Pre­mière au Ca­na­da : une pro­thèse com­plète de la hanche réa­li­sée en un jour

L'Informateur - - LA UNE - SAMANTHA VELANDIA samantha.velandia@tc.tc

Pour la pre­mière fois au Ca­na­da, une équipe mé­di­cale a réus­si à faire un rem­pla­ce­ment to­tale de la hanche en chi­rur­gie d’un jour, une pro­cé­dure qui exige nor­ma­le­ment de 10 à 15 jours d’hos­pi­ta­li­sa­tion. Ce sont les spé­cia­listes de l’Hô­pi­tal Mai­son­neuve-Ro­se­mont (HMR) dans l’est de Mon­tréal qui ont réus­si à ac­com­plir cette prouesse le 4 août der­nier.

La chi­rur­gie qui a du­ré près d’une qua­ran­taine de mi­nutes, a per­mis au pa­tient de ren­trer chez lui à peine quelques heures après l’opé­ra­tion. Un temps re­cord pour ce type d’in­ter­ven­tion se­lon les ex­pli­ca­tions de Pas­cal-An­dré Ven­dit­to­li, chi­rur­gien or­tho­pé­diste à l’HMR.

« Il s’agit d’une chi­rur­gie ma­jeure que nous avons réus­si à op­ti­mi­ser en chan­geant nos fa­çons de faire, no­tam­ment en ce qui concerne la préparation du pa­tient, l’uti­li­sa­tion de mé­di­ca­ments pré­emp­tifs avant l’opé­ra­tion ain­si qu’en ayant re­cours à des nou­velles tech­niques pen­dant la chi­rur­gie. »

Au mo­ment d’écrire ces lignes, seule­ment deux autres équipes dans le monde réa­lisent ce type d’in­ter­ven­tion dans des dé­lais sem­blables, soit en Nor­vège et à Chi­ca­go aux États-Unis.

Le Dr Ven­dit­to­li a d’ailleurs vi­si­té les ins­tal­la­tions d’un hô­pi­tal de cette ville amé­ri­caine afin de per­fec­tion­ner le pro­to­cole mis en place par son équipe.

« Il y a beau­coup de choses que nous avons chan­gé, mais le fait d’uti­li­ser un nou­veau type d’anes­thé­sie, de faire une in­ci­sion moins in­va­sive, d’uti­li­ser de la colle plu­tôt que des points de su­ture ce­la rac­cour­ci le sé­jour à l’hô­pi­tal et offre une meilleure ex­pé­rience à nos pa­tients. »

Ce nou­veau pro­to­cole fi­nan­cé en par­tie par la Fon­da­tion de l’HMR, pour­ra être uti­li­sé par 200 pa­tients au cours de deux pro­chaines an­nées.

« Il s’agit d’un pre­mier pro­jet-pi­lote afin d’éva­luer si on peut l’im­plan­ter à long terme. Ce­la coûte un peu plus cher en rai­son des mé­di­ca­ments et de la tech­nique que nous uti­li­sons, mais il y a moins de frais as­so­ciés à l’hos­pi­ta­li­sa­tion et aux pos­sibles com­pli­ca­tions alors tout ça de­vra être éva­lué en temps et lieu », in­dique le doc­teur Ven­dit­to­li.

Ce der­nier n’est tou­te­fois pas en me­sure d’af­fir­mer que cette nou­velle fa­çon de faire au­ra pour ré­sul­tat de désen­gor­ger les listes d’at­tente en ma­tière de soins or­tho­pé­diques.

« Le pro­blème est l’ac­cès li­mi­té aux salles d’opé­ra­tion, alors nous ne sa­vons pas si les sommes éco­no­mi­sées au ni­veau de l’hos­pi­ta­li­sa­tion pour­ront être ré­in­jec­tées dans l’ac­cès aux salles, ce sont des choses qui se­ront dé­ter­mi­nées par l’ad­mi­nis­tra­tion de l’hô­pi­tal, entre autres. »

DES PA­TIENTS SA­TIS­FAITS

Opé­ré le 4 août der­nier, Fran­çois Ma­rien, le pre­mier pa­tient à avoir ac­cep­té de prendre part à ce nou­veau pro­to­cole, est ren­tré à son do­mi­cile de Ter­re­bonne une di­zaine d’heures après son opé­ra­tion.

De­puis, il est aus­si au­to­nome qu’il l’était avant l’in­ter­ven­tion, se­lon ses ex­pli­ca­tions.

« Deux heures après la chi­rur­gie j’étais ca­pable de mar­cher. J’ai pu mon­ter des marches la jour­née même. C’est im­pres­sion­nant, dit-il. Je n’ai pas eu des sai­gne­ments, pas de nau­sées, rien de ça. »

Il s’est dit « sa­tis­fait » des ser­vices re­çus, no­tam­ment le lien réa­li­sé par l’hô­pi­tal au­près du Centre lo­cal de ser­vices com­mu­nau­taires (CLSC) de sa ville. « Le ser­vice était im­pec­cable », dit-il

ême son de cloche du cô­té de Louis De­la­grave, le deuxième pa­tient à suivre ce pro­to­cole opé­ré tôt ce ma­tin.

« Je suis quel­qu’un de fra­gile alors je m’at­ten­dais à être un peu ma­lade à mon ré­veil, mais tout s’est bien pas­sé. Je peux bou­ger mes jambes et je me sens en forme », ra­conte-t-il.

L’équipe d’or­tho­pé­die de l’HMR offre le rem­pla­ce­ment ar­ti­cu­laire en chi­rur­gie d’un jour ppour la chi­rur­gieg de la hanche et du gge­nou. On es­time moyen terme, en­vi­ron 7070%% des pa­tients pour­raient en bé­né­fi­cier.

Chaque an­née, près de 600 pa­tients ont re­cours à une chi­rur­gie de pro­thèse to­tale de la hanche à cet hô­pi­tal.

SAN­TÉ.

M .

Le Dr Pas­cal-An­dré Ven­dit­to­li tient la pro­thèse uti­li­sé lors du rem­pla­ce­ment to­tale de la hanche. (Pho­to TC Me­dia – Samantha Velandia)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.