Lu­cie Neault, par­ti­ci­pante

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Lu­cie connaît l’Art-Ri­vé de­puis dix-sept ans et a par­ti­ci­pé plu­sieurs fois aux ac­ti­vi­tés ar­tis­tiques. Cette an­née, elle a cinq pro­jets ex­po­sés. « Par exemple, des des­sins qu’on fait les yeux fer­més. » Pour elle, l’art est « ex­cellent pour la san­té men­tale et l’es­time de soi. » Elle le com­pare à la mé­di­ta­tion. « Ça vide com­plè­te­ment l’es­prit. Tu prends contact avec ton âme et ta conscience. C’est ton vrai moi qui s’ex­prime. Tout le stress ex­té­rieur dis­pa­raît. »

Chez elle, Lu­cie n’a pas l’environnement adé­quat pour créer. « Mais à l’Art-Ri­vé il y a une am­biance. Le groupe créé une am­biance de confiance. Sté­pha­nie, celle qui donne les ate­liers, est douce et sou­te­nante. C’est en­ro­bant ! On ne peut pas ne pas avoir confiance en soi avec elle. » Avec l’Art-Ri­vé, Lu­cie a trou­vé « une pe­tite fa­mille. »

Elle se dit très fière de par­ti­ci­per à l’ex­po­si­tion. « C’est plai­sant d’ex­po­ser ! » Pour elle, l’art est une vé­ri­table thé­ra­pie. « On est di­rect dans la créa­tion, t’as pas le temps de phi­lo­so­pher. Par­fois, les thé­ra­pies, c’est très phi­lo­so­phique et ça reste dans ta tête... »

Lu­cie Neault avec l’une de ses créa­tions.

Mélinda Trochu

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.