Se pré­pa­rer à l’ar­ri­vée de bé­bé : les in­dis­pen­sables

Les in­dis­pen­sables

Maman & Moi - - Sommaire - Par Wen­dy Charles

Vous êtes pas­sée par toute la gamme des émo­tions en ap­pre­nant la nou­velle de votre gros­sesse, vous vous êtes ré­jouie avec fa­mille et amis, mais vous réa­li­sez que bé­bé se­ra là très bien­tôt et qu’il vous reste beau­coup à faire pour être fin prête à l’ac­cueillir… Voi­ci un pe­tit guide des in­dis­pen­sables qui vous per­met­tra de com­plé­ter vos achats sans rien ou­blier. Non seule­ment les pages qui suivent ré­dui­ront votre ni­veau de stress, mais elles as­su­re­ront aus­si le confort de bé­bé, et ce, dès qu’il se poin­te­ra le bout du nez!

DANS LA VALISE ET... HOP! À L’HÔ­PI­TAL!

Votre bé­bé se­ra sans doute le plus beau, le plus vif d’es­prit et le plus in­tel­li­gent de la pou­pon­nière, mais rien ne vous as­sure qu’il soit ponc­tuel dès son ar­ri­vée. Si vous êtes plu­tôt du genre der­nière minute que du genre à no­ter vos tâches à votre agen­da, vous de­vez être consciente du risque de voir bé­bé ar­ri­ver avant la date pré­vue, et donc, avant que vous ne soyez prête.

Bien en­ten­du, il n’y a pas lieu de pa­ni­quer si, à quelques jours de votre ac­cou­che­ment pré­vu en été, vous n’avez pas en­core fait le plein de vê­te­ments d’hi­ver pour les pre­miers jours de froi­dure. Tou­te­fois, par­mi les im­pé­ra­tifs in­dis­cu­tables : la valise dont vous au­rez be­soin au mo­ment de quit­ter pour l’hô­pi­tal ou la mai­son de nais­sance. Vous pour­rez com­plé­ter ce pe­tit ba­gage au gré de vos en­vies, mais voi­ci les es­sen­tiels que vous de­vriez prendre soin d’y glis­ser :

• Trois ou quatre pe­tits py­ja­mas ou gre­nouillères de bé­bé.

• Des couches pour nou­veau-né.

• Quelques pe­tites cou­ver­tures douces pour em­mi­tou­fler

bé­bé.

• Un bon­net.

• De pe­tites mi­taines pour évi­ter que bé­bé ne se griffe

le vi­sage du­rant son som­meil.

• Une te­nue d’ex­té­rieur pour le re­tour à la mai­son. Peu im­porte la pé­riode de l’an­née, veillez à pré­voir des vê­te­ments un peu plus chauds que ce que vous ju­gez né­ces­saire. Ain­si, si la jour­née est par­ti­cu­liè­re­ment fraîche, vous se­rez bien pré­pa­rée. Ce­la pour­rait aus­si sau­ver la mise si bé­bé dé­ci­dait de se poin­ter le bout du nez quelques se­maines plus tôt que pré­vu alors que, par exemple, l’ac­cou­che­ment est pré­vu au prin­temps.

• Des vê­te­ments confor­tables pour vous aus­si. Évi­tez évi­dem­ment les vê­te­ments qui pour­raient vous ser­rer au ni­veau du ventre. Pri­vi­lé­giez les vê­te­ments doux et ex­ten­sibles qui vous of­fri­ront un maxi­mum de confort.

• Une couverture pour vous ré­chauf­fer ou vous cou­vrir

lors de l’al­lai­te­ment.

• Des pro­duits de toi­lette fa­ciles d’em­ploi (lin­gettes net­toyantes pour le vi­sage, sham­poing sec, etc.) que vous pour­rez uti­li­ser pour vous ra­frai­chir du­rant votre sé­jour à l’hô­pi­tal.

POUR BÉ­BÉ À SON AR­RI­VÉE À LA MAI­SON

Si les pre­miers mois de gros­sesse peuvent être éprou­vants phy­si­que­ment et ponc­tués de nom­breux ren­dez­vous de sui­vi mé­di­cal, les choses se calment gé­né­ra­le­ment vers le 5e mois. C’est le mo­ment par­fait pour pro­cé­der aux achats de meubles et de vê­te­ments pour bé­bé qui se­ra là sous peu. Pour la chambre, le mo­bi­lier se com­pose de quatre élé­ments in­con­tour­nables : le ber­ceau (ou la bas­si­nette), la table à lan­ger, une pe­tite com­mode pour les vê­te­ments de bé­bé et le né­ces­saire de toi­lette, de même qu’une chaise ber­çante qui vous ser­vi­ra au mo­ment du boire et du cou­cher. Plu­sieurs autres ac­ces­soires ou pe­tits meubles peuvent s’ajou­ter à la dé­co de la chambre, mais, avec ces quatre es­sen­tiels, vous se­rez sur la bonne voie et vous pour­rez, au be­soin, vous pro­cu­rer de pe­tits plus au fil du temps. En ce qui concerne les vê­te­ments, il im­porte – mal­gré la ten­ta­tion! – de ne pas faire de trop grandes ré­serves de vê­te­ments de taille nou­veau-né. En ef­fet, dans cer­tains cas, il ar­rive même que bé­bé soit plus grand que la moyenne au point de pas­ser à la gran­deur sui­vante dès son ar­ri­vée. Pré­voyez donc un nombre li­mi­té de py­ja­mas pour nou­veau-né, de même que quelques-uns un peu plus grands. Au cours des der­nières se­maines de votre gros­sesse, votre mé­de­cin pour­ra d’ailleurs vous don­ner une bonne idée de la taille et du poids que bé­bé au­ra à l’ac­cou­che­ment.

