DES RE­TARDS À PRÉ­VOIR

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Ni­co­las.ledain@tc.tc

Ac­ti­vi­tés et spec­tacles à ve­nir ........................................ NI­CO­LAS LEDAIN Jus­qu’à 250 per­sonnes, ma­jo­ri­tai­re­ment d’ori­gine haï­tienne, vont être hé­ber­gées dans ce centre de ser­vices so­ciaux pour la jeu­nesse de Ri­vière-des-Prai­ries. Ils se­ront ac­com­pa­gnés dans leurs dé­marches.

Aux abords de l’«hô­tel de ville» du centre Bos­co­ville, la vie des de­man­deurs du sta­tut de ré­fu­gié s’or­ga­nise. Ce bâ­ti­ment cen­tral du site est en ef­fer­ves­cence de­puis l’ar­ri­vée des pre­mières fa­milles, car en tout, près de 250 per­sonnes se­ront hé­ber­gées pro­vi­soi­re­ment sur place. Ils se­ront jus­qu’à 600 au Stade olym­pique. Dans la ca­fe­te­ria, di­vers or­ga­nismes se re­laient pour ap­por­ter une aide im­mé­diate ou pour ac­com­pa­gner ces de­man­deurs d’asile dans leurs dé­marches ad­mi­nis­tra­tives.

À l’ex­té­rieur, les en­fants jouent au bal­lon tan­dis que les adultes pro­fitent de quelques rayons de so­leil pour se re­po­ser après leur voyage jus­qu’au Qué­bec.

«On est vrai­ment bien ac­cueillis, tout le monde es­saye de nous ai­der», souffle Mi­chel*, un Haï­tien ar­ri­vé des États-Unis il y a quelques jours.

Comme lui, de nom­breux res­sor­tis­sants de l’île ca­ri­béenne passent la fron­tière de­puis plu­sieurs se­maines pour ne pas être ren­voyés vers leur pays d’ori­gine. Ils sont plus de 58 000, ar­ri­vés pour la plu­part après le séisme de 2010, à être me­na­cés d’ex­pul­sion par Washington, car l’ad­mi­nis­tra­tion Trump a an­non­cé qu’elle ne re­nou­vel­le­ra pas le «sta­tut de pro­tec­tion tem­po­raire» dont il bé­né­fi­ciait jus­qu’ici.

Tous es­pèrent donc pro­fi­ter d’un asile au Ca­na­da pour ob­te­nir en­suite un sta­tut de ré­sident.

«Sur in­ter­net, on nous dit qu’on peut ve­nir vivre ici, mais à la fron­tière ils nous ont ex­pli­qué que c’était dif­fi­cile. On n’a pas le choix, on es­père que ça va mar­cher», té­moigne Mi­chel.

Plu­sieurs mes­sages cir­culent sur les ré­seaux so­ciaux et pré­sentent le Ca­na­da comme une terre d’ac­cueil. Se­lon cer­tains or­ga­nismes, des per­sonnes pro­fitent de la si­tua­tion pour sou­ti­rer de l’ar­gent à cette po­pu­la­tion vul­né­rable à la fron­tière. À l’is­sue d’une ren­contre or­ga­ni­sée jeu­di 3 août à la Mai­son d’Haï­ti, des membres d’or­ga­nismes et des élus ont an­non­cé une cam­pagne d’in­for­ma­tion pour contrer ces mes­sages men­son­gers.

À Bos­co­ville, le Pro­gramme d’ac­cueil et d’in­té­gra­tion des de­man­deurs d’asile (PRAIDA) pri­vi­lé­gie l’ac­cueil des fa­milles. Si le pic d’ar­ri­vée de ses der­nières se­maines compte beau­coup d’Haï­tiens, des per­sonnes de toutes ori­gines passent la fron­tière. Le PRAIDA in­voque des rai­sons mul­ti­fac­to­rielles pour ex­pli­quer cet af­flux.

Sur place, dans l’at­tente d’une dé­ci­sion fé­dé­rale, ces de­man­deurs se­ront hé­ber­gés jus­qu’à ce qu’ils re­çoivent un chèque de l’aide so­ciale qui leur per­met­tra de se trou­ver un lo­ge­ment per­ma­nent. Là en­core, des or­ga­nismes sont mo­bi­li­sés pour les y ai­der.

«Cer­tains vont res­ter une se­maine, d’autres res­te­ront peut-être trois. Nous fai­sons en sorte de leur of­frir des res­sources et des conseils pour que ce­la soit le moins stres­sant et le plus ras­su­rant pos­sible», ex­plique Em­ma­nuelle Pa­ciul­lo du ser­vice de com­mu­ni­ca­tion du PRAIDA.

Kath­leen Weil, la mi­nistre qué­bé­coise de l’Im­mi­gra­tion a in­di­qué que le nombre de de­man­deurs d’asile avait tri­plé de­puis dé­but juillet et était dé­sor­mais de 150 per­sonnes par jour. Les or­ga­nismes qui ac­com­pagnent l’in­té­gra­tion an­ti­cipent dé­jà un ra­len­tis­se­ment des ser­vices d’im­mi­gra­tion alors que de nom­breux ré­fu­giés sont dé­jà en at­tente d’une ré­gu­la­ri­sa­tion, pour cer­tains de­puis plu­sieurs an­nées.

«Nous avons des gens qui sont dé­jà ici et qui vivent dans l’an­goisse d’être dé­por­tés. Si on n’ar­rive pas à ré­gu­la­ri­ser ces per­sonnes, je ne sais pas comment on va ré­gu­la­ri­ser ceux qui ar­rivent en plus», s’in­quiète Frantz An­dré, co­or­don­na­teur du Co­mi­té d’ac­tion des per­sonnes sans sta­tuts (CAPSS).

De­puis fin 2014 et la le­vée du mo­ra­toire sur les ren­vois vers Haï­ti, près de 3200 ré­fu­giés au Ca­na­da se sont aus­si re­trou­vés sous la me­nace d’une ex­pul­sion. Le CAPSS es­time que plus d’un mil­lier d’Haï­tiens sont en­core sans sta­tut au­jourd’hui. M. An­dré de­mande à ce que leurs dos­siers soient ré­glés en prio­ri­té pour en­suite se consa­crer à cette nou­velle vague de de­mandes d’asile. * Pour des rai­sons d’ano­ny­mat, le pré­nom a été mo­di­fié.

(Pho­to TC Me­dia — Ni­co­las Ledain)

Le centre Bos­co­ville de Ri­vière-des-Prai­ries va comp­ter jus­qu’à 250 de­man­deurs d’asile dans les pro­chains jours.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.