Comment rendre l’Halloween moins effrayante

L’Halloween moins effrayante

Maman & Moi - - Sommaire - Par Jo­siane Lam­bert

Fan­tômes et lu­tins, ci­trouilles gri­ma­çantes, sque­lettes ef­frayants... Cer­tains en­fants d'âge pré­sco­laire aiment le spec­tacle fan­tas­ma­go­rique de la fête d'Halloween (sans par­ler de tous les bon­bons!). Mais d'autres peuvent flip­per de­vant les masques et cos­tumes ef­frayants et la foule de tous ces pe­tits monstres qui dé­am­bulent dans la rue. L’Halloween peut pré­sen­ter un dé­fi pour les pa­rents d'en­fants âgés de trois et quatre ans parce que c'est l'âge où les en­fants com­mencent à vrai­ment mon­trer un in­té­rêt pour cette fête, mais ils sont éga­le­ment en­core as­sez jeunes pour avoir peur ou être sur­ex­ci­tés. Il est dif­fi­cile de sa­voir comment votre en­fant ré­agi­ra à sa pre­mière Halloween. Mais vous pou­vez es­sayer d'an­ti­ci­per les pro­blèmes po­ten­tiels à l'avance et gar­der cette jour­née amu­sante pour tout le monde.

DÉMYSTIFIER LES DÉCORS

Alors que les dé­fi­lés pour en­fants et les fêtes d'âge pré­sco­laire sont as­sez mo­dé­rés, il est ce­pen­dant presque im­pos­sible d'évi­ter toutes les images de morts qui ap­pa­raissent sur les pe­louses, dans les centres com­mer­ciaux et à la té­lé­vi­sion du­rant les se­maines pré­cé­dant l'Halloween. Mais avec de jeunes en­fants, il est conseillé de ne pas faire le dé­tour au­tour des sor­cières ca­que­tantes et des scènes de ci­me­tière dans la cour de vos voi­sins. Les ex­perts mettent en garde contre ce com­por­te­ment, car le fait d'évi­ter tout ce qui pour­rait don­ner la chair de poule à votre en­fant pour­rait en fait ag­gra­ver son an­xié­té, ren­for­cer l'idée qu'il y a vrai­ment quelque chose à craindre. Ce­la ne si­gni­fie pas que vous de­vriez ame­ner votre bam­bin dans une mai­son han­tée qui le fe­ra hur­ler à tue­tête, mais vous pou­vez l'ai­der à se fa­mi­lia­ri­ser avec les trucs ef­frayants. Al­lez-y étape par étape. Al­lez dans un ma­ga­sin d'Halloween. Trou­vez des pho­tos de per­sonnes en cos­tumes sur in­ter­net, ou vi­si­tez une ferme lo­cale qui a des dé­co­ra­tions en place.

Vous pou­vez éga­le­ment dé­sen­si­bi­li­ser votre en­fant d'âge pré­sco­laire en fai­sant un pro­jet d'ar­ti­sa­nat qui dé­peint un per­son­nage ef­frayant d'une fa­çon amu­sante, comme sculp­ter un sou­rire dans une ci­trouille ou faire des fan­tômes avec du pa­pier cré­pon.

DÉTENDEZ-VOUS AVEC LES COS­TUMES…

Af­fi­cher une pho­to sur Facebook de votre ado­rable tout­pe­tit ha­billé comme un pi­rate ou un bour­don le len­de­main de l'Halloween peut être un rite de pas­sage. Mais ne soyez pas sur­pris si votre en­fant d'âge pré­sco­laire per­turbe vos plans en re­fu­sant sou­dai­ne­ment de jouer le per­son­nage le grand jour ve­nu.

À l'Halloween l'an der­nier, mon amie Louise a été ra­vie lorsque ses deux filles ont dé­ci­dé de faire leurs propres cos­tumes de pe­tit gâ­teau avec des taies d'oreiller, du pa­pier d'alu­mi­nium et de la pein­ture pour tis­su. Mais lorsque l’Halloween est fi­na­le­ment ar­ri­vée, Sa­bri­na, âgée, de trois ans, a tout sim­ple­ment re­fu­sé de por­ter son cos­tume. Elle a ado­ré le fa­bri­quer, mais elle n'avait au­cun in­té­rêt à le por­ter. Les en­fants d'âge pré­sco­laire sont très vo­la­tiles; ils peuvent être très ex­ci­tés et ab­sor­bés par quelque chose mar­di et l'avoir com­plè­te­ment ou­blié jeu­di. Non seule­ment leurs in­té­rêts sont dé­pla­cés, mais ils peuvent éga­le­ment dé­ci­der que le cos­tume pique, qu'une lourde cape les em­pêche de cou­rir, ou ils n'ont tout sim­ple­ment pas en­vie de por­ter un cha­peau ce jour-là.

