcs et les rues de RDP, in­ter­pel­lant avec tact des ados aux ac­tions et com­por­te­ments anor­maux. Ces jeunes, il les com­prend. «Oui, j’ai été comme plu­sieurs jeunes, j’ai fait de la pe­tite dé­lin­quance. Il faut que jeu­nesse ar­rive. Tu com­mets des pe­tits mé­faits par ci par là, de la dé­lin­quance ju­vé­nile comme les trois quarts des jeunes. Tu prends une bière sur un parc, oui. Tu vas consom­mer, peut- être, cer­taines drogues, oui. Mais c’est de la dé­lin­quance par la­quelle la ma­jo­ri­té des jeunes vont pas­ser. Mais ça ne veut pas dire que tu es obli­gé de tom­ber.»

Pour lui, il faut ai­der les jeunes à évi­ter un par­cours qui pour­rait les me­ner à la cri­mi­na­li­sa­tion et l’in­ca­cé­ra­tion, consé­quences pos­sibles d’un «sys­tème in­juste».

«QUES­TION DE GÉ­NÉ­RA­TION»

Plus d’une soixan­taine de mé­faits ont été re­cen­sés à RDP de sep­tembre 2015 à mars der­nier, se­lon le Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal.

Pour Al Mac Clain Se­nat, cette mon­tée de la dé­lin­quance dans le quar­tier est in­ti­me­ment liée à une ques­tion de gé­né­ra­tion.

«Chaque pé­riode, de trois ans, char­rie son lot de dé­lin­quants, ce­la vient par vague. » , af­firme le co­or­don­na­teur des in­ter­ve­nants de Équipe RDP.

M. Se­nat a une vi­sion très ar­rê­tée sur les rai­sons qui ex­pliquent cette si­tua­tion chez les jeunes im­mi­grants du quar­tier: manque d’in­clu­sion, ra­cisme, dis­cri­mi­na­tion, pres­sion so­ciale et mé­dia­tique, entre autres

«J’au­rais pu tom­ber dans le cercle, dit-il, en lais­sant la pres­sion so­ciale et mé­dia­tique me dire: « tu sais quoi, la so­cié­té me donne une éti­quette, je vais la prendre avec fier­té ». Mais at­ten­tion, c’est ce que j’ap­pelle une fausse fier­té.»

Al Mac Clain Sé­nat prône au­près des ado­les­cents de sa «com­mu­nau­té» une forte par­ti­ci­pa­tion à la vie ac­tive. Il faut cher­cher du tra­vail, même si c’est dif­fi­cile d’en trou­ver.

« Cer­tains se­ront cais­siers, d’autres, avo­cats, dit-il. Moi je me lève tous les ma­tins en me di­sant que je vais tra­vailler pour ma com­mu­nau­té.»

POR­TRAIT. Moi je me lève tous les ma­tins en me di­sant que je vais tra­vailler pour ma com­mu­nau­té.» Al Mac Clain Se­nat

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.