Mon pre­mier po­ta­ger

Par où com­men­cer? Com­ment? Avec quoi? À quel en­droit? Le pre­mier po­ta­ger peut re­pré­sen­ter un défi in­sur­mon­table. Avec les bons conseils d’Isa­belle Ca­ron, co­pro­prié­taire des Serres Ca­ron, à L’Is­let-surMer, vous par­ti­rez du bon pied.

Mon Jardin et Potager - - Sommaire - Par Ma­non Ri­vard

Où fait-on notre jar­din? «À l’en­droit le plus en­so­leillé (où il y a au mi­ni­mum six heures d’en­so­leille­ment) et idéa­le­ment proche de la mai­son, même le plus près pos­sible de la cui­sine, ce qui don­ne­ra le goût de l’uti­li­ser beau­coup. Et loin des gros arbres, puisque les ra­cines en­tre­ront en ri­va­li­té avec les va­rié­tés du jar­din et fe­ront de l’ombre.»

En sol, dans un car­ré sur­éle­vé ou en pots: le­quel choi­sir? «Pour ceux qui ont des en­droits res­treints, en pots – en choi­sis­sant les culti­vars pour ce type de culture – est l’idéal. Le seul in­con­vé­nient? Ce­la de­mande plus d’ar­ro­sage. En sol, ce­la a l’avan­tage d’être mal­léable au fil des ans, sauf qu’une com­pac­tion se pro­duit (il fau­dra uti­li­ser un ro­to­cul­teur pour re­muer la terre, ajou­ter du com­post, faire des al­lées…: ça de­mande un peu plus de «job de bras»). Le bac sur­éle­vé per­met d’être plus à l’aise pour tra­vailler, on peut chan­ger le sol plus fa­ci­le­ment, il y a un meilleur drai­nage et la terre se ré­chauffe plus ra­pi­de­ment, donc la pro­duc­ti­vi­té se­ra hâ­tive. Ce­pen­dant, ce­la de­mande de le construire la pre­mière an­née.» Que met-on comme ter­reau dans notre po­ta­ger? «Je sug­gère pour com­men­cer l’ajout d’un ter­reau moi­tié terre à jar­din, moi­tié com­post. Les autres an­nées, on peut sim­ple­ment dé­po­ser du com­post en dé­but de sai­son.»

Quelles graines sème-t-on di­rec­te­ment au po­ta­ger et les­quelles poussent le plus fa­ci­le­ment? «Épi­nards, ra­dis, ca­rottes et oi­gnons.»

Les se­mis in­té­rieurs re­pré­sentent-ils une trop grande aven­ture? «Il faut le faire par plai­sir, car ça de­mande quand même pas mal de tra­vail. Par­mi les va­rié­tés à choi­sir pour com­men­cer: les to­mates et cer­taines fines herbes, avec un bon ter­reau d’em­po­tage et quelques bâ­tons pour iden­ti­fier les conte­nants.»

Qu’achète-t-on en jar­di­ne­rie? «Les se­mences, le com­post, les en­grais et les plants de choux, to­mates, poi­vrons, poi­reaux, les fines herbes et quelques lai­tues pour avoir une ré­colte très ra­pi­de­ment.»

Com­ment choi­sit-on ses plants? «On sé­lec­tionne des plants vi­gou­reux, d’un beau vert, sans dom­mage au feuillage et non étio­lés (dé­fi­ni­tion: dont les entre-noeuds sont courts), à moins que ce ne soit des plants com­pacts. Par contre, on peut choi­sir les to­mates as­sez longues en les plan­tant pro­fon­dé­ment dans le sol de ma­nière à ce que le plant fasse beau­coup de ra­cines.»

Est-ce vrai qu’on doit re­ti­rer les fleurs, les fruits ou les lé­gumes avant de mettre les plants en sol? «Ça dé­pend de votre ni­veau de pa­tience. Vous pour­riez prendre deux plants: lais­ser les fruits sur l’un et les en­le­ver sur l’autre. En fait, en re­ti­rant les fruits, lé­gumes ou fleurs, la plante se concen­tre­ra sur le développement de ses ra­cines et de­vien­dra plus forte.»

De la serre com­mer­ciale à la terre, y a-t-il du tra­vail à faire? «Idéa­le­ment, on les choi­sit le plus près du mo­ment de la trans­plan­ta­tion afin d’avoir le moins d’en­tre­tien à faire en conte­nants.»

