UN SENS UNIQUE QUI FAIT DES MÉCONTENTS

Nord Info - - LA UNE - CH­RIS­TIAN ASSELIN

Un groupe de ci­toyens de Blain­ville, ré­si­dants du quar­tier Notre-Dame, en a marre du flux de cir­cu­la­tion gé­né­ré par un tron­çon du che­min No­treDame qui de­vient à sens unique à la hau­teur de la rue d’Alen­çon, et qui oblige donc les au­to­mo­bi­listes à bi­fur­quer vers un sec­teur ré­si­den­tiel. Se­lon une étude réa­li­sée, près de 2 000 vé­hi­cules par jour, dont des poids lourds, sont ain­si re­di­ri­gés de­vant les mai­sons des ré­si­dants.

Les au­to­mo­bi­listes qui em­pruntent la rue Notre-Dame pour re­joindre le bou­le­vard Cu­ré-La­belle, à par­tir de la sor­tie 28 de l’au­to­route 15, à Blain­ville, n’ont en ef­fet d’autre choix, lors­qu’ils at­teignent la rue d’Alen­çon, que de tour­ner à gauche ou à droite et donc de se di­ri­ger vers des quar­tiers ré­si­den­tiels, la rue Notre-Dame de­ve­nant alors à sens unique, vers l’est.

Un pan­neau ins­tal­lé à la vue des au­to­mo­bi­listes à la sor­tie 28 pré­vient pour­tant ces der­niers d’em­prun­ter la rue Jo­seph-Ar­mand-Bom­bar­dier pour ac­cé­der au bou­le­vard Cu­ré-La­belle plu­tôt que le che­min Notre-Dame, mais ce­la ne semble pas être suf­fi­sant.

«Les gens qui ar­rivent du Wal­mart ou des Out­lets, et qui em­pruntent Notre-Dame, s’en von­te­di­rec­te­ment dans la zone de parcs de la 109 Ave­nue, lors­qu’ils tournent à gauche sur d’Alen­çon. S’ils tournent à droite, ils abou­tissent alors dans une zone sco­laire. On parle de 2 000 vé­hi­cules par jour! Pour­quoi on n’ouvre pas le che­min No­treDame pour per­mettre aux gens de se rendre di­rec­te­ment à la 117?», se ques­tionne Claude Co­meau, l’un des ré­si­dants im­por­tu­nés par cette si­tua­tion.

Celle-ci, faut-il le pré­ci­ser, pré­vaut de­puis 2009, an­née de la mise en place d’un pro­jet pi­lote par la Ville de Blain­ville, pro­jet qui de­vait pour­tant ne du­rer qu’un an à par­tir de la mise en ser­vice de l’échan­geur de la sor­tie 28 de l’au­to­route 15.

MÉ­CON­TEN­TE­MENT GÉ­NÉ­RA­LI­SÉ

À cette époque, de­vant l’ou­ver­ture im­mi­nente de cet échan­geur, la Ville de Blain­ville di­sait, dans une lettre ache­mi­née aux ré­si­dants de ce sec­teur le 30 juin 2009, vou­loir «as­su­rer une pla­ni­fi­ca­tion op­ti­male» de son ré­seau rou­tier et qu’il s’agis­sait, en outre, «d’une pé­riode d’es­sai». Sept ans plus tard, la cir­cu­la­tion sur No­treDame, d’Alen­çon à Cu­ré-La­belle, est tou­jours pro­hi­bée et cause de nom­breux maux de tête aux ré­si­dants concer­nés.

Signe d’un mé­con­ten­te­ment gé­né­ral, Claude Co­meau af­firme avoir en main une pé­ti­tion comp­tant 302 si­gna­tures qu’il compte pré­sen­ter au maire Richard Per­reault, lors de la pro­chaine séance du con­seil, le 18 oc­tobre.

«Les ré­si­dants du sec­teur sont tel­le­ment tan­nés du bruit en­gen­dré par la pré­sence de ces vé­hi­cules dans leurs rues et de la vi­tesse à la­quelle cer­tains cir­culent, qu’ils viennent co­gner à ma porte pour si­gner la pé­ti­tion. Cer­tains m’ont même men­tion­né ne pou­voir ap­prendre à leur en­fant à faire du vé­lo, crai­gnant de se faire frap­per par une voi­ture. Les gens ont tous une his­toire à ra­con­ter. C’est ter­rible et il faut que ça change!», d’in­sis­ter Claude Co­meau.

LA VILLE ÉTU­DIE LA QUES­TION

Le maire Richard Per­reault est bien pla­cé pour com­men­ter la si­tua­tion, lui qui, en 2009, était le conseiller mu­ni­ci­pal as­si­gné au dis­trict Notre-Dame. C’est d’ailleurs de sa main qu’est si­gnée la mis­sive da­tée du 30 juin 2009.

Si le che­min Notre-Dame est tou­jours à sens unique à par­tir de la rue d’Alen­çon, a ex­pli­qué M. Per­reault, c’est que la Ville se dit no­tam­ment pré­oc­cu­pée par la sé­cu­ri­té des au­to­mo­bi­listes qui, une fois le che­min Notre-Dame rou­vert dans les deux sens, vou­draient tour­ner à gauche sur le bou­le­vard Cu­ré-La­belle à par­tir de No­treDame pour se di­ri­ger vers le nord.

«On sait qu’il y a un dé­bit im­por­tant, a men­tion­né le maire de Blain­ville. Tant que la sé­cu­ri­té des ci­toyens n’est pas me­na­cée, a-t-il pour­sui­vi, nous ne sommes pas ob­jec­tés à au­cune so­lu­tion, même à la ré­ou­ver­ture dans les deux sens du che­min No­treDame en obli­geant, s’il le faut, le vi­rage obli­ga­toire vers le sud.»

Une étude est ac­tuel­le­ment en cours, a pré­ci­sé M. Per­reault, et ce sont les ré­sul­tats de celle-ci qui dic­te­ront la dé­ci­sion fi­nale qui de­vrait être ren­due d’ici la fin de l’an­née 2016.

Claude Co­meau (2e à par­tir de la gauche), dé­po­se­ra une que le che­min Notre-Dame re­de­vienne à double sens. pé­ti­tion à l’hô­tel de ville pour

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.