ISA­BELLE: UN STAND-UP TRA­GIQUE QUI BRASSE TOUS LES TA­BOUS

Nord Info - - LA UNE - CLAUDE DES­JAR­DINS

En tour­nant les coins ronds, c’est ain­si qu’on ré­su­me­rait la pen­sée de l’au­teur et co­mé­dien Fa­bien Du­puis, quand il dé­cline les com­po­santes de son Isa­belle, pre­mier opus de cet «acteur qui écrit» et qui se­ra pré­sen­té au Ca­ba­ret BMO Sainte-Thé­rèse, le jeu­di 13 oc­tobre.

«C’est l’his­toire d’un gars qui est en amour avec sa cou­sine (Isa­belle) de­puis long­temps. Leurs jeux d’en­fants de­viennent de plus en plus sexués, sa mère les pogne, il mange une vo­lée», ré­sume-t-il en par­lant de Da­niel, le per­son­nage prin­ci­pal qu’il in­carne (et quelques autres) dans un so­lo théâ­tral qu’il avait pré­sen­té à la Mai­son La­chaîne, en 2013, qui parle d’éveil sexuel, de cas­tra­tion masculine et de vio­lence ma­ter­nelle, des thèmes qui ré­fèrent nor­ma­le­ment au drame, mais qui, dans leur li­vrai­son, prennent une tour­nure ré­so­lu­ment co­mique, d’où cette for­mule évo­ca­trice: stand-up tra­gique.

CONJU­RER LE MA­LAISE PAR LE RIRE

Pour en avoir vu un ex­trait (que vous trou­ve­rez d’ailleurs fa­ci­le­ment sur YouTube), di­sons que la can­deur ma­ni­feste de ce qua­dra­gé­naire, un tan­ti­net bi­zarre et blo­qué à l’âge de 12 ans, ins­talle ra­pi­de­ment le ton. On rit, non sans res­sen­tir un cer­tain ma­laise, tou­te­fois. «C’est vou­lu, af­firme Fa­bien Du­puis. C’est un spec­tacle qui ne porte que sur les ta­bous. Ç’avait com­men­cé par un mo­no­logue co­mique qui est de­ve­nu de plus en plus dra­ma­tique.»

Et pour faire ava­ler la pi­lule, on passe par le rire. Ce qu’on lui té­moigne bien sou­vent, d’ailleurs, c’est que lorsque le pro­pos de­vient pra­ti­que­ment in­sou­te­nable, une bonne blague vient dé­sa­mor­cer l’in­con­fort res­sen­ti. Une fois la sou­pape re­fer­mée, on en ra­joute une couche. Il en va ain­si jus­qu’à la fin de ce spec­tacle qui dure 70 mi­nutes, sans en­tracte, et qui a été pré­sen­té en­vi­ron 70 fois de­puis 2012.

UN TEXTE LI­BÉ­RA­TEUR

«Ce spec­tacle, c’est comme une douche froide, des mon­tagnes russes d’émo­tions», re­prend-il, ajou­tant que cette Isa­belle au­rait aus­si un ef­fet ca­thar­tique sur plu­sieurs spec­ta­teurs qui s’en sont ou­verts après coup. «Il y a plein de gens qui sont ve­nus me ra­con­ter avoir vé­cu pa­reille chose avec un cou­sin ou une cou­sine. Ce show-là li­bère le monde», pour­suit l’acteur.

C’est aus­si une chute libre ver le néant, celle d’un être qui, avant de pou­voir évo­luer et se li­bé­rer, doit d’abord al­ler à la ren­contre de lui-même, en iden­ti­fiant et en tou­chant à ses dou­leurs. «C’est un gars qui a be­soin de se dé­char­ger, de par­ler, chose qu’il n’a ja­mais faite de toute sa vie», ajoute Fa­bien Du­puis, qui a confié la mise en scène de son texte à Marc Béland.

«Marc est un homme très brillant. Il m’ar­ri­vait par­fois avec des cou­leurs de jeu qui étaient à l’op­po­sé de ce que je pen­sais et qui aug­men­taient sou­vent la puis­sance du texte. Il m’a aus­si per­mis de creu­ser en de­dans de moi. Quand il me parle, je com­prends tout de suite», évoque-t-il pour sou­li­gner la com­pli­ci­té qui s’est éta­blie dès le dé­part entre les deux ar­tistes.

LA PE­TITE ET LA GRANDE HIS­TOIRE

Quant à l’am­bi­guï­té concer­nant le ca­rac­tère au­to­bio­gra­phique de la pièce, Fa­bien Du­puis pré­cise: «J’ai pris des pe­tites his­toires qui me sont ar­ri­vées et j’en ai fait une grande his­toire. Oui, j’ai man­gé des claques, mais des claques des an­nées 1970. J’ai pous­sé au maxi­mum pour évi­ter que ça ne donne pas juste un jour­nal in­time qui au­rait été pro­ba­ble­ment en­nuyeux.»

Sur le tra­vail d’acteur, Fa­bien Du­puis ex­plique qu’il s’est lais­sé, comme tou­jours, gui­der par son ins­tinct, mais aus­si en ob­ser­vant tous ces in­di­vi­dus (ils sont nom­breux, dit-il) qui ont une vie ex­trê­me­ment dif­fi­cile et qui la tra­versent comme si tout ce qui leur ar­rive était nor­mal. «C’est pour ça qu’on rit beau­coup. C’est parce que mon per­son­nage ne trouve ja­mais qu’il fait pi­tié. Il veut juste vivre», ren­ché­rit-il.

C’est donc ce qu’il fe­ra de­vant vous, le jeu­di 13 oc­tobre, au Ca­ba­ret BMO, avant de ré­ap­pa­raître dans les deux pro­chains textes de Fa­bien Du­puis, le­quel pour­suit l’écri­ture d’une tri­lo­gie qui nous amè­ne­ra Ca­mil (le rap­port au père) et Da­niel (la dé­cas­tra­tion).

Fa­bien Du­puis­pro­pose Isa­belle, un stand-up tra­gique qu’il pré­sen­te­ra au Ca­ba­ret BMO Sainte-Thé­rèse, le jeu­di 13 oc­tobre, à 20 h. In­for­ma­tion: [www.odys­cene.com] ou 450 434-4006.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.