IL FAU­DRA ÊTRE PA­TIENT

L'Informateur - - LA UNE - LES­LIE MEURAILLON les­lie.meuraillon@tc.tc

Nom­mé pire route de Mon­tréal, le bou­le­vard Gouin Est a be­soin de tra­vaux ma­jeurs. Or, la ville-centre ne pré­voit pas de chan­tier de ré­fec­tion avant 2020. D’ici là, les usa­gers de la chaus­sée de­vront se conten­ter du col­ma­tage des nids-de-poule.

La ré­fec­tion du bou­le­vard Gouin Est, nom­mé pire route de la mé­tro­pole dans un son­dage de CAA Qué­bec, ne fait pas par­tie des prio­ri­tés à court terme, in­dique la Ville de Mon­tréal.

À Ri­vière-des-Prai­ries, 70% de la chaus­sée du bou­le­vard Gouin est en mau­vais ou en très mau­vais état, se­lon les chiffres de la Ville. Or, cette si­tua­tion pour­rait du­rer jus­qu’en 2022. Étant don­né que les in­fra­struc­tures sou­ter­raines sont en bon état, Mon­tréal n’en­vi­sage pas de re­faire la chaus­sée pro­chai­ne­ment. En 2016, la Ville de Mon­tréal a pro­cé­dé à la re­cons­truc­tion com­plète du bou­le­vard Gouin sur un tron­çon de 0,7km, entre le bou­le­vard La­cor­daire et l’ave­nue Veuillot, sur le ter­ri­toire de Mon­tréal-Nord. Deux autres seg­ments de 1,8km en tout, entre les ave­nues des Lau­ren­tides et Au­doin et entre la rue Salk et le bou­le­vard La­cor­daire ont été re­pa­vés, tou­jours à Mon­tréal-Nord.

«Le dé­fi­cit d’en­tre­tien cal­cu­lé de la Ville de Mon­tréal at­teint 3,1 G$. Notre prio­ri­té se porte sur les be­soins plus ur­gents, no­tam­ment les en­droits où il y a des risques de bris d’aque­ducs», ex­plique Phi­lippe Sabourin, porte-pa­role ad­mi­nis­tra­tif de la Ville de Mon­tréal.

Tout en ad­met­tant que la «si­tua­tion (…) n’est pas l’idéal», M. Sabourin évoque un plan de re­vi­ta­li­sa­tion pour le bou­le­vard Gouin Est qui pour­rait s’amor­cer d’ici 3 à 5 ans.

DÉ­TÉ­RIO­RA­TION

En at­ten­dant une ré­fec­tion ma­jeure, la Ville s’at­tarde aux nom­breux nids-de-poule qui af­fligent ce tron­çon du bou­le­vard Gouin. Elle en au­rait col­ma­tés 725 de­puis le dé­but du prin­temps.

Elle va aus­si pro­cé­der à la ré­fec­tion de la chaus­sée du bou­le­vard, sur 250 mètres, entre les 55e et 58e ave­nues.

«C’est ri­di­cule, ce n’est que du ra­pié­çage» s’ex­clame Co­rinne Tas­tayre, ci­toyenne de RDP-PAT qui a me­né une vé­ri­table cam­pagne pour que Gouin Est soit bien re­pré­sen­té au clas­se­ment peu en­viable des pires routes de la pro­vince.

«Nous sommes l’ar­ron­dis­se­ment qui est tou­jours ou­blié parce que nous sommes trop à l’est et que notre su­per­fi­cie est trop grande par rap­port au nombre de gens qui payent des taxes. Il faut que la Ville sorte du centre-ville et de sa cir­cu­la­tion. Si on ne fait ja­mais rien, le bou­le­vard va conti­nuer à se dé­té­rio­rer», conti­nue-t-elle.

Pour Pro­jet Mon­tréal, l’un des en­jeux ma­jeurs à ré­gler ra­pi­de­ment est la pré­sence de po­teaux au mi­lieu de la piste cy­clable. «Cette piste est de­ve­nue une blague entre cy­clistes. Il faut mettre la pres­sion pour que le ré­amé­na­ge­ment du bou­le­vard ap­pa­raisse plus ra­pi­de­ment dans les plans de la Ville», dé­clare Craig Sau­vé, élu de Pro­jet Mon­tréal.

PRES­SION CI­TOYENNE

Nom­mé sixième pire route du Qué­bec l’an­née der­nière, le bou­le­vard Gouin Est s’est his­sé sur la troi­sième marche du po­dium.

«Nous ne pou­vons pas contraindre les au­to­ri­tés à agir, mais nous pou­vons leur mettre la pres­sion. Je suis heu­reuse de voir que les gens du sec­teur de Gouin sont en­ga­gés. En conti­nuant à vo­ter d’an­née en an­née, ils font ce qu’il faut faire», dé­taille Annie Gau­thier, porte-pa­role de CAAQué­bec. L’as­so­cia­tion ca­na­dienne d’au­to­mo­bile a en­voyé une lettre aux au­to­ri­tés concer­nées par les routes du top 10. Dans six mois, l’or­ga­nisme fe­ra un bi­lan de l’avan­ce­ment du dos­sier avec eux.

Des ré­pa­ra­tions dans d’autres arrondissements Je suis contente que le bou­le­vard Gouin Est soit dans le top 3. L’an­née pro­chaine il se­ra pre­mier» Co­rinne Tas­tayre

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.