Un nou­veau centre de ré­pit dans le quar­tier

L'Informateur - - LA UNE -

RALPH-BONET SANON

SAN­TÉ.

Un or­ga­nisme com­mu­nau­taire es­père contrer une « ca­rence de ser­vices com­mu­nau­taires» dans l’est de Mon­tréal pour les proches de per­sonnes at­teintes à un stade avan­cé de ma­la­dies de type Alz­hei­mer.

L’OSBL Le Temps d’une pause vient d’ou­vrir un centre d’ac­ti­vi­tés de jour, dans Ri­vière-des-Prai­ries, à l’in­té­rieur de la ré­si­dence pour re­trai­tés Lio­nel-Bour­don, si­tuée sur le bou­le­vard Ro­dolphe-For­get. Il peut ac­cueillir des ré­si­dents de Ri­vière-des-Prai­ries, Pointe-aux-Trembles, An­jou, Mer­cier et Mon­tréal-Nord.

Il y a vrai­ment très peu de res­sources com­mu­nau­taires pour cette clien­tèle dans l’est de Mon­tréal. Il y a les ser­vices du CLSC et ceux du pri­vé, mais les ra­tios in­ter­ve­nants/ per­sonnes ma­lades sont éle­vés. »

Sa­rah Guigues, char­gée du pro­gramme proches ai­dants de l’or­ga­nisme Le Temps d’une pause.

L’or­ga­nisme of­frait dé­jà des ser­vices dans des centres si­tués dans Saint-Mi­chel, Ville­ray et An­jou, mais a consta­té l’ab­sence de centre de ré­pit com­mu­nau­taire dans Ri­vière-des-Prai­ries. Une in­ter­ve­nante de l’or­ga­nisme sans but lu­cra­tif Le temps d’une pause sou­haite plus de ser­vice dans RDP.

« Notre centre de jour s’adresse à des gens ren­dus à un stade mo­dé­ré ou avan­cé de ma­la­die neu­ro­dé­gé­né­ra­tive, qui ne pour­raient plus al­ler au centre de jour du CLSC à cause de leur état », ex­plique la char­gée du pro­gramme proches ai­dants de l’OSBL Le Temps d’une pause, Sa­rah Guigues.

La So­cié­té Alz­hei­mer de Mon­tréal est pré­sente, mais n’a pas de point de ser­vice, et les centres pour aî­nés ne sont pas adap­tés pour les

Alz­hei­mer

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Mon­tréal es­time la pré­va­lence de la ma­la­die d’Alz­hei­mer et celle de la ma­la­die de Par­kin­son à 2 % de la po­pu­la­tion sur son ter­ri­toire, qui se chiffre à plus de 527 000 ha­bi­tants. gens qui en sont à un stade avan­cé de la ma­la­die, se­lon l’or­ga­nisme Le Temps d’une pause.

Dans le nou­veau centre de Ri­viè­redes-Prai­ries, des spé­cia­listes peuvent ac­cueillir jus­qu’à 12 per­sonnes par jour en perte d’au­to­no­mie et leur of­frir des ac­ti­vi­tés pour sti­mu­ler leur cog­ni­tion et leur mo­tri­ci­té fine. En même temps, ce­la offre du ré­pit pour les proches qui s’oc­cupent d’eux, rap­pelle Mme Guigues.

« Avec les ma­la­dies neu­ro­dé­gé­né­ra­tives comme l’Alz­hei­mer ou le Par­kin­son, plus ça avance, plus la per­sonne a be­soin de sou­tien dans ses tâches quo­ti­diennes, ce qui alour­dit la charge pour les proches ai­dants », in­dique-t-elle.

Le nombre de per­sonnes at­teintes de ma­la­dies neu­ro­dé­gé­né­ra­tives est dif­fi­cile à éta­blir dans Ri­vière-des-Prai­ries, voire, dans l’est de Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.