Sé­cu­ri­té ci­vile : sommes-nous prêts?

Inon­da­tions prin­ta­nières, ef­fon­dre­ments de ter­rain, ou­ra­gan : les évé­ne­ments des der­niers mois confirment que la Ville a rai­son de se pré­pa­rer à faire face à des si­tua­tions d’ex­cep­tions. Qu’elles soient d’ori­gine na­tu­relle ou hu­maine.

Ma ville - La Cite-Limoilou - - Première Page -

plus large échelle, le trem­ble­ment de terre en Haïti, le tsu­na­mi qui a frap­pé les côtes du Ja­pon, les at­ten­tats com­mis par un ti­reur fou en Nor­vège ou l’écra­se­ment d’un avion trans­por­tant une équipe de hockey en Rus­sie nous rap­pellent que des ca­tas­trophes peuvent sur­ve­nir à tout mo­ment.

La pre­mière pré­oc­cu­pa­tion de la Ville en de telles cir­cons­tances est bien sûr de pro­té­ger les ci­toyens. Viennent en­suite les biens ma­té­riels et l’en­vi­ron­ne­ment.

La fré­quence ain­si que les coûts des dé­sastres na­tu­rels ne cessent d’aug­men­ter. Une com­pa­gnie sé­rieuse oeu­vrant dans le do­maine de la ré­as­su­rance, Mu­nich RE, es­time à 265 mil­liards de dol­lars les pertes éco­no­miques qui en dé­coulent pour les six pre­miers mois de 2011.

SE PRÉ­PA­RER ET S’ADAP­TER

Règle gé­né­rale, les dé­sastres frappent… sans pré­ve­nir. Même si la Ville est consciente qu’elle ne peut tout pla­ni­fier dans les moindres dé­tails, elle s’est don­né comme mot d’ordre de se pré­pa­rer à faire face aux pires scé­na­rios réa­listes, de la mise en alerte des troupes jus­qu’au ré­ta­blis­se­ment fi­nal.

À si­tua­tion d’ex­cep­tion, ré­ponse d’ex­cep­tion : l’or­ga­ni­sa­tion mu­ni­ci­pale se trans­forme pour s’adap­ter aux be­soins dif­fé­rents de la po­pu­la­tion et trou­ver les meilleures so­lu­tions.

En si­tua­tion ex­trême, tout le per­son­nel de la Ville pour­rait ain­si être mo­bi­li­sé dans une nou­velle struc­ture pour sur­mon­ter la crise tout en as­su­rant les ser­vices es­sen­tiels.

Plus ques­tion de s’oc­cu­per alors d’ac­ti­vi­tés ré­créa­tives : le Ser­vice des loi­sirs, des sports et de la vie com­mu­nau­taire de­vien­drait res­pon­sable de la Mis­sion des ser­vices aux per­sonnes si­nis­trées.

Adop­té en fé­vrier der­nier, le Plan de sé­cu­ri­té ci­vile pré­voit que qua­torze « mis­sions » pour­raient ain­si être dé­ployées et re­grou­pées au­tour d’un co­or­don­na­teur for­mé en consé­quence. Les res­pon­sa­bi­li­tés dé­vo­lues à ces mis­sions se collent aux rôles ha­bi­tuel­le­ment joués par les ser­vices qui y sont rat­ta­chés, comme la Po­lice ou l’En­vi­ron­ne­ment.

Lorsque les cir­cons­tances le jus­ti­fient, la Ville peut aus­si ou­vrir un centre de co­or­di­na­tion, tout neuf, pour s’as­su­rer de la co­hé­sion des ac­tions de l’en­semble des in­ter­ve­nants.

Per­sonne ne sou­haite qu’une ca­tas­trophe de grande en­ver­gure ne frappe Qué­bec, mais la Ville se pré­pare sé­rieu­se­ment à y faire face, si ja­mais elle de­vait sur­ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.