« Ne pas res­ter seul dans la cour de ré­cré »

Mon Quotidien - - À LA UNE -

Comment un en­fant peut-il évi­ter d’être har­ce­lé à l’école ? Peut-il se dé­fendre seul face à un ou des har­ce­leurs ? Ré­ponses de Ni­cole Ca­the­line, pé­do­psy­chiatre spé­cia­liste du har­cè­le­ment à l’école.

Pré­voir. « Il n’y a pas vrai­ment de pre­miers signes d’alerte avant le har­cè­le­ment. Ce n’est pas parce qu’on a été vic­time d’une mo­que­rie que l’on va for­cé­ment de­ve­nir har­ce­lé. Le har­cè­le­ment ar­rive sou­vent ra­pi­de­ment et bru­ta­le­ment. Il est donc dif­fi­cile de pré­voir cette vio­lence… »

Iso­le­ment. « Le pre­mier conseil est d’évi­ter de res­ter seul dans la cour de ré­créa­tion. L’iso­le­ment n’est pas com­pris par les autres élèves, qui ont be­soin d’être entre co­pains. Cer­tains vont pen­ser que tu ne les aimes pas ou que tu te sens su­pé­rieur à eux. D’autres vont te prendre pour un bé­bé… Tu risques de de­ve­nir vul­né­rable face à un ou des har­ce­leurs.»

Sur­noms. «Il ne faut ja­mais ac­cep­ter les sur­noms comme “le mi­nus”, “la grosse”… Si tu ne ré­ponds pas, tu risques de pas­ser pour un “faible”. Le har­cè­le­ment va alors

se dé­ve­lop­per et du­rer.»

Il ne faut pas ac­cep­ter les sur­noms comme “le mi­nus”, “la grosse”...

Se dé­fendre. «L’en­fant har­ce­lé res­sent des émo­tions très fortes, par­fois de la honte : il est donc ra­re­ment ca­pable de se dé­fendre seul face aux autres. Les phrases qu’il va trou­ver pour ré­pondre au(x) har­ce­leur(s) risquent d’être in­adap­tées et l’en­fant va être en­core ra­bais­sé. Le meilleur moyen de sor­tir de cette vio­lence est d’en par­ler le plus tôt pos­sible à quel­qu’un en qui l’on a confiance (lire Ce que tu peux faire).» C. H.

En France, en­vi­ron 1 élève de pri­maire ou de col­lège sur 10 a dé­jà été har­ce­lé. Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.