DÉ­JÀ AP­PRÉ­CIÉS IL Y A 4000 ANS

Ma ville - La Cite-Limoilou - - Par Les Sites Et Les Siècles -

Les étu­diants du chan­tier-école en ar­chéo­lo­gie pré­his­to­rique de l’Uni­ver­si­té La­val ont fouillé, de 2007 à 2009, les restes de cam­pe­ments amé­rin­diens dans le sec­teur des Ma­rais du Nord. Ces cam­pe­ments, dont le plus an­cien re­monte à 4000 ans, ont été oc­cu­pés pen­dant quelques jours par de pe­tits groupes ve­nus ex­ploi­ter les ri­chesses fauniques du lac Saint-Charles. Des os­se­ments d’ani­maux, des ou­tils de pierre et des frag­ments de po­te­ries dé­co­rées ren­seignent sur les ac­ti­vi­tés de ces vi­si­teurs et sur leurs ré­seaux com­mer­ciaux. Les restes ali­men­taires car­bo­ni­sés se conservent re­la­ti­ve­ment bien dans le sol. C’est ain­si que l’on peut dire que le cas­tor était un mets pri­vi­lé­gié. Fi­gu­raient éga­le­ment au me­nu le porc-épic, le rat mus­qué, l’ori­gnal, le ca­ri­bou, l’ours noir, le plon­geon huart, des pois­sons comme le meu­nier, et même la tor­tue. Les ou­tils de pierre dé­montrent par ailleurs l’éten­due du ré­seau d’échange amé­rin­dien. La ma­tière pre­mière pro­vient de lieux aus­si éloi­gnés que Mis­tas­si­ni, le La­bra­dor ou la por­tion des Ap­pa­laches com­prise entre le lac On­ta­rio et le lac Érié. L’abon­dance du quart­zite de Mis­tas­si­ni sug­gère une af­fi­lia­tion si­non une pa­ren­té entre les Amé­rin­diens qui s’ar­rê­taient au lac Saint-Charles et les groupes de chas­seurs-cueilleurs al­gon­quiens de la ré­gion du lac Saint-Jean.

L’équipe de 2007 du chan­tier-école en ar­chéo­lo­gie pré­his­to­rique de l’Uni­ver­si­té La­val. Uni­ver­si­té La­val, par Mi­chel Plourde.

Pierre taillée uti­li­sée comme pointe de flèche, il y a 500 à 1000 ans. Uni­ver­si­té La­val, par Mi­chel Plourde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.