Qué­bec en un clic et trois chiffres

« La Ville a dé­ci­dé de prendre le vi­rage tech­no­lo­gique et de s’ins­crire ré­so­lu­ment dans le XXIE siècle. »

Ma ville - La Cite-Limoilou - - Première Page - Régis La­beaume

Chères ci­toyennes, Chers ci­toyens,

Nombre de grands di­ri­geants po­li­tiques l’ont maintes fois af­fir­mé : l’in­for­ma­tion, c’est le pou­voir! Afin de par­ta­ger cette réa­li­té, la Ville de Qué­bec a lan­cé un vaste chan­tier afin de concré­ti­ser l’un des en­ga­ge­ments que j’ai pris avec mon équipe lors de la der­nière cam­pagne élec­to­rale : mo­der­ni­ser notre ad­mi­nis­tra­tion en la rap­pro­chant du quo­ti­dien des contri­buables et en ren­dant ac­ces­sibles une mine d’in­for­ma­tions qui guident, voire fa­ci­litent, la vie des ci­toyens. En ef­fet, de­puis quelques mois, la Ville a lan­cé l’opé­ra­tion Une ville ou­verte.

De­puis, des don­nées de toutes sortes sont ap­pa­rues sur notre site In­ter­net per­met­tant ain­si à des in­ter­nautes de se les ap­pro­prier et de sug­gé­rer moult ap­pli­ca­tions plus convi­viales, plus concrètes et plus conformes aux be­soins et aux at­tentes de nos ci­toyens. Dans les faits, pour faire image, il s’agit d’un jeu de ping-pong entre l’ad­mi­nis­tra­tion et les in­ter­nautes vi­sant à tou­jours amé­lio­rer l’in­for­ma­tion dis­po­nible sur le site de notre Ville.

Con­crè­te­ment, ce­la se tra­duit par l’offre d’ap­pli­ca­tions, sur­tout mo­biles, éla­bo­rées par des tiers qui fa­ci­li­te­ront la vie des ci­toyens, comme trou­ver ra­pi­de­ment les ac­ti­vi­tés de loi­sirs qui se tiennent près de chez soi, iden­ti­fier les édi­fices ac­ces­sibles, éla­bo­rer le par­cours op­ti­mal pour évi­ter les travaux, etc.

Par­fois, les sug­ges­tions des in­ter­nautes se li­mi­te­ront à des ques­tions de forme, mais la plu­part du temps, ces sug­ges­tions obli­ge­ront les or­ga­ni­sa­teurs d’ac­ti­vi­tés ou les dé­ci­deurs de la Ville à re­voir de fond en comble leur fa­çon de faire, car ils se­ront confron­tés aux com­men­taires d’usa­gers qui vivent, dans leur quo­ti­dien, ce qu’il est conve­nu de qua­li­fier, en mar­ke­ting, l’ex­pé­rience Qué­bec.

Le chan­tier est en cours, les pre­miers ré­sul­tats sont concluants et le vi­sage du site In­ter­net de notre ville ne se­ra cer­tai­ne­ment plus ja­mais le même. La par­tie de ping-pong vient de com­men­cer et de­vrait s’in­ten­si­fier afin de don­ner un vi­sage plus hu­main et plus convi­vial à notre ville.

Pa­ral­lè­le­ment à cette dé­marche, nous pour­sui­vons notre vo­lon­té de rendre plus ac­ces­sibles nos ser­vices et les échanges entre l’ad­mi­nis­tra­tion et les ci­toyens. Deux me­sures concrètes se­ront mises en place dans les pro­chains mois, soit :

• Une ligne té­lé­pho­nique 311 qui per­met­tra aux ci­toyens de contac­ter la Ville et de re­ce­voir sur-le-champ les in­for­ma­tions re­cher­chées ou les ré­ponses à leurs ques­tions. En trois chiffres, le ci­toyen sau­ra à quoi s’en te­nir.

• Une ving­taine de ser­vices en ligne fe­ront éga­le­ment leur ap­pa­ri­tion : les ins­crip­tions aux ac­ti­vi­tés de loi­sirs, le paie­ment des taxes ou des constats d’in­frac­tion, etc. La Ville a dé­ci­dé de prendre le vi­rage tech­no­lo­gique et de s’ins­crire ré­so­lu­ment dans le XXIE siècle. Tou­jours dans cette vo­lon­té de mieux in­for­mer les ci­toyens, donc de leur don­ner ac­cès au pou­voir, mon ad­mi­nis­tra­tion a dé­ci­dé de mettre la barre très haute en ren­dant dis­po­nible et en temps réel tout le pro­ces­sus en­tou­rant le futur am­phi­théâtre. Pour ce faire, l’équipe du Ser­vice des com­mu­ni­ca­tions de la Ville a créé un es­pace sur le site In­ter­net à par­tir du­quel les in­ter­nautes pour­ront voir les travaux en temps réel et lire toutes les dé­ci­sions vo­tées par le co­mi­té exé­cu­tif et le conseil mu­ni­ci­pal. Ce fai­sant, je suis conscient que mon ad­mi­nis­tra­tion s’ex­pose à des cri­tiques ou à des com­men­taires qua­si quo­ti­diens quant à sa fa­çon d’abor­der ce dos­sier, mais nous avons dé­ci­dé de le faire en toute trans­pa­rence, car il s’agit d’un ou­vrage pu­blic. Comme di­rait un de mes amis : « plus dé­mo­cra­tique et trans­pa­rent que ça, tu meurs! » Ce­ci dit, cer­tains trou­ve­ront en­core à cri­ti­quer. Mon équipe et moi, nous croyons que c’est le prix à payer pour faire de ce pro­jet un exer­cice to­ta­le­ment dé­mo­cra­tique et ras­sem­bleur, car l’in­for­ma­tion, c’est le pou­voir.

Une ville en un clic et en trois chiffres n’au­ra ja­mais été aus­si concrète.

À vos cla­viers! À vous de vous en pré­va­loir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.