« On n’a pas le choix »

L'Informateur - - LA UNE -

La Cui­sine col­lec­tive à toute va­peur, un or­ga­nisme qui offre des ser­vices de dé­pan­nage ali­men­taire et de cui­sine col­lec­tive dans l’ar­ron­dis­se­ment RDPPAT, va ac­cep­ter de payer une co­ti­sa­tion à Mois­son Mon­tréal. Mais à contre­coeur. « On n’a pas le choix », re­grette France Joyal, la co­or­don­na­trice et pré­si­dente du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, qui ac­cueille chaque lun­di près de 120 fa­milles dé­mu­nies. Pour conti­nuer de leur pro­po­ser dif­fé­rentes den­rées ali­men­taires contre une par­ti­ci­pa­tion sym­bo­lique de 2,50 $, elle va dé­sor­mais de­voir s’ac­quit­ter d’une fac­ture an­nuelle de 1750 $. « On s’y at­ten­dait, on nous avait pré­ve­nu au prin­temps que l’on ris­quait de payer. Mais pas­ser de 0 à cette somme, ça ne fait ja­mais plai­sir », as­sure France Joyal. Alors que son or­ga­nisme com­po­sé de sept bé­né­voles pro­pose éga­le­ment des ate­liers de cui­sine col­lec­tive, qui per­mettent à près de 20 fa­milles de re­par­tir, chaque mois, avec dif­fé­rents re­pas, la di­rec­trice ne compte pas se pas­ser des ser­vices de Mois­son Mon­tréal. « On a be­soin des cer­taines den­rées qu’on nous livre, no­tam­ment de la viande, ex­plique-t-elle. Sans Mois­son Mon­tréal, ça nous re­vien­drait très cher et on au­rait de la mi­sère à exis­ter. On ne peut pas pas­ser à cô­té. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.