Cinq conseils pour éco­no­mi­ser du car­bu­rant cet été

L'Informateur - - LE GUIDE DE L'AUTO -

L’été est en­fin ar­ri­vé après un hi­ver, il faut bien l’avouer, re­la­ti­ve­ment doux. Mais peu im­porte que l’hi­ver soit pé­nible ou non, nous sommes tou­jours bien heu­reux de re­trou­ver les chauds rayons du so­leil.

Qui dit été dit no­tam­ment va­cances. Contrai­re­ment à l’hi­ver où nous sommes plus por­tés à prendre l’avion pour nous éloi­gner le plus pos­sible du froid, les dé­pla­ce­ments lors de nos congés es­ti­vaux se font plus sou­vent en voi­ture. Bien qu’il soit plus fa­cile d’éco­no­mi­ser du car­bu­rant lors de nos dé­pla­ce­ments en été qu’en hi­ver, il y a tout de même quelques bonnes pra­tiques que nous pou­vons adop­ter afin de ré­duire notre fac­ture d’es­sence lors de nos road trips d’été!

BIEN UTI­LI­SER LE SYS­TÈME DE CLI­MA­TI­SA­TION

Nous connais­sons tous une per­sonne qui aime conduire avec le toit ou­vrant ou­vert, les fe­nêtres bais­sées et la cli­ma­ti­sa­tion au maxi­mum. Évi­dem­ment, ce n’est pas la stra­té­gie idéale pour ré­duire notre consom­ma­tion de car­bu­rant. En contre­par­tie, il fait chaud l’été, et il faut bien à un mo­ment ou l’autre faire ap­pel à la cli­ma­ti­sa­tion de notre voi­ture. La clé, bien évi­dem­ment, est de l’uti­li­ser ef­fi­ca­ce­ment.

En ville, bais­ser les fe­nêtres afin de ra­frai­chir l’ha­bi­tacle per­met­tra d’être confor­table sans consom­mer de car­bu­rant in­uti­le­ment. Par contre, sur l’au­to­route, le fait de bais­ser les vitres aug­mente le co­ef­fi­cient de trai­née et par le fait même la consom­ma­tion. Donc, si nous vou­lons adop­ter une conduite plus éco­no­mique, il vaut mieux fer­mer les fe­nêtres à plus de 100 km/h et ac­ti­ver la cli­ma­ti­sa­tion tan­dis qu’en ville, on fait le contraire.

RE­TI­REZ LES AC­CES­SOIRES S’ILS NE SERVENT PAS

La consom­ma­tion de car­bu­rant aug­men­te­ra si l’aé­ro­dy­na­misme de notre vé­hi­cule di­mi­nue. Les ac­ces­soires es­ti­vaux comme la boîte de toit, les sup­ports à vé­lo, et portes-équi­pe­ment de tous genres aug­mentent la trai­née de notre vé­hi­cule et contri­buent alors in­va­ria­ble­ment à aug­men­ter la consom­ma­tion.

Il est éga­le­ment sage de ré­duire le poids de notre vé­hi­cule en re­ti­rant l’équi­pe­ment comme les sacs de golf que nous pou­vons par­fois lais­ser trai­ner dans le coffre entre deux par­ties, ou en­core les ou­tils que nous uti­li­sons pour les tra­vaux ex­té­rieurs.

NE NÉGLIGEZ PAS VOS PNEUS

Les pneus ont ten­dance à être né­gli­gés en été. Contrai­re­ment à l’hi­ver où la plu­part des au­to­mo­bi­listes connaissent l’im­por­tance d’avoir une pneu­ma­tique adap­tée aux routes gla­cées et en­nei­gées, l’été n’en­gendre pas le même ni­veau de pré­cau­tions.

C’est pour­quoi cer­tains rou­le­ront sur des pneus usés ou mal gon­flés. Prendre le temps de vé­ri­fier la pres­sion de nos pneus sur une base ré­gu­lière est im­por­tant et évite que nous rou­lions avec pneus sous-gon­flés qui mè­ne­ront à une consom­ma­tion ex­ces­sive puisque ce­la aug­men­te­ra la sur­face de contact avec le sol, gé­né­rant da­van­tage de ré­sis­tance. Si vous de­vez rem­pla­cer vos pneus, vous pou­vez op­ter pour des pneus conçus pour ré­duire la fric­tion et ain­si amé­lio­rer l’éco­no­mie de car­bu­rant.

L’IM­POR­TANCE DE L’EN­TRE­TIEN

Lorsque nous quit­tons la mai­son pour une longue ran­don­née en voi­ture, il est tou­jours conseillé d’ef­fec­tuer un en­tre­tien com­plet, ou à tout le moins une ins­pec­tion, afin de s’as­su­rer que la voi­ture est en ordre. S’il y a des pro­blèmes mé­ca­niques, il vaut mieux ef­fec­tuer les ré­pa­ra­tions né­ces­saires avant de par­tir afin de s’as­su­rer que notre mo­teur et autres com­po­santes im­por­tantes soient en me­sure de fonc­tion­ner de ma­nière op­ti­male.

LES BONNES PRA­TIQUES DE BASE

Peu im­porte s’il fait chaud ou froid à l’ex­té­rieur, les bonnes pra­tiques de base, par exemple suivre les li­mites de vi­tesse, ne pas freiner brus­que­ment, s’as­su­rer de tou­jours uti­li­ser le plus haut rap­port de notre boîte de trans­mis­sion et ac­cé­lé­rer de fa­çon li­néaire, per­met­tront de ré­duire notre consom­ma­tion.

Même si nous avons l’im­pres­sion d’al­ler beau­coup plus vite en condui­sant à 115 km/h qu’à 100 km/h, la réa­li­té est que nous n’éco­no­mi­sons que quelques mi­nutes. En contre­par­tie, notre consom­ma­tion grimpe d’un cran. J’ai pu consta­ter cette réa­li­té lors de la der­nière éco­ran­don­née de l’As­so­cia­tion des jour­na­listes au­to­mo­biles du Ca­na­da. J’ai par­cou­ru une dis­tance d’en­vi­ron 60 ki­lo­mètres à 115 km/h (plus ou moins) tan­dis qu’un col­lègue avec le même modèle a conser­vé une vi­tesse moyenne d’en­vi­ron 100 km/h.

Il est ar­ri­vé à des­ti­na­tion quelques mi­nutes après moi, et sa consom­ma­tion se chif­frait à 7,8 litres aux 100 ki­lo­mètres tan­dis que la mienne, en­core une fois avec un vé­hi­cule iden­tique, était de 8,8 litres aux 100 ki­lo­mètres. La dif­fé­rence n’est pas énorme, mais il y en a une.

Il ne reste qu’à vous sou­hai­ter de très belles va­cances! Source: Eco­loAu­to.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.