L’Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel pro­dui­ra du miel

L'Informateur - - NOUVELLES - LESLIE MEURAILLON leslie.meuraillon@tc.tc

L’Ins­ti­tut Phi­lip­pePi­nel, à Ri­vière-des-Prai­ries, vient d’ins­tal­ler deux ruches sur son ter­rain. À terme, le «Pi-miel» qui se­ra pro­duit par les abeilles rem­pla­ce­ra le sucre raf­fi­né uti­li­sé pour les re­pas ser­vis aux pa­tients.

Le boi­sé à proxi­mi­té de l’Ins­ti­tut Phi­lip­pePi­nel est dé­sor­mais le ter­rain de jeux de plus de 160 000 abeilles. Avec l’ins­tal­la­tion de ruches sur son ter­ri­toire, cet hô­pi­tal psy­chia­trique, spé­cia­li­sé en psy­chia­trie lé­gale, a vou­lu po­ser un geste en fa­veur du dé­ve­lop­pe­ment du­rable.

«Le but pre­mier est de pa­lier le dé­clin des abeilles. Nous vou­lons tra­vailler à l’amé­lio­ra­tion de la pol­li­ni­sa­tion. Il faut rap­pe­ler qu’un tiers de note ali­men­ta­tion passe par là», ex­plique An­nie Cô­té, res­pon­sable du pro­jet au sein de l’Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel.

Ins­tal­lées et gé­rées par l’en­tre­prise Al­véole, qui fait la pro­mo­tion de l’api­cul­ture et de l’agri­cul­ture en mi­lieu ur­bain, les ruches de­vraient pro­duire près de 10 ki­los de miel, dès cet au­tomne.

Ce miel se­ra en par­tie uti­li­sé dans les cui­sines de l’éta­blis­se­ment où il rem­pla­ce­ra le sucre raf­fi­né uti­li­sé dans les re­cettes.

«Nous en avons dis­cu­té avec le ser­vice ali­men­taire de l’Ins­ti­tut, le miel est un sucre 100% na­tu­rel et donc meilleur pour les pa­tients», dé­taille Da­vid Clé­ment, éga­le­ment res­pon­sable du pro­jet à l’Ins­ti­tut.

Le reste de la ré­colte se­ra ven­due aux em­ployés de l’éta­blis­se­ment, dans des pots au nom de «Pi-miel». L’ar­gent ré­col­té ser­vi­ra à fi­nan­cer le pro­jet.

Ce n’est pas juste pour faire beau. C’est un geste no­table pour l’en­vi­ron­ne­ment. Nous vou­lions em­bar­quer dans ce mou­ve­ment-là» An­nie Cô­té, res­pon­sable du pro­jet au sein de l’Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel

DE FU­TURS API­CUL­TEURS?

En­core au stade de pro­jet-pi­lote, l’ini­tia­tive de l’ins­ti­tut pour­rait s’élar­gir.

«Si tout se passe bien, nous pour­rons ra­jou­ter des ruches», pré­cise An­nie Cô­té. L’ins­ti­tut en­vi­sage éga­le­ment de de­man­der à Al­véole de four­nir une for­ma­tion en api­cul­ture à plu­sieurs em­ployés de l’éta­blis­se­ment.

L’im­plan­ta­tion des ruches fait par­tie d’un plan de trois ans mis en place par le co­mi­té en san­té en­vi­ron­ne­men­tale et en dé­ve­lop­pe­ment du­rable que l’Ins­ti­tut vient de créer. D’autres ini­tia­tives, comme la saine ges­tion de l’eau, un pro­jet d’éco­no­mie d’éner­gie ou en­core une meilleure ges­tion des ma­tières ré­si­duelles, en font par­tie.

(Gra­cieu­se­té – Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel)

L’Ins­ti­tut s’at­tend à ré­col­ter près de 160 pots de son «Pi-miel» par an.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.