Ca­rey Price doit chan­ger de sty­liste

Métro Montréal - - SPORTS - SPORTNOGRAPHE OLI­VIER NIQUET in­fo@jour­nal­me­tro.com

Ça va moyen pour Ca­na­dien par les temps qui courent. L’équipe connaît un dé­but de sai­son au-de­là des at­tentes, mais a des pro­blèmes de constance. Dif­fi­cile tou­te­fois de re­pro­cher aux jeunes de nos jours de man­quer d’in­ten­si­té.

C’est pour­quoi plu­sieurs montrent Ca­rey Price du doigt. Cer­tains disent qu’il se­rait le ta­lon d’Achille de l’équipe. Pour ceux qui se le de­mandent, cette ex­pres­sion vient d’un film avec Brad Pitt, comme l’a dé­jà ex­pli­qué l’an­cien joueur Bru­no Ger­vais. Brad Pitt au­rait eu des pro­blèmes au bas du corps qui l’au­rait em­pê­ché de com­battre les Troyens, ou quelque chose comme ça.

Ça va tel­le­ment mal que des ex­perts pro­fes­sion­nels ont dit à la ra­dio qu’il y au­rait même dé­jà des ru­meurs se­lon les­quelles Price in­té­res­sait Seat­tle. Oui, cette équipe qui n’existe pas en­core. On a at­teint un autre ni­veau dans le concept de «ru­meur» ici.

Il semble tou­te­fois que le pro­blème de Price ne ré­side pas dans son ta­lon, mais dans ses jam­bières. C’est que le gar­dien a dé­ci­dé d’es­sayer pen­dant deux matchs les jam­bières rouges qu’il por­tait au­pa­ra­vant à l’en­traî­ne­ment.

Jo­na­than Drouin s’est d’ailleurs dit sur­pris de cette nou­velle donne dans une en­tre­vue de fond après le match de sa­me­di der­nier. On au­rait pré­fé­ré

se re­trou­ver dans un Uber avec lui pour avoir plus de dé­tails, mais il a re­fu­sé notre offre de co­voi­tu­rage.

C’est que, se­lon des pro­fes­sion­nels de la vi­sion qui offrent un deux-pour-un sur les mon­tures, le fait d’être tout de rouge vê­tu met l’em­phase sur les ou­ver­tures de­vant le fi­let où lan­cer un pro­jec­tile, ou plus pré­ci­sé­ment dans le cas qui nous concerne : une ron­delle.

Est-ce à dire que Ca­na­dien peine a être constant parce que son gar­dien veut être à la mode? Sans au­cun doute, peu­têtre. Price a bien fait de sa­cri­fier le pa­raître pour l’ef­fi­ca­ci­té hier soir. Blanc is the new rouge, comme di­rait Jean Ai­rol­di. La so­lu­tion aux pro­blèmes de Ca­na­dien ré­side peut-être tout sim­ple­ment dans le chan­ge­ment de sty­liste de Ca­rey Price.

«Au ni­veau du can­na­bis mé­di­ca­men­tal là, si je peux m’ex­pri­mer comme ça.»

Da­ny Du­bé, ana­lyste

/ BRUCE BEN­NETT/GET­TY

Ca­rey Price

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.