Cam­pagne pour vendre « la ban­lieue en ville »

L'Informateur - - LA UNE - RALPH-BO­NET SANON ralph-bo­net.sanon@tc.tc

À coups d’af­fiches, d’en­carts pu­bli­ci­taires dans des jour­naux, de vi­déos pro­mo­tion­nelles sur YouTube et d’un pan­neau­ré­clame nu­mé­rique en bor­dure de la 40, l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière- des-Prai­ries–Poin­teaux-Trembles est en­ga­gé dans « la plus im­por­tante cam­pagne de va­lo­ri­sa­tion du ter­ri­toire ja­mais pro­duite dans l’est de Mont­réal ».

Vi­si­ble­ment en mode sé­duc­tion au­près des in­ves­tis­seurs et des jeunes fa­milles du Grand Mont­réal qui se cherchent un lieu de ré­si­dence, l’ar­ron­dis­se­ment fait no­tam­ment va­loir que l’ac­cès à la pro­prié­té y est le plus abor­dable à Mont­réal, que près de la moi­tié des lo­ge­ments qui s’y construisent sont des mai­sons uni­fa­mi­liales et que la ma­jo­ri­té (63 %) de ses mé­nages sont pro­prié­taires.

« On a une offre qui peut en­core être dé­ve­lop­pée, mais tout le po­ten­tiel est là. Ce que nous of­frons, c’est la pos­si­bi­li­té de s’ache­ter une mai­son ou d’être lo­ca­taire, de fon­der une fa­mille, de vivre, tra­vailler et se di­ver­tir ici », fait va­loir la mai­resse Chan­tal Rou­leau, en marge d’une confé­rence de presse jeu­di.

L’ar­ron­dis­se­ment évoque aus­si ses ac­cès « ra­pides » au centre-ville via ses trois gares du Train de l’Est et les au­to­routes 25 et 40, « sans pont à tra­ver­ser ». De plus, il vante sa po­si­tion entre le fleuve Saint-Laurent et la ri­vière des Prai­ries, ses 24 km de berges, les pro­jets de l’ad­mi­nis­tra­tion en place pour les mettre en va­leur, Se­lon la mai­resse Chan­tal Rou­leau, son ar­ron­dis­se­ment à tout pour at­ti­rer les jeunes fa­milles ou les en­tre­pre­neurs ten­tés par la ban­lieue. ses deux parcs-na­tures, ses parcs et es­paces verts, ses ins­tal­la­tions spor­tives et ses cen­taines d’évé­ne­ments cultu­rels gra­tuits.

Aux en­tre­pre­neurs, l’ar­ron­dis­se­ment se targue d’of­frir de très bonnes pers­pec­tives d’em­plois pour les ré­si­dents, de grands es­paces à prix abor­dables, plu­sieurs zones de construc­tions ré­si­den­tielles (6450 uni­tés d’ici 2025) et un bas­sin non né­gli­geable de clien­tèle pour le com­merce de proxi­mi­té.

À ce pro­pos, la mai­resse Rou­leau cite d’ailleurs à preuve la ve­nue, dans les der­nières an­nées, d’un pe­tit ca­fé in­dé­pen­dant, d’un dé­taillant de pro­duits de mi­cro-bras­se­rie et d’une épi­ce­rie fine.

UNE FÉ­ROCE COM­PÉ­TI­TION

Cette cam­pagne s’amorce alors que les don­nées du Re­cen­se­ment 2016 montrent que la po­pu­la­tion de la grande ré­gion de Mont­réal a aug­men­té de 4,2 % de­puis 2011, sur­tout grâce des taux de crois­sance dé­mo­gra­phique qui dé­passent les 5 % dans la cou­ronne nord de l’île.

En plus des ban­lieues, Ri­vière- des-Prai­riesPointe- aux-Trembles ri­va­lise aus­si avec les autres ar­ron­dis­se­ments mont­réa­lais pour re­te­nir les jeunes fa­milles ten­tées par l’idée d’une mai­son uni­fa­mi­liale avec grande cour ar­rière.

Voi­là pour­quoi l’ar­ron­dis­se­ment mise sur le concept de « ban­lieue en ville », ex­pres­sion re­prise par la mai­resse Rou­leau du­rant sa confé­rence de presse, sou­ligne le chro­ni­queur en dé­ve­lop­pe­ment ur­bain Marc-An­dré Ca­ri­gnan.

« À l’ex­té­rieur de l’île de Mont­réal, les pro­mo­teurs im­mo­bi­liers et les villes de ban­lieue font un mar­ke­ting ex­trê­me­ment agres­sif ces der­nières an­nées pour at­ti­rer des ré­si­dents », dit ce­lui qui contri­bue au jour­nal Mé­tro et à Ra­dio-Ca­na­da.

Ce der­nier re­marque que la cam­pagne vise par­ti­cu­liè­re­ment les 18-34 ans, une clien­tèle avec un cer­tain pou­voir d’achat, qui peut dy­na­mi­ser le sec­teur.

« C’est une ten­dance qu’on va voir de plus en plus dans le Grand Mont­réal et la com­pé­ti­tion

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.