L’Échoppe de Gaïa est en­fin ou­verte

L'Informateur - - LA UNE -

Après 3 ans et de­mi d’ef­forts, l’Échoppe de Gaïa a été inau­gu­rée ven­dre­di der­nier. Elle ouvre ses portes au pu­blic de­puis mar­di.

La nou­velle frui­te­rie prai­ri­voise était bon­dée lors du cock­tail di­na­toire or­ga­ni­sé pour cé­lé­brer l’ou­ver­ture de ce com­merce « tant at­ten­du dans le quar­tier ».

Pour­tant, il y a quelques se­maines à peine, l’Échoppe de Gaïa avait en­core des airs de chan­tier de construc­tion.

« Mais là, on voit en­fin le bout du tun­nel », par­tage Serge Rous­seau, le co­or­don­na­teur de ce pro­jet qui, avec son équipe de bé­né­voles, a mis les bou­chées doubles pour que le lo­cal flam­bant neuf du 12 545 de la rue Fer­nand-Gau­thier soit prêt à ac­cueillir ses pre­miers clients.

Des ban­quettes en bois, aux pré­sen­toirs pour les fruits et lé­gumes, en pas­sant par les ar­moires et les éta­gères, « Serge a presque tout fait », tient à sou­li­gner Angélique, une bé­né­vole qui a, entre autres choses, conçu la de­van­ture de l’Échoppe de Gaïa.

En ar­rière-bou­tique, les ca­bines de cet an­cien sa­lon de bron­zage abritent dé­sor­mais une cui­sine et une chambre froide.

« Tous les membres du Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et les bé­né­voles avaient des com­pé­tences com­plé­men­taires qui nous ont per­mis de faire avan­cer le pro­jet », in­dique Serge, qui, il n’y a pas si long­temps que ça, n’au­rait pas cru que la pre­mière li­vrai­son de fruits et lé­gumes frais ar­ri­ve­rait ven­dre­di ma­tin pour gar­nir les étals de l’Échoppe Gaïa.

Bref, c’est plein d’hu­mi­li­té que cette joyeuse équipe a fait dé­cou­vrir ce nou­veau com­merce, dont l’ou­ver­ture est an­non­cée de­puis au moins sep­tembre 2016.

DE PÉ­PINS EN FRUITS ET LÉ­GUMES

L’Échoppe de Gaïa a bé­né­fi­cié d’une en­ve­loppe de 100 000 $, « un ca­pi­tal de dé­part qui va au-de­là des at­tentes, mais on ne vou­lait pas en­ga­ger de dé­penses avant d’être sûrs d’avoir l’in­té­gra­li­té de ce mon­tant », ad­met Serge qui a ain­si pu en­ga­ger deux sa­la­riés.

Si l’en­tre­prise d’éco­no­mie so­ciale a re­por­té son ou­ver­ture à plu­sieurs re­prises, c’est jus­te­ment à cause de fi­nan­ce­ments pro­mis par les par­te­naires, mais qui ont tar­dé à être per­çus par l’Échoppe.

«On a eu dif­fé­rents pé­pins et notre plus grand dé­fi a été de mon­ter notre plan fi­nan­cier », par­tage-t-il.

Ce der­nier a pro­fi­té de l’inau­gu­ra­tion de pour tour­ner une pe­tite vi­déo pour ap­puyer la cam­pagne de so­cio­fi­nan­ce­ment qui se­ra pro­chai­ne­ment lan­cée.

L’Échoppe sou­haite amas­ser des fonds pour ac­qué­rir une cui­si­nière plus per­for­mante. «Dans une deuxième phase nous ai­me­rions louer ces équi­pe­ments à des ré­si­dents qui ont dé­jà une ex­per­tise cu­li­naire pour leur per­mettre de pré­pa­rer des plats qui res­pec­te­raient les normes du MAPAQ et qui pour­raient être ven­dus à l’Échoppe », se pro­jette Serge en rap­pe­lant que les ci­toyens sont in­vi­tés à s’im­pli­quer dans ce pro­jet.

OA­SIS EN PLEIN DÉ­SERT ALI­MEN­TAIRE

La mise en ser­vice de l’Échoppe de Gaïa vise prin­ci­pa­le­ment à of­frir à la po­pu­la­tion prai­ri­voise un meilleur ac­cès aux fruits et lé­gumes puisque, dans ce sec­teur de la ville, la grande ma­jo­ri­té des Mont­réa­lais n’ont pas ac­cès à ce type d’épi­ce­rie à moins d’un quart d’heure de marche de leur do­mi­cile.

« Je dois prendre les trans­ports en com­mun pour al­ler au Maxi sur Mau­rice Du­ples­sis, et ça me prend presque 30 mi­nutes, alors que là je pour­rais al­ler à l’Échoppe à pied en moins de 10 mi­nutes», ra­conte Saa­dia, une ré­si­dente du quar­tier ve­nu cé­lé­brer l’ou­ver­ture de la frui­te­rie.

Dès le 24 oc­tobre, la frui­te­rie se­ra ou­verte du mar­di au ven­dre­di, de 10 h à 18 h. Dans quelques se­maines, elle se­ra éga­le­ment ou­verte les sa­me­dis, en même temps que le bis­trot de l’Échoppe de Gaïa se­ra lan­cé.

Serge Rous­seau, le grand ma­ni­tou de l’Échoppe de Gaïa.

(Fé­lix O.J. Four­nier/TC Me­dia)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.