Un boi­sé casse-tête pour l’ar­ron­dis­se­ment

L'Informateur - - ACTUALITÉS - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

IMMOBILIER.Si­tué au coeur d’un quar­tier ré­si­den­tiel, un ter­rain boi­sé pose un pro­blème ma­jeur à l’ar­ron­dis­se­ment. Ca­dastre in­com­pa­tible, pro­prié­taires en désac­cord et ab­sence de ser­vices rendent im­pos­sible le dé­ve­lop­pe­ment de ce sec­teur.

Ce boi­sé pro­blé­ma­tique est si­tué entre la 48e et la 51e ave­nue et est bor­dé par le bou­le­vard Per­ras et l’ave­nue Louis-Des­saulles au nord et au sud. Sur ce ter­rain de neuf hec­tares, 126 par­celles ap­par­tiennent à 77 per­sonnes dif­fé­rentes aux in­té­rêts di­ver­gents.

« Ils ne sont pas au même dia­pa­son, cer­tains veulent construire, d’autres veulent spé­cu­ler, d’autres veulent lé­guer à leurs en­fants. Ce mor­cel­le­ment est l’une des prin­ci­pales pro­blé­ma­tiques, il y a eu quelques pro­jets ponc­tuels de pro­mo­teurs, mais quand ils ont vu qu’il y avait 77 pro­prié­taires, ils se sont cas­sé les dents », ex­plique Yann Less­nick, conseiller en pla­ni­fi­ca­tion à la di­vi­sion de l’ur­ba­nisme de Ri­vière-des-Prai­ries–Pointe-aux-Trembles.

De plus, le ca­dastre de ce boi­sé ne cor­res­pond pas au dé­cou­page des rues des quar­tiers en­vi­ron­nants.

« Il y a beau­coup trop de rues. Le tra­cé n’est pas conforme et il faut re­voir le mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment de ce ter­rain-là », pense M. Less­nick.

Je suis à l’em­ploi de­puis 2013 et ce dos­sier est une im­pli­ca­tion constante pour trou­ver des so­lu­tions, c’est fort com­plexe. »

Yann Less­nick, conseiller en pla­ni­fi­ca­tion de l’ar­ron­dis­se­ment. Amé­na­ge­ments illé­gaux

CONSTRUCTION IM­POS­SIBLE

S’il est en­tou­ré de quar­tiers ré­si­den­tiels, ce sec­teur n’est pas re­lié aux ré­seaux d’égouts et d’eau et il est donc im­pos­sible d’y dé­ve­lop­per des lo­ge­ments. De­puis dix ans, Giu­seppe Cal­ta­gi­rone es­père une avan­cée de ce dos­sier pour pou­voir bâ­tir sur deux ter­rains qu’il a ache­tés.

«Je suis un simple ci­toyen qui veut se construire une mai­son et je ne peux pas », se dé­sole ce re­trai­té prai­ri­vois. Il de­mande donc à l’ar­ron­dis­se­ment de lui four­nir ces ser­vices, ce qui est re­fu­sé en rai­son de la com­plexi­té de ce boi­sé en mul­ti­pro­prié­té.

«Ça ne peut pas res­ter tout en junk, c’est plein de chats sau­vages et de mouf­fettes», dé­plore ce propriétaire.

De plus, se­lon le rè­gle­ment de l’ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale, ces in­ves­tis­se­ments sont à la charge des pro­prié­taires, mais ne sont pas obli­ga­toi­re­ment ac­cep­tés.

« Ce n’est pas un droit, c’est un pri­vi­lège que la mu­ni­ci­pa­li­té dé­cide quand le ti­ming est bon. Même si les pro­prié­taires veulent payer, la Ville peut dé­ci­der de ne pas le faire », pré­cise Yann Less­nick.

L’ar­ron­dis­se­ment n’en­vi­sage un dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur que si un re­mem­bre­ment de ce ter­rain s’opère.

« Qui va as­su­mer les coûts si les pro­prié­taires ne s’en­tendent pas ? Il faut être ou­vert à la dis­cus­sion pour di­mi­nuer ce mor­cel­le­ment. Avec ce sta­tu quo, l’ar­ron­dis­se­ment a les deux mains liées », pour­suit le conseiller en pla­ni­fi­ca­tion.

SOLUTION EN 2020

L’ad­mi­nis­tra­tion de RDP-PAT se dit même prête à as­su­mer cer­tains in­ves­tis­se­ments dans ce dos­sier si les nom­breux pro­prié­taires par­viennent à se mettre d’ac­cord. Des études doivent no­tam­ment être me­nées pour étu­dier la faune, la cou­ver­ture vé­gé­tale ou en­core la na­ture des sols.

« Notre but est de trou­ver une solution pour ar­ri­ver à un dé­ve­lop­pe­ment op­ti­mal de ce sec­teur. Ça ne se ré­gle­ra pas en 2018, mais on étu­die plu­sieurs stra­té­gies à pré­sen­ter aux pro­prié­taires et on vise 2020 pour avoir des ré­ponses plus pré­cises », conclut M. Less­nick. En exa­mi­nant les images sa­tel­lites de ce boi­sé, plu­sieurs amé­na­ge­ments ap­pa­raissent au mi­lieu des arbres. Un che­min a no­tam­ment été tra­cé au coeur de cet es­pace et plu­sieurs plan­ta­tions et jar­dins semblent avoir été ins­tal­lés.

« La na­ture a hor­reur du vide, donc cer­tains ci­toyens en ont pro­fi­té, mais tout ce­la est fait sans au­to­ri­sa­tion », ex­plique Yann Less­nick, conseiller en pla­ni­fi­ca­tion à la di­vi­sion de l’ur­ba­nisme de RDP-PAT.

Si l’ar­ron­dis­se­ment ferme les yeux en l’ab­sence de stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment de ce boi­sé, M. Less­nick af­firme que ces amé­na­ge­ments se­ront dé­man­te­lés si une solution émerge avec les nom­breux pro­prié­taires des

126 par­celles de ce ter­rain.

(Photo TC Me­dia — Ni­co­las Ledain)

Plu­sieurs pro­mo­teurs ont pro­po­sé des pro­jets qui n’ont ja­mais abou­ti pour ce boi­sé de neuf hec­tares.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.