Parc St-Mat­tews : un joyau à pré­ser­ver

Ma ville - La Cite-Limoilou - - Première Page -

L’en­clos fu­né­raire pa­rois­sial Saint-Mat­thew, clas­sé mo­nu­ment his­to­rique en 1978, pré­sente un grand in­té­rêt his­to­rique. Pre­mier ci­me­tière non ca­tho­lique de Qué­bec, il fut ou­vert en 1772 pour les an­gli­cans et agran­di pour les pres­by­té­riens six ans plus tard.

On es­time qu’en­vi­ron six à dix mille corps y au­raient été en­se­ve­lis entre 1772 et 1860. Cet en­clos, ac­quis par la Ville en 1979, fi­gure par­mi les exemples de réus­site en ce qui concerne le re­cy­clage du pa­tri­moine re­li­gieux. Ce suc­cès est lié à la trans­for­ma­tion de l’église en bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale et du ci­me­tière en parc ur­bain.

TRA­VAUx DE RES­TAU­RA­TION

Un pro­gramme de mise en va­leur fut com­plé­té au cours des deux der­nières an­nées. En plus de la res­tau­ra­tion com­plète des mo­nu­ments fu­né­raires du ci­me­tière et la construc­tion d’un mur de sou­tè­ne­ment sur­mon­té d’une clô­ture de fer or­ne­men­tal, plu­sieurs sen­tiers ont été amé­na­gés. Ces tra­vaux ont été com­plé­tés par l’éclai­rage des lieux et des ou­vrages de plan­ta­tion. Un cir­cuit d’in­ter­pré­ta­tion I Pod per­met de se fa­mi­lia­ri­ser avec ce lieu pa­tri­mo­nial unique à Qué­bec. Afin de per­mettre aux vé­gé­taux de bien s’im­plan­ter, le ci­me­tière a été fer­mé au pu­blic du­rant la sai­son es­ti­vale 2010.

UN LIEU FRA­gILE

L’ou­ver­ture du parc Saint-Mat­thew est pré­vue au dé­but du mois de mai pro­chain.

Comme il s’agit d’un lieu fra­gile, les ac­cès au parc se­ront fer­més en de­hors des heures pré­vues d’ou­ver­ture, soit de 6 h à 23 h. L’Ar­ron­dis­se­ment se­ra par­ti­cu­liè­re­ment vi­gi­lant afin que la pro­pre­té et la quié­tude du lieu soient res­pec­tées. Nous de­man­de­rons à tous les pro­prié­taires de chiens de te­nir constam­ment leur ani­mal en laisse quand ils fré­quen­te­ront le parc et de ra­mas­ser les ex­cré­ments avec les sacs qui se­ront ac­ces­sibles à cet ef­fet. Des ins­pec­teurs sur place se char­ge­ront de don­ner des constats d’in­frac­tion aux contre­ve­nants.

PRENDRE SOIN DE cE PARc

Le parc Saint-Mat­thew consti­tue un cas unique à Qué­bec. Avant d’être le parc-ci­me­tière, il fut tout sim­ple­ment, et il est tou­jours, le lieu du der­nier re­pos de près de mil­liers de nos conci­toyens de la com­mu­nau­té pro­tes­tante et an­gli­cane, dont des mi­li­taires, des mar­chands, des ma­rins et de simples ci­toyens de la ville. Il re­vient à tous les usa­gers de ce parc d’en prendre un soin ja­loux et de s’as­su­rer que ce ci­me­tière conserve son ca­rac­tère unique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.