Perte de ser­vices

L'Informateur - - NEWS -

La Ville de Mon­tréal offre un sou­tien fi­nan­cier aux OBNL, mais il est ac­ces­sible à tous les or­ga­nismes qui en font la de­mande, qu’ils soient tou­chés par la taxe ou non. Se­lon les trois or­ga­nismes prai­ri­vois mo­bi­li­sés, cette aide re­pré­sente au­jourd’hui 7 % du loyer an­nuel net, alors qu’elle était de 19 % au mi­lieu des an­nées 2000. Dans le même temps, le mon­tant de la taxe sur les im­meubles non ré­si­den­tiels n’a ces­sé d’aug­men­ter. Elle re­pré­sen­tait en­vi­ron 4000 $ pour l’Art-Ri­vé en 2006 contre 9400 $ en 2018, tan­dis que l’aide mu­ni­ci­pale est des­cen­due à 2100 $. «On est fer­més le lun­di, car on n’a pas les moyens de payer une tra­vailleuse de plus. Avec 10 000 $ de plus par an­née, je pour­rais payer quel­qu’un», re­grette Nan­cy Ar­cham­beault.

Taxé de 11 200 $, le CDFRDP a lui aus­si cou­pé des heures à l’en­semble de ses em­ployées. La si­tua­tion est en­core plus ten­due pour le CJE qui ne peut pas bé­né­fi­cier de l’aide mu­ni­ci­pale, mais qui doit re­ver­ser en­vi­ron 10 000 $ à la Ville de Mon­tréal.

«Ça pour­rait être une res­source de plus, des ac­ti­vi­tés sup­plé­men­taires pour les jeunes ou des titres de trans­port. On est écoeu­rés», avoue An­drée Louis-Seize, in­ter­ve­nante au sein de ce centre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.