L’Échoppe de Gaïa ou­vri­ra bien­tôt ses portes

L'Informateur - - NEWS - LES­LIE MEURAILLON les­lie.meuraillon@tc.tc

Une en­tre­prise d’éco­no­mie so­ciale qui lutte contre les dé­serts ali­men­taires s’est do­té d’un lo­cal sur la rue Fernand-Gau­thier, à Ri­vière-des-Prai­ries. En­core dans les ré­no­va­tions, l’Échoppe de Gaïa sou­haite ou­vrir un bis­tro et une frui­te­rie d’ici la fin du mois de juin.

Il y a des ins­tal­la­tions élec­triques à faire, des murs à pein­tu­rer et des meubles à ins­tal­ler, mais l’Échoppe de Gaïa, dont la vo­ca­tion est de four­nir des fruits et des lé­gumes de qua­li­té à moindre coût, prend d’ores et dé­jà forme au 12545 de la rue Fernand-Gau­thier.

«Notre ob­jec­tif est de dé­ve­lop­per l’ac­ces­si­bi­li­té phy­sique et éco­no­mique, à des fruits et lé­gumes de qua­li­té. Nous vou­lons aus­si créer un es­pace de so­cia­bi­li­sa­tion», ex­plique Serge Rous­seau, co­or­don­na­teur de l’Échoppe de Gaïa.

Gé­rée par des bé­né­voles, l’en­tre­prise d’éco­no­mie so­ciale com­pren­dra un bis­trot qui ser­vi­ra des bois­sons et des vien­noi­se­ries, une frui­te­rie qui pro­po­se­ra des paniers de lé­gumes chaque se­maine et des es­paces pour l’or­ga­ni­sa­tion d’ac­ti­vi­tés. Pour bé­né­fi­cier de ces ser­vices, les ci­toyens de­vront de­ve­nir membres, gra­tui­te­ment.

Pour com­men­cer, la frui­te­rie se four­ni­ra prin­ci­pa­le­ment au­près des Jar­dins Ska­wa­no­ti, pro­jet de ma­rai­chage ur­bain ins­tal­lé sur le cam­pus du Cé­gep Marie-Vic­to­rin à RDP, et compte sur les achats grou­pés pour di­mi­nuer ses frais.

Les ci­toyens qui sou­haitent prend part à l’Échoppe pour­ront s’im­pli­quer au quo­ti­dien, en de­ve­nant com­mis des fruits ou en­core cui­si­nier, ou par­ti­ci­per à la ré­flexion au­tour des pro­jets et des orien­ta­tions à don­ner à l’en­tre­prise d’éco­no­mie so­ciale.

EN PLEIN DÉ­SERT

À proxi­mi­té d’une école, d’une église, de deux gar­de­ries et d’un dé­pan­neur, le nou­veau lo­cal de l’en­tre­prise est idéa­le­ment si­tué.

«Trou­ver un bon en­droit était notre plus gros dé­fi parce qu’il y a peu de lo­caux va­cants à RDP. Ici, le loyer est abor­dable, nous sommes dans un dé­sert ali­men­taire iden­ti­fié par la Di­rec­tion de la san­té pu­blique et les écoles en­vi­ron­nantes nous amènent de l’acha­lan­dage», ex­plique Serge Rous­seau.

Dans ce sec­teur, 70% des per­sonnes qui vivent sous le seuil de faible re­ve­nu ont ac­cès à peu ou pas de fruits ou lé­gumes frais dans un rayon de 500m, se­lon des chiffres pu­bliés en 2010, par la Di­rec­tion de la San­té pu­blique.

Mal­gré la pré­sence d’un su­per­mar­ché Maxi à 1km, An­gé­lique Bour­bier, pré­si­dente du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Échoppe est confiante dans l’ave­nir du pro­jet.

«Notre vo­lon­té est de dé­ve­lop­per un ser­vice de proxi­mi­té, avec des prix plus abor­dables. Con­trai­re­ment au su­per­mar­ché, nous avons une ap­proche per­son­na­li­sée se­lon les be­soins des ci­toyens».

L’Échoppe fait ap­pel aux ci­toyens pour l’ai­der à se fi­nan­cer. Elle de­vrait lan­cer d’ici quelques jours une cam­pagne de so­cio­fi­nan­ce­ment dont l’ob­jec­tif se­ra de ré­col­ter 5 000$.

An­gé­lique Bour­bier, Serge Rous­seau et Cas­san­dra Charles ai­me­rait que l’Échoppe de Gaïa soit ou­verte au moins cinq jours par se­maine.

(Les­lie Meuraillon-TC Me­dia)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.