Les Jar­dins Ska­wa­no­ti en mode vente

L'Informateur - - LA UNE - RALPH-BONET SANON ralph-bonet.sanon@tc.tc

Pour la troisième sai­son de leur pro­jet de ma­raî­chage ur­bain, les res­pon­sables des jar­dins Ska­wa­no­ti es­pèrent ren­ver­ser la va­peur et vendre une plus grande par­tie de leur pro­duc­tion de lé­gumes.

«En 2015, nous avons pro­duit 1,6 tonne de lé­gumes, dont on a re­dis­tri­bué 15% et ven­du 85%. En 2016, nous n’étions pas dans un ob­jec­tif de pro­duc­tion, mais avons tout de même ré­col­té 813 ki­los de lé­gumes qu’on a re­dis­tri­bués à 80% et ven­dus à 20%. On ne peut pas faire ça chaque an­née», ex­plique la di­rec­trice ad­jointe de l’Éco de la Pointe-auxP­rai­ries (Eco­pap), Ma­rie Speh­ner.

Pour 2017, les res­pon­sables des Jar­dins Ska­wa­no­ti se sont en­ga­gés à re­dis­tri­buer 20% de leur pro­duc­tion à leurs jar­di­niers ain­si qu’au Cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin, qui ac­cueille leur pro­jet.

«Pour le reste, c’est tout ce que nous ne pou­vons pas vendre. Nous ne vou­lons pas de gas­pillage ali­men­taire. Alors tout ce qui ne peut pas être ven­du est au­to­ma­ti­que­ment re­dis­tri­bué à la com­mu­nau­té », à des or­ga­nismes de dé­pan­nage ali­men­taire, une cui­sine col­lec­tive ou autre, in­dique Mme Speh­ner.

PRO­GRAM­MA­TION

Gé­ré par l’Eco­pap, le pro­jet Jar­dins Ska­wa­no­ti – une ap­pel­la­tion au­toch­tone de la ri­vière des Prai­ries – est né de la Table de dé­ve­lop­pe­ment so­cial de Ri­vière-des-Prai­ries en 2012 dans le but, entre autres, d’of­frir des fruits et lé­gumes frais aux ré­si­dents des «dé­serts ali­men­taires» du quar­tier.

Pour sa sai­son 2017, le jar­din ac­cueille­ra des «ac­ti­vi­tés in­ter­gé­né­ra­tion­nelles», des camps de jour et des groupes d’aî­nés. Il bé­né­fi­cie­ra aus­si, comme en 2016, du tra­vail de jeunes éloi­gnés du mar­ché de l’em­ploi, en dif­fi­cul­tés sco­laires ou aux prises avec des dé­pen­dances, un par­te­na­riat avec le Car­re­four Jeu­nes­seEm­ploi et l’or­ga­nisme Le grand che­min.

«Nous avons une très belle sai­son qui s’en vient, tant au ni­veau des ac­ti­vi­tés que de la pro­duc­tion ou de la mo­bi­li­sa­tion. Nous avons même été dé­mar­chés par d’autres or­ga­nismes», com­mente la di­rec­trice ad­jointe de l’Eco­pap.

Pour l’ins­tant, le pro­jet est sou­te­nu par di­vers bailleurs de fonds puisque «la vente de lé­gumes per­met de com­pen­ser l’achat de ma­té­riel, mais pas les coûts en res­sources hu­maines».

Par contre, les res­pon­sables des Jar­dins Ska­wa­no­ti sou­haitent pé­ren­ni­ser le pro­jet et dé­ve­lop­per d’autres sites. Reste en­core à trou­ver quelle forme ce­la pren­dra. «On est en ré­flexion et on sou­haite sur­tout que le pro­jet per­dure. On se dit qu’on doit al­ler vers une forme d’éco­no­mie so­ciale si ça de­vient plus au­to­nome», sou­tient la di­rec­trice ad­jointe de l’Eco­pap.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.