UNE VILLE TOU­JOURS PLUS VERTE

La Ville a ré­cem­ment an­non­cé un pro­jet qui fe­ra de Qué­bec une ag­glo­mé­ra­tion ré­so­lu­ment axée vers le dé­ve­lop­pe­ment du­rable : la construc­tion de deux centres de va­lo­ri­sa­tion des ma­tières or­ga­niques.

Ma ville - La Cite-Limoilou - - Dossier -

Ce

pro­jet com­pren­dra un centre de bio­mé­tha­ni­sa­tion ain­si qu’un centre de com­pos­tage ou­vert qui, glo­ba­le­ment, per­met­tront de don­ner une deuxième vie à quelque 85 000 tonnes de ma­tières or­ga­niques chaque an­née.

POUR­QUOI UN TEL PRO­JET?

La Po­li­tique qué­bé­coise de ges­tion des ma­tières ré­si­duelles

2011-2015 de­mande aux mu­ni­ci­pa­li­tés de dé­tour­ner de l’en­fouis­se­ment et de l’in­ci­né­ra­tion les dé­chets pou­vant être re­cy­clés, com­pos­tés ou réuti­li­sés. L’ob­jec­tif est de mettre en va­leur 60 % des ma­tières or­ga­niques que nous pro­dui­sons.

Par ce pro­jet, la Ville pour­ra at­teindre l’ob­jec­tif fixé... et même le dé­pas­ser!

Ces équi­pe­ments per­met­tront de :

• ré­duire an­nuel­le­ment les émis­sions de gaz à ef­fet de serre d’en­vi­ron 13 000 à 16 000 tonnes d’équi­valent CO2;

• pro­duire an­nuel­le­ment 29 000 tonnes de com­post, dont une par­tie pour­ra être re­dis­tri­buée à la population;

• créer une res­source re­nou­ve­lable, le bio­gaz, qui peut rem­pla­cer le die­sel ou ser­vir au chauf­fage in­dus­triel, par exemple.

DEUX ÉQUI­PE­MENTS COM­PLÉ­MEN­TAIRES

Le choix des deux équi­pe­ments et des lieux pour les construire s’est fait à la suite d’ana­lyses ri­gou­reuses et à par­tir de cri­tères dic­tés par le mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable, de l’En­vi­ron­ne­ment et des Parcs (MDDEP). Tout a été pen­sé afin de li­mi­ter au maxi­mum les nui­sances pour la population.

Le centre de bio­mé­tha­ni­sa­tion se­ra un bâ­ti­ment com­plè­te­ment fer­mé. Il se­ra im­plan­té en face de la sta­tion de trai­te­ment des eaux usées de l’est, dans la zone por­tuaire de l’ar­ron­dis­se­ment de La Ci­té-Li­moi­lou.

Ce centre per­met­tra de trai­ter les ma­tières les plus odo­rantes en mi­lieu clos : les ré­si­dus ali­men­taires. Il se­ra amé­na­gé à plus de

900 mètres de toute zone ré­si­den­tielle, soit presque deux fois la dis­tance exi­gée par le mi­nis­tère.

En construi­sant ce nou­vel équi­pe­ment, la Ville en pro­fi­te­ra pour re­vi­ta­li­ser com­plè­te­ment la zone in­dus­trielle Mai­ze­rets/VieuxLi­moi­lou : ré­amé­na­ge­ment des axes prin­ci­paux (bou­le­vards des Ca­pu­cins, Hen­ri-Bou­ras­sa, Mont­mo­ren­cy et che­min de la Ca­nar­dière), mo­der­ni­sa­tion de l’éco­centre Mont­mo­ren­cy, meilleure in­té­gra­tion ar­chi­tec­tu­rale de l’in­ci­né­ra­teur dans son mi­lieu, etc.

Le centre de com­pos­tage

ou­vert se­ra quant à lui si­tué dans le sec­teur ouest de l’ag­glo­mé­ra­tion, en zone agri­cole. Comme il doit être si­tué à un ki­lo­mètre de dis­tance de toute ré­si­dence, le choix de ce sec­teur ren­for­ce­ra sa vo­ca­tion agri­cole. La Ville dé­po­se­ra un plan de ges­tion des odeurs au mi­nis­tère et ne trai­te­ra sur ce site que des ma­tières peu odo­rantes : le di­ges­tat (pro­duit is­su de la bio­mé­tha­ni­sa­tion) et les ré­si­dus verts.

ÉTAPES À VE­NIR

Le dé­but de la construc­tion des équi­pe­ments est pré­vu à la fin de l’été 2012. D’une va­leur de 57 mil­lions $,

ce pro­jet se­ra fi­nan­cé à 60 % par les gou­ver­ne­ments fé­dé­ral et pro­vin­cial.

Dès l’au­tomne 2013, la col­lecte des ré­si­dus ali­men­taires pour­ra être im­plan­tée au­près de la population. D’ici là, des études se pour­sui­vront afin de com­plé­ter cer­tains as­pects du pro­jet. La Ville vous tien­dra au cou­rant de l’état d’avan­ce­ment de ce dos­sier pro­met­teur!

Pour ob­te­nir plus de ren­sei­gne­ments et pour vi­sion­ner la mo­dé­li­sa­tion 3D re­pré­sen­tant tous les as­pects du pro­jet, vi­si­tez le

www.ville.que­bec.qc.ca/ ma­tie­re­sor­ga­niques.

Qu’est-ce que le com­pos­tage?

Le com­pos­tage est un pro­cé­dé de va­lo­ri­sa­tion bio­lo­gique aé­ro­bie (avec oxy­gène) qui per­met de trans­for­mer les ma­tières or­ga­niques en un fer­ti­li­sant : le com­post.

Qu’est-ce que la bio­mé­tha­ni­sa­tion?

La bio­mé­tha­ni­sa­tion, ou di­ges­tion anaé­ro­bie (sans oxy­gène), est un pro­ces­sus de dé­com­po­si­tion bio­lo­gique contrô­lé qui gé­nère du bio­gaz conver­tible en éner­gie et un ré­si­du so­lide pou­vant être com­pos­té, ap­pe­lé di­ges­tat.

L’im­por­tance des ma­tières or­ga­niques Plus de 40 % de nos or­dures mé­na­gères sont consti­tuées de ma­tières or­ga­niques (ré­si­dus ali­men­taires, ré­si­dus verts, pa­piers mou­choirs, etc.).

Source : Les ma­tières or­ga­niques, Fiches tech­niques à l’in­ten­tion des élus mu­ni­ci­paux, Re­cyc-Qué­bec, 2008

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.