VOUS TRAN­SPOR­TEZ DU BOIS? ATTENTION!

Ce bois pour­rait abri­ter l’agrile du frêne, un in­secte ra­va­geur qui cause de­puis quelques an­nées la mort de mil­lions de frênes en Amé­rique du Nord.

Ma ville - La Cite-Limoilou - - Vivre À Québec -

Ce pe­tit co­léo­ptère asia­tique est main­te­nant bien éta­bli au Qué­bec. En ef­fet, sa pré­sence est confir­mée dans plu­sieurs villes, dont Ga­ti­neau, Mon­tréal et La­val.

COMMENT PRO­TÉ­GER NOS FRÊNES?

L’agrile ne peut vo­ler très loin. Sa dis­per­sion se fait sur­tout par le dé­pla­ce­ment de pro­duits fo­res­tiers, dont le bois de chauf­fage. La meilleure fa­çon de pro­té­ger les frênes de Qué­bec est d’évi­ter de dé­pla­cer du bois en le brû­lant sur place et en ache­tant lo­ca­le­ment.

Les pre­miers signes d’une in­fes­ta­tion par l’agrile du frêne prennent quelques an­nées avant de se ma­ni­fes­ter fes­ter et il est alors gé­né­ra­le­ment trop tard pou pour in­ter­ve­nir. De­puis 2012, 012, la V Ville de Qué­bec a donc mis en place un pro­gramme de dé­tec­tion pré­coce par pié­geage et par écor­çage de branches. L’agrile du frêne n’a ja­mais été dé­tec­té à Qué­bec jus­qu’à main­te­nant. De nou­veaux pièges ont été ins­tal­lés au prin­temps der­nier.

Pour en sa­voir plus sur l’agrile du frêne : www.ville.que­bec. qc.ca/agrile.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.