Si votre en­fant re­chigne à por­ter le cos­tume que vous avez fait ou ache­té, of­frez-lui un com­pro­mis : il peut l'ame­ner à l'école et l'en­fi­ler là-bas pour la fête de classe, ou il peut por­ter les bottes de su­per­hé­ros, mais ne pas por­ter la cape. S'il re­fuse tou­jours de bou­ger, aban­don­nez tout sim­ple­ment l'idée. Il vaut mieux gar­der votre éner­gie pour des choses plus im­por­tantes.

DÉMASQUER LES GOBELINS

Même si votre bam­bin n'est in­té­res­sé qu'à se dé­gui­ser en chiot in­no­cent, il peut y avoir beau­coup d'autres en­fants au­tour de lui avec des vi­sages peints de fa­çon éla­bo­rée ou por­tant des masques ou des cos­tumes ef­frayants qui peuvent dé­con­cer­ter même l'en­fant le plus co­ol du voi­si­nage… L'an­née der­nière, ma fille de 9 ans a dé­ci­dé de se dé­gui­ser en sor­cière, avec du rouge à lèvres noir et autre ma­quillage sombre, et mon gar­çon de 3 ans a été com­plè­te­ment trau­ma­ti­sé par son ap­pa­rence. Il a re­fu­sé de pas­ser l'Halloween avec elle jus­qu'à tant qu'elle en­lève son ma­quillage.

Bien qu'un en­fant d'âge pré­sco­laire puisse être conscient que c'est son frère ou sa soeur qui se trouve sous le dé­gui­se­ment ma­cabre, ce­la reste un concept dif­fi­cile à maî­tri­ser pour un en­fant de cet âge. La re­cherche montre que les jeunes en­fants peuvent avoir du mal à dis­tin­guer l'ap­pa­rence de la réa­li­té, il est donc très fré­quent pour les en­fants âgés de 2 à 4 ans de pa­ni­quer de­vant un masque ou du ma­quillage, même le leur. Plu­tôt que d'es­sayer d'at­té­nuer les cos­tumes de tous les grands frères et soeurs, lais­sez votre plus jeune par­ti­ci­per à leur trans­for­ma­tion, de sorte qu'il puisse ab­sor­ber le fait que la sor­cière effrayante est sa soeur aî­née. Non seule­ment peut-il re­gar­der sa soeur ap­pli­quer le ma­quillage, mais il pour­rait par­ti­ci­per, mettre quelques touches de rouge à lèvres sur elle.

Vi­si­tez le ma­ga­sin de cos­tumes avec lui, mon­trez-lui que les masques ne sont vrai­ment rien de plus que du plas­tique et de la pein­ture. Bien sûr, vous pou­vez aus­si li­mi­ter la cueillette de bon­bons aux heures en­so­leillées – même un cos­tume de ci­trouille in­no­cent peut sem­bler beau­coup plus ef­frayant dans l'obs­cu­ri­té!

AJUSTEZ VOS AT­TENTES

Votre en­fant peut être heu­reux d'avoir re­çu une barre de cho­co­lat lors des deux ou trois pre­mières mai­sons vi­si­tées, mais ar­rive la mai­son nu­mé­ro quatre et l'in­té­rêt n'y est plus, la fête est ter­mi­née.

Et rap­pe­lez-vous, un en­fant de 3 ans qui ne veut ab­so­lu­ment pas par­ti­ci­per aux ac­ti­vi­tés d'Halloween cette an­née en se­ra à un tout autre stade de dé­ve­lop­pe­ment l'an pro­chain – il pour­ra fa­ci­le­ment de­ve­nir la ter­reur de 4 ans qui se dé­guise en fan­tôme en criant « Bouh! » à tout ce qui bouge. Et quelle belle pho­to ce­la fe­ra sur Facebook!

Vous n'avez pas le temps de fa­bri­quer les cos­tumes d'Halloween de vos en­fants? Par­ty Ex­pert sau­ra vous ai­der.

Par­ty Ex­pert est le chef de file dans la vente de dé­gui­se­ments et d’ac­ces­soires de fêtes au Qué­bec. Leur large éven­tail de pro­duits pré­sente les der­nières ten­dances en plus de vous don­ner des idées d’ar­ran­ge­ments pour une fête thé­ma­tique. Par­ty Ex­pert vous pro­pose un vaste choix de dé­co­ra­tions, d’ac­ces­soires et de ca­deaux pour : ma­riages, anniversaires de ma­riage, sho­wers de bé­bé, fêtes d’an­ni­ver­saire et fêtes thé­ma­tiques en plus de vous of­frir une va­rié­té im­pres­sion­nante de cos­tumes de qua­li­té. Par­ty Ex­pert compte huit ma­ga­sins à Mon­tréal et ses en­vi­rons. M&M

http://www.par­ty-ex­pert.com/

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.