Le 1er sol­dat à son­ner le ces­sez-le-feu de 1918

Mon Quotidien - - FRANCE -

Pierre Sel­lier a 26 ans, le 7 no­vembre 1918. Ce jour-là, des re­pré­sen­tants du gou­ver­ne­ment al­le­mand se rendent à La Fla­men­grie (02). Ils viennent pour né­go­cier l’ar­mis­tice de la 1re Guerre mon­diale (1914-1918). Il faut donc son­ner un ces­sez-le-feu, pré­vu pour du­rer jus­qu’à mi­nuit. Pierre Sel­lier est dé­si­gné pour le faire avec son clai­ron (un ins­tru­ment à vent). 4 jours plus tard, il joue­ra de cet ins­tru­ment pour an­non­cer l’ar­mis­tice.

Le jeune sol­dat est en­tré dans l’ar­mée en 1913. Entre 1914 et 1918, il est bles­sé 4 fois, mais re­part tou­jours se battre. Après la guerre, Pierre Sel­lier par­ti­cipe à chaque célébration de l’ar­mis­tice, tou­jours en son­nant du clai­ron. Il offre le sien à un mu­sée en 1926. Puis, pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale (1939-1945), Pierre Sel­lier fait par­tie de la Ré­sis­tance. Il meurt en 1949, à l’âge de 56 ans. H. L.

Com­ment ap­pelle-t-on un ins­tru­ment ser­vant à trans­mettre des ordres mi­li­taires (ex. : le clai­ron)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.