UN IN­SECTE À NE PAS IN­VI­TER CHEZ SOI

L’agrile du frêne peut vous sem­bler in­of­fen­sif à pre­mière vue, mais dé­trom­pez-vous! Ce pe­tit co­léo­ptère ori­gi­naire d’asie a ra­va­gé des mil­lions de frênes en Amé­rique du Nord de­puis le dé­but des an­nées 2000.

Ma ville - La Cite-Limoilou - - M’informer -

Les fe­melles d’agrile dé­posent leurs oeufs dans les fis­sures de l’écorce des frênes et ce sont les larves, lors­qu’elles s’y dé­ve­loppent, qui pro­voquent la mort des arbres.

COMMENT éVI­TER L’IN­FES­TA­TION?

L’agrile ne peut vo­ler très loin. Sa pro­pa­ga­tion entre les ré­gions est sur­tout liée au trans­port de bois in­fec­té. La meilleure fa­çon d’évi­ter son in­tro­duc­tion à Qué­bec est donc d’évi­ter le trans­port de frêne ser­vant de bois de chauf­fage, car l’in­secte ra­va­geur pour­rait y avoir trou­vé re­fuge. La Ville de Qué­bec a mis en place un pro­gramme de dé­tec­tion pré­coce de l’agrile du frêne sur son ter­ri­toire. Ain­si, 40 pièges ont été po­sés sur au­tant d’arbres. Si vous en aper­ce­vez un, n’y tou­chez pas!

Pour en sa­voir plus sur l’agrile du frêne et sur les fa­çons d’évi­ter son in­tro­duc­tion à Qué­bec, consul­tez le www.ville.quebec.qc.ca/agrile.

D’ap­pa­rence in­of­fen­sive, l’agrile du frêne peut ra­va­ger toute une po­pu­la­tion

de frênes en quelques an­nées à peine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.