Por­tez votre choix sur des vê­te­ments fa­ciles à en­fi­ler. Si vous y te­nez, choi­sis­sez quelques te­nues co­quettes pour les vi­sites à la fa­mille et les sor­ties, mais n’ou­bliez pas que, du­rant les pre­miers mois, bé­bé pas­se­ra le plus clair de son temps à dor­mir. Les robes ou pe­tits cos­tumes sont peut-être bien jo­lis, mais, bien sou­vent, sont as­sez peu confor­tables. Il y a fort à pa­rier que bé­bé dor­mi­ra bien mieux dans de doux py­ja­mas à pattes qu’il ne le fe­rait ha­billé comme un pe­tit roi.

Fi­na­le­ment, n’ou­bliez pas de lais­ser dans la chambre de bé­bé de nom­breuses pe­tites dé­bar­bouillettes et de lo­tions hy­dra­tantes pour bé­bé que vous uti­li­se­rez au mo­ment des chan­ge­ments de couches ou après le bain.

POUR VOUS... PARCE QUE VOUS LE MÉRITEZ!

La valise de bé­bé conte­nait tout ce qui vous se­rait né­ces­saire pour le sé­jour à la ma­ter­ni­té, la chambre de votre pou­pon était bien douillette et ac­cueillante à son ar­ri­vée? Bien joué! Mais qu’en est-il de vous? De quoi au­rez-vous be­soin à votre re­tour à la mai­son? Des ma­mans nous confient ce qui les a ai­dées à pas­ser au tra­vers des pre­mières se­maines, pas tou­jours fa­ciles, avec bé­bé à la mai­son. Comme quoi, par­fois, ce sont des dé­tails aux­quels on ne songe pas qui peuvent faire toute la dif­fé­rence. Parce que quand on y pense bien, ce­la va de soi : bé­bé se­ra en­core plus heu­reux avec une ma­man heu­reuse et re­po­sée.

Ma­rie-Lou, ma­man de trois jeunes en­fants âgés de 7 mois à 4 ans

« Pen­dant la gros­sesse, sur­tout la pre­mière, on se concentre tel­le­ment sur bé­bé et sur tout ce dont il au­ra be­soin qu’on en ou­blie qu’il faut pen­ser un peu à nous aus­si. Il y au­ra tou­jours des bras et des gens heu­reux de prendre bé­bé et de le ca­jo­ler, mais pour la ma­man, cer­taines jour­nées se­ront plus dif­fi­ciles. Mon aî­née a été un bé­bé dif­fi­cile du­rant les pre­miers mois. C’est une ini­tia­tive de ma belle-mère, la conjointe de mon père, qui m’a sau­vé la vie du­rant cette pé­riode. Pen­dant que j’étais à l’hô­pi­tal, elle est ve­nue à la mai­son et a rem­pli le congé­la­teur de pe­tits plats faits mai­son. Ça m’a en­le­vé un stress et m’a per­mis de me gâ­ter avec des sou­pers sa­vou­reux sans avoir à cui­si­ner. Elle a ré­pé­té le ca­deau à mes deux autres gros­sesses, et c’est une at­ten­tion que je suis bien dé­ci­dée à rendre à une de mes amies qui ac­cou­che­ra dans quelques se­maines! » Ca­mille, ma­man de Yoan, 16 mois

« Mon in­dis­pen­sable pour le re­tour à la mai­son a été de me créer une dé­tente dans la chambre de Yoan. Je sa­vais que je se­rais in­quiète de le sa­voir dans sa chambre à l’étage pen­dant que je se­rais au rez-de-chaus­sée... sans doute le stress d’une ma­man no­vice ! (rires) Une chaise confor­table, une lampe douce et que pe­tite table pour po­ser mon thé et un bou­quin... le tout à cô­té du ber­ceau. Ce­la a fait toute la dif­fé­rence pour moi et ça m’a per­mis de me dé­tendre du­rant les pre­mières se­maines. Le simple fait d’être dans la même pièce que mon bé­bé dis­si­pait mes in­quié­tudes. Bref, pour moi, l’in­dis­pen­sable n’était pas lié à des achats ma­té­riels, c’était ce pe­tit amé­na­ge­ment qui m’ac­cor­dait la paix d’es­prit, me per­met­tant de re­trou­ver mes éner­gies après l’ac­cou­che­ment. » M&M

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.