Che­vaux, ânes, chiens, pi­geons… et ours !

Mon Quotidien - - À LA UNE -

Le sa­vais-tu ? En­vi­ron 14 mil­lions d’ani­maux ont été uti­li­sés du­rant la Pre­mière Guerre mon­diale (1914-1918). Ils avaient des mis­sions va­riées.

Che­vaux, ânes, mules.

En­vi­ron 8 mil­lions de che­vaux (ou d’ânes ou de mules, à la mon­tagne) ont ser­vi à trans­por­ter du ma­té­riel vers les zones de com­bats, à ti­rer des ca­nons, à ra­vi­tailler des troupes, à dé­pla­cer des bles­sés... Des mil­lions d’entre eux sont morts sous les bombes ou à cause de ma­la­dies.

Pi­geons. Des cen­taines de mil­liers de pi­geons voya­geurs ont per­mis aux sol­dats de se trans­mettre des mes­sages.

Les oi­seaux par­taient avec les sol­dats en pre­mière ligne. Puis ils rap­por­taient des mes­sages ac­cro­chés à leur cou ou à une patte, pour les trans­mettre aux sol­dats res­tés à l’ar­rière.

Chiens. En 1914, les chiens ne sont pas que des ani­maux de com­pa­gnie. Ils servent à toutes sortes de tra­vaux. Quand l’ar­mée lance un ap­pel pour trou­ver des chiens, les gens sont fiers de confier les leurs. Ils sont dres­sés pour re­cher­cher les sol­dats bles­sés, pro­té­ger les tran­chées, mais aus­si re­pé­rer et at­ta­quer les en­ne­mis (en les mor­dant), ti­rer des mi­trailleuses, por­ter des mes­sages aux sol­dats…

Les gens étaient fiers de confier leurs chiens pour qu’ils par­ti­cipent à la guerre

Mas­cottes. D’autres ani­maux sont re­cueillis par les troupes pour ser­vir de mas­cottes et ré­con­for­ter les sol­dats.

Par­mi eux, beau­coup de chats er­rants, et par­fois des ani­maux sau­vages comme des an­ti­lopes, des singes et même un ours («adop­té» par des sol­dats russes !). C. H.

La France a aus­si uti­li­sé des chiens de traî­neau d’Alas­ka (ré­gion d’Amé­rique). Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.