Jeux de la rue: dé­mo­cra­ti­ser le sport chez les jeunes

L'Informateur - - ACTUALITÉS - AU­DREY GAU­THIER au­drey.gau­thier@tc.tc

4000 jeunes Mont­réa­lais ont pris part à l’un des tour­nois pré­li­mi­naires des Jeux de la rue, qui se sont dé­rou­lés dans une dou­zaine d’ar­ron­dis­se­ments, cet été. Cette com­pé­ti­tion, qui mise sur la li­ber­té et le plai­sir de jouer, se dis­tingue des autres en éli­mi­nant les struc­tures de com­pé­ti­tion.

Cette an­née, les 700 ga­gnants se donnent ren­dez-vous le 16 août, pour clore en beau­té cet évé­ne­ment. Hockey de rue, soc­cer, flag foot­ball et même cri­cket sont au me­nu.

Fon­dés il y a 15 ans, les Jeux de la rue mettent en lu­mière la pra­tique du sport libre dans les ins­tal­la­tions mu­ni­ci­pales.

« À l’époque, la pra­tique libre du sport était mé­con­nue et mar­gi­nale. Il y avait une pré­oc­cu­pa­tion pour ces jeunes qui étaient dans les parcs sans par­ti­ci­per à des pro­jets par­ti­cu­liers, af­firme Louise Gi­guère, di­rec­trice de RAP Jeu­nesse, or­ga­nisme cha­peau­tant les Jeux de la rue. Nous vou­lions qu’il y ait une oc­cu­pa­tion po­si­tive des lieux et qu’ils aient ac­cès aux ins­tal­la­tions. Leur don­ner les es­paces pour qu’ils puissent pra­ti­quer le sport qui les pas­sionne. »

À l’époque, des agents com­mu­nau­taires d’Ahunt­sic-Car­tier­ville voient des ado­les­cents s’amu­ser dans les parcs, mais constatent qu’ils ont peu d’ac­cès aux ins­tal­la­tions spor­tives, uti­li­sées sur­tout par les clubs et les as­so­cia­tions fé­dé­rées. C’est alors que les membres de la Table de concer­ta­tion jeu­nesse de Bor­deaux-Car­tier­ville et ses tra­vailleurs de rue dé­cident de mettre en place des me­sures pour fa­ci­li­ter la pra­tique d’ac­ti­vi­tés spor­tives pour les groupes mar­gi­na­li­sés. Les Jeux de la rue sont nés en 2002.

Dja­mel Zi­da­ni, qui a par­ti­ci­pé à ses pre­miers Jeux de la rue à l’âge de 15 ans.

« Nous vou­lions per­mettre aux jeunes des sec­teurs plus dé­mu­nis, qui n’ont pas ac­cès à un club fé­dé­ré, de pra­ti­quer le sport qu’ils aiment », sou­ligne Mme Gi­guère.

Ce qui a com­men­cé comme une ac­ti­vi­té de quar­tier a ra­pi­de­ment pris de l’am­pleur. En 2004, un pre­mier tour­noi in­ter-ar­ron­dis­se­ment nait où les équipes des dif­fé­rents sec­teurs par­ti­ci­pants vont s’af­fron­ter en soc­cer ou en bas­ket­ball, no­tam­ment.

«Avec les Jeux de la rue, on avait quelque chose qui nous at­ten­dait à la fin de l’été. On se pré­pa­rait pour la com­pé­ti­tion », se rap­pelle Dja­mel Zi­da­ni, qui est un fervent joueur de soc­cer.

Les Jeux de la rue se dis­tinguent des ligues spor­tives par l’ab­sence d’en­ca­dre­ment de la part de gé­rants ou d’en­traî­neurs. Ce sont les jeunes qui doivent se gé­rer eux-mêmes.

« Nous avons gar­dé l’es­prit du sport de rue », in­dique Mme Gi­guère.

ÉVO­LU­TION

Se­lon Louise Gi­guère, les Jeux de la rue ont eu un im­pact sur la pra­tique libre spor­tive à Mon­tréal.

« Il y a eu une évo­lu­tion de la ma­nière dont on parle de la pra­tique libre. Avant, on n’en par­lait sim­ple­ment pas. Au­jourd’hui, c’est pré­sent dans le livre blanc du sport », fait va­loir la di­rec­trice de RAP Jeu­nesse, ajou­tant que ce n’est pas seule­ment dû aux Jeux de la rue.

Le suc­cès peut éma­ner de la rue, rap­pelle l’am­bas­sa­deur de la grande fête du 16 août, An­dy Mailly-Pres­soir. Le jour­na­liste spor­tif cite no­tam­ment l’exemple du Mont­réa­lais Ch­ris Bou­cher, re­pé­ré par ha­sard sur un ter­rain de bas­ket de la Pe­tite Bour­gogne en juin 2012 et au­jourd’hui si­gna­taire d’un contrat dans la NBA avec les War­riors de Gol­den State.

Mal­gré la re­con­nais­sance de plus en plus grande de ces ac­ti­vi­tés spor­tives, il reste tout de même du tra­vail à faire, es­time Louise Gi­guère.

«Le dé­fi est de don­ner ac­cès aux ter­rains spor­tifs pour la pra­tique libre. De nom­breuses as­so­cia­tions spor­tives uti­lisent les sur­faces. Il en manque. Il faut don­ner des plages ho­raires in­té­res­santes aux jeunes et adultes qui veulent jouer à leur sport en de­hors de clubs spor­tifs », fait va­loir Mme Gi­guère.

« On pour­rait pro­po­ser plus d’évé­ne­ments de sport libre dans les quar­tiers. La de­mande est là et les jeunes sont prêts à se mo­bi­li­ser pour y par­ti­ci­per et à jouer », ajoute Dja­mel Zi­da­ni.

La pro­chaine fi­nale in­ter-ar­ron­dis­se­ment des Jeux de la rue se dé­rou­le­ra le 16 août, au parc Jar­ry.

(En col­la­bo­ra­tion avec Ralph-Bonet Sanon)

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Les Jeux de la rue sont pré­sents à Mon­tréal de­puis 2002.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.