Une Mont­réa­laise dans un film de su­per-hé­ros si­gné Bol­ly­wood

L'Informateur - - LA UNE - RALPH-BONET SANON ralph-bonet.sanon@tc.tc

Une ré­si­dente de Ri­vière-desP­rai­ries joue dans un film de su­per-hé­ros bol­ly­woo­dien dont l’ac­tion se dé­roule à Mon­tréal et à Mum­bai.

Alexan­dra Băn­dean donne la ré­plique à la ve­dette in­dienne Dil­jit Do­san­jh dans Su­per Singh, une co­mé­die fan­tai­siste dé­crite comme le pre­mier film de su­per­hé­ros ve­nant de l’État in­dien du Pend­jab.

«C’est un film drôle avec beau­coup d’ac­tion», ré­sume Alexan­dra, 22 ans. «C’est Su­per Singh, un sikh du Pend­jab qui dé­couvre qu’il a des su­per pou­voirs qui lui per­mettent de com­battre l’in­ti­mi­da­tion dont il a été vic­time. Il y a une belle mo­rale et une pe­tite his­toire d’amour avec ça.»

Dans la bande an­nonce mise en ligne le 9 mai der­nier, Su­per Singh sauve Mon­tréal d’une ca­tas­trophe, re­pousse des pro­jec­tiles de pis­to­lets et sou­lève même un pa­que­bot.

Alexan­dra Băn­dean in­carne Ca­thy, une étu­diante dont le per­son­nage prin­ci­pal joué par Do­san­jh tombe amou­reux. Il s’agit du pre­mier rôle par­lant dans un long mé­trage pour la jeune femme ori­gi­naire de Rou­ma­nie et étu­diante en ma­thé­ma­tiques et en édu­ca­tion ar­tis­tique à l’Uni­ver­si­té Con­cor­dia.

Su­per Singh,

«C’était vrai­ment une très belle ex­pé­rience, dit Alexan­dra. J’ai ado­ré ça, la mu­sique par exemple. C’est une culture com­plè­te­ment dif­fé­rente. J’ai même fait des bouts de danse dans deux chan­sons qui vont sor­tir à la fin mai. C’est 100% bol­ly­woo­dien, vrai­ment cool, vrai­ment l’fun.»

DÉ­PAY­SE­MENT

Une par­tie du film a été tour­née dans la mé­tro­pole qué­bé­coise en oc­tobre 2016, no­tam­ment dans le Vieux-Port, au Col­lège Saint-JeanVian­ney, dans Ho­che­la­ga et dans l’ouest de l’île. Même si c’était eux les hôtes, cer­tains membres de l’équipe de tour­nage se sont sen­tis dé­pay­sés.

«C’était vrai­ment in­tense», dit la pro­duc­trice exé­cu­tive Mar­jo­rie Lan­ge­vin au su­jet de sa pre­mière par­ti­ci­pa­tion à un film bol­ly­woo­dien. «J’étais sur le pro­jet pen­dant trois mois, pen­dant la préparation et le tour­nage. Quand les pro­duc­teurs sont ar­ri­vés ici, ils ne connais­saient lit­té­ra­le­ment per­sonne à Mon­tréal. Donc j’ai tout four­ni : les grues, l’équi­pe­ment, l’équipe, etc. C’était trois mois in­tenses à man­ger de la bouffe in­dienne trois fois par jour.»

De confes­sion re­li­gieuse si­khe, l’équipe in­dienne a aus­si cau­sé la sur­prise avec ses ri­tuels de pu­ri­fi­ca­tion des pla­teaux de tour­nage.

DÉCONVENTIONNÉS

Cô­té cas­cades – beau­coup de scènes d’ac­tion ont été tour­nées à Mon­tréal –, l’équipe in­dienne a éga­le­ment cau­sé l’éton­ne­ment chez les lo­caux par son at­ti­tude dé­con­ven­tion­née.

«Quand on leur di­sait qu’on ne peut pas faire telle ou telle chose ici, ils ne com­pre­naient pas parce qu’ils se di­saient que dans leur pays, ils sont un mil­lion prêts à le faire. De leur point de vue, c’est une marque de cou­rage», re­tient le co­or­don­na­teur des cas­cades Gé­rald Max Dé­si­lus. Su­per Singh prend l’af­fiche à Mon­tréal le 16 juin au Ci­ne­plex Odeon Fo­rum Ci­ne­mas.

(Pho­to You­Tube)

Alexan­dra Băn­dean donne la ré­plique à la ve­dette in­dienne Dil­jit Do­san­jh dans à l’af­fiche le 16 juin à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.