Quelle dis­tance laisse-t-on entre les plants au mo­ment de mettre au sol? «C’est très va­riable, on doit se ré­fé­rer aux éti­quettes.»

Quelles sont les va­rié­tés qui exigent beau­coup d’es­pace? «La courge, le maïs ou le concombre, mais en­core là, on peut faire grim­per ce­lui-ci en hau­teur sur des tu­teurs. Au­tre­ment, on choi­sit des va­rié­tés compactes dé­ve­lop­pées no­tam­ment pour la culture en pots.»

À l’in­verse, les­quelles sont par­faites pour un pe­tit po­ta­ger? «Les ra­dis, ha­ri­cots nains, oi­gnons ou bet­te­raves.»

Quelles sont les va­rié­tés qui au­ront be­soin de sup­ports? «Les ha­ri­cots grim­pants, to­mates, pois ou concombres, comme on l’a dit plus tôt.»

Y a-t-il des va­rié­tés qui ne prennent pas bien en pots et, si c’est le cas, les­quelles? Les ca­rottes, par exemple, est-ce réa­li­sable? «Oui, les ca­rottes se plantent en pots pour­vu que la pro­fon­deur de la terre soit adé­quate. On peut pra­ti­que­ment tout réus­sir, il faut seule­ment choi­sir les va­rié­tés en consé­quence. Il existe sur le mar­ché un très grand choix de va­rié­tés adap­tées à ce type de culture. Même la pa­tate est pos­sible à pro­duire en conte­nant, en choi­sis­sant un pot de grande taille.»

Par­lons ar­ro­sage. Quand? Com­bien de temps? De quelle ma­nière ar­rose-t-on? «On ar­rose au be­soin: on touche le sol et on éva­lue. De pré­fé­rence le ma­tin. Il faut lais­ser le sol se des­sé­cher un peu entre les ar­ro­sages, his­toire de lais­ser les ra­cines se dé­ve­lop­per. En pé­riode de ca­ni­cule, ce­pen­dant, il fau­dra y pas­ser plus de temps. Mais au dé­but, quand on sème, il faut que le sol soit tou­jours hu­mide pour as­su­rer une bonne ger­mi­na­tion. Fi­na­le­ment, on pré­fère une poi­gnée d’ar­ro­sage afin de bien ci­bler (on évite d’ar­ro­ser les feuilles du plant) ou si­non des tuyaux qui suintent pour li­mi­ter le tra­vail. On évite les ar­ro­seurs au­to­ma­tiques qui sont vec­teurs de ma­la­dies.»

Y a-t-il des es­pèces qui ne de­mandent pra­ti­que­ment au­cun ar­ro­sage? «Je di­rais que les lé­gumes-ra­cines (ca­rotte, pa­nais, bet­te­rave, na­vet, ra­dis, cé­le­ri-rave, pomme de terre, to­pi­nam­bour) sont plus ré­sis­tants à la sé­che­resse. Si­non, une des so­lu­tions pour ré­duire l’ar­ro­sage se­rait un paillis, ce qui aide gran­de­ment.»

Avez-vous un conseil pour un nou­veau jar­di­nier? «Évi­tez de vous lan­cer dans une trop grosse mis­sion, donc, al­lez-y avec une pe­tite sur­face de culture au dé­but.»

Quelle se­rait une sur­face idéale pour dé­bu­tant? «Com­men­cer avec 10 x 5 pieds me semble rai­son­nable, no­tam­ment pour une fa­mille de 4 per­sonnes. On doit seule­ment ap­prendre à bien gé­rer l’es­pace en y al­lant avec des lé­gumes qu’on aime. On peut aus­si choi­sir des va­rié­tés qui pi­que­ront la cu­rio­si­té: des ca­rottes de dif­fé­rentes cou­leurs, des bet­te­raves jaunes…»

Les mau­vaises herbes peuvent ra­pi­de­ment en­va­hir l’es­pace. Que fait-on pour les évi­ter? «Il faut li­mi­ter la crois­sance de celles-ci, no­tam­ment en met­tant un paillis. Au­tre­ment, en faire un peu chaque jour pour évi­ter d’avoir beau­coup de tra­vail à la fois. Puis, im­pli­quer toute la fa­mille en don­nant quelques res­pon­sa­bi­li­tés.»

