Un din­don sau­vage en bal­lade à RDP

L'Informateur - - ACTUALITÉS - RÉ­DAC­TION / L’INFOMATEUR

FAUNE. Une ré­si­dente de Ri­vière-desP­ra­ries a cro­qué en pho­to un din­don sau­vage qui se bal­la­dait dans les cours de ré­si­dences du quar­tier.

L’ani­mal a été pris en pho­to le 31 mai, sur la clô­ture d’une pro­prié­té de la 71e ave­nue.

Les din­dons sau­vages se font de plus en plus nom­breux dans les rues de la mé­tro­pole. De­puis le dé­but du prin­temps, plu­sieurs ont été ap­per­çus à Ro­se­mont, Mon­tréal-Nord, Ahunt­sic, Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve et RDP-PAT.

«C’est as­sez sur­pre­nant de les re­trou­ver en mi­lieu ur­bain, ex­pli­quait Jean-Fran­çois Gi­roux, bio­lo­giste et pro­fes­seur à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal, lors d’un en­tre­tien ac­cor­dé au jour­nal de Ro­se­mont à la fin avril. Ils vont sur­tout convoi­ter les mi­lieux agri­coles, là où il y a pré­sence de grains, une des sources de leur ali­men­ta­tion.»

La pré­sence d’au moins deux oi­seaux a été rap­por­tée sur de nom­breux comptes de mé­dias so­ciaux et au 311.

Un mes­sage avait été émis par l’ad­mi­nis­tra­tion sur la page Fa­ce­book de l’ar­ron­dis­se­ment de Ro­se­mont – La Pe­tite-pa­trie, afin de ras­su­rer les ci­toyens.

«Ils ne re­pré­sentent pas de dan­ger! As­sez peu­reux, le din­don sau­vage se nour­rit de fruits, de graines, de pousses vé­gé­tales, de noix et d’in­sectes. [ … ] Si vous croi­sez un din­don, conti­nuez votre che­min, comme vous le fe­riez pour un ra­ton la­veur ou un écu­reuil», peut-on lire en ligne.

Tou­te­fois, se­lon le Fran­çois Gi­roux, la pru­dence est de mise si l’on est confron­té à l’un de ces oi­seaux.

«Ce sont des ani­maux qui peuvent être agres­sifs et quand même as­sez puis­sants, sur­tout si l’on s’ap­proche de leur nid. Il ne faut pas ten­ter de les nour­rir», in­siste M. Gi­roux.

Ce­pen­dant, il ne faut pas craindre un en­va­his­se­ment pro­chain de din­dons sau­vages sur le ter­ri­toire mont­réa­lais, car les bêtes aper­çues se sont pro­ba­ble­ment sim­ple­ment éga­rées. En ef­fet, ces oi­seaux ont plu­tôt ten­dance à vivre en groupes consti­tués de 10 à 15 in­di­vi­dus dans leur état na­tu­rel, con­trai­re­ment à ce qui a ré­cem­ment été ob­ser­vé par les ci­toyens.

«Ils ne risquent pas de po­ser pro­blème comme c’est le cas avec les coyotes, par exemple», af­firme M. Gi­roux.

Par ailleurs, les ser­vices de la mé­tro­pole n’in­ter­vien­dront pas pour cap­tu­rer les din­dons. «Le Rè­gle­ment sur le contrôle des ani­maux s’ap­plique seule­ment aux ani­maux do­mes­tiques», sou­ligne Gon­za­lo Nu­nez, re­la­tion­niste pour la Ville de Mon­tréal.

Les ré­si­dents sont priés de ne pas contac­ter le 311 si ceux-ci aper­çoivent un din­don sau­vage.

(Col­la­bo­ra­tion spé­ciale / Clau­dine Lussier)

Un din­don sau­vage a été pho­to­gra­phié dans Ri­vière-des-Prai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.