/ D’AN­CIENS FAU­BOURGS OU­VRIERS

Ma ville - Beauport - - Patrimoine -

Ber­ger­ville

Dans l’ar­ron­dis­se­ment de Sainte-Foy–Sille­ry–Cap-Rouge, Ber­ger­ville se dis­tingue par ses rues étroites et ses mai­sons ou­vrières qui lui confèrent un ca­rac­tère vil­la­geois.Ce vil­lage prend forme vers 1847 sur une par­tie de la vaste pro­prié­té de William Shep­pard,riche com­mer­çant ex­por­ta­teur de bois. D’ailleurs,l’ag­glo­mé­ra­tion porte le nom de Shep­pard­town, que les fran­co­phones tra­duisent bien­tôt par Ber­ger­ville. En­core au­jourd’hui,Ber­ger­ville garde le sou­ve­nir des ou­vriers d’ori­gine fran­çaise ou ir­lan­daise qui tra­vaillaient dans les anses à bois.Leurs pe­tites mai­sons de bois à toit à deux ver­sants ou man­sar­dé,sou­vent re­cons­truites après un in­cen­die, se dressent en­core,toutes ali­gnées,dans les rues de cet en­semble ur­bain.

No­lans­ville

No­lans­ville est un autre vil­lage ou­vrier is­su du com­merce du bois au 19e siècle,dé­ve­lop­pé cette fois-ci sur le do­maine de T.H.No­lan,à l’ouest du site pa­tri­mo­nial de Sille­ry.Il se com­pose de mo­destes mai­sons ag­glu­ti­nées près de la côte à Gi­gnac,le long de l’ave­nue du Père-Mé­nard et des rues An­taïok et Gre­non.Ce sec­teur a connu un se­cond souffle au dé­but du 20esiècle,lorsque des ou­vriers tra­vaillant à la construc­tion du pont de Qué­bec sont ve­nus y ha­bi­ter.Les mai­sons de bois d’un étage et de­mi,dont cer­taines re­montent aux an­nées 1860,rap­pellent les humbles condi­tions de vie de leurs pre­miers oc­cu­pants.Iso­lées ou ju­me­lées,ces de­meures an­ciennes mé­ritent d’être res­tau­rées avec le plus grand soin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.