Quelle sorte de paillis re­com­man­dez-vous? «Ce­lui de ca­cao. Il est un peu plus dis­pen­dieux mais, une fois l’au­tomne ar­ri­vé, on le re­mue­ra avec le sol pour l’in­cor­po­rer. Ça don­ne­ra un ap­port en ma­tière or­ga­nique. C’est donc un deux en un!»

Avez-vous d’autres sug­ges­tions? «On peut sim­ple­ment mettre du pa­pier jour­nal, qui se dé­com­po­se­ra. Des feuilles en­tières, du paillis de cèdre na­tu­rel (non co­lo­ré, bien sûr) ou de la paille sont au­tant de bon choix.» Quelles sont vos re­com­man­da­tions pour les fines herbes? «Les tailler ré­gu­liè­re­ment afin d’évi­ter qu’elles montent en graine.»

Les­quelles plante-t-on pour un meilleur ren­de­ment? «Elles sont toutes pro­duc­tives; l’im­por­tant est de plan­ter celles qu’on aime, ain­si on les uti­lise à pro­fu­sion.»

Du cô­té des en­grais, le­quel choi­sit-on par­mi tous ceux qui sont of­ferts? «Un que je re­com­mande sou­vent est l’Ac­tiSol, no­tam­ment pour les to­mates puis­qu’il y a un ajout en cal­cium. On dé­pose les gra­nules à la base du plant. Au­tre­ment, à la plan­ta­tion, je re­com­mande Pre­mier Tech, qui crée­ra un bon sys­tème ra­ci­naire et of­fri­ra une meilleure ré­sis­tance à la ma­la­die.»

Com­bien de fois met-on de l’en­grais du­rant l’été? «On peut y al­ler avec un pro­duit dont la po­so­lo­gie est une fois par mois.»

Quel en­tre­tien mi­ni­mum ce­la de­mande-t-il à part la fer­ti­li­sa­tion? «Le désher­bage et l’éclair­cis­se­ment des rangs. En fai­sant ces deux tâches, on pour­ra voir s’il y a des pro­blèmes avec les plantes et in­ter­ve­nir ra­pi­de­ment s’il y a lieu.»

On parle beau­coup d’achat lo­cal. Le fait d’ache­ter dans une grande sur­face plu­tôt que dans une pé­pi­nière a-t-il un im­pact? «Les deux four­nissent gé­né­ra­le­ment des pro­duits lo­caux. La seule dif­fé­rence, à mon avis, est que les grandes sur­faces ont sou­vent des meilleurs prix, mais un ser­vice à la clien­tèle plu­tôt pauvre. Le per­son­nel des jar­di­ne­ries est très dis­po­nible et offre beau­coup de trucs lors de l’achat. La qua­li­té des vé­gé­taux aus­si peut être dif­fé­rente.»

Quelles sont les er­reurs les plus fré­quentes quand on achète des vé­gé­taux sans avoir de­man­dé conseil? «On en achète qui ne sont pas adap­tés à notre ré­gion. Il faut aus­si sa­voir ci­bler ses be­soins et évi­ter les achats im­pul­sifs.»

Une fois la sai­son ter­mi­née, que fait-on au jar­din jus­qu’au prin­temps sui­vant? «On ar­rache ce qui reste, on net­toie, on en­lève les ré­si­dus et on peut ajou­ter fu­mier, com­post et chaux, si be­soin.»

Pour­quoi uti­lise-t-on de la chaux? «Pour aug­men­ter le pH du sol. Ce n’est pas né­ces­saire dans tous les jar­dins. Mieux vaut se rendre en jar­di­ne­rie pour une ana­lyse au préa­lable.»

À l’au­tomne, peut-on aus­si plan­ter pour l’an­née d’après? «Oui, il y a l’ail. Si­non, on le sait peu, mais on peut lais­ser les ca­rottes au jar­din et faire la ré­colte sous la neige.»

Vous avez peu d’es­pace? Choi­sis­sez des va­rié­tés spé­ci­fiques pour la culture en pots.

Le cé­le­ri-rave ne de­mande pas beau­coup d’en­tre­tien et of­fri­ra une dé­li­cieuse ré­mou­lade.

La paille, un paillis de choix.

Plan­tez les va­rié­tés que vous ai­mez.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.