LES CRIMES CONTRE LA PRO­PRIÉ­TÉ EN DI­MI­NU­TION À RO­SE­MÈRE

Nord Info - - LA UNE - JU­LIE GODIN

Se­lon le rap­port an­nuel 2015 de la Ré­gie in­ter­mu­ni­ci­pale de po­lice Thé­rèse-De Blain­ville (RIPTB), les in­frac­tions les plus sou­vent com­mises sur le ter­ri­toire de Ro­se­mère sont les crimes contre la pro­prié­té. En ef­fet, sur 846 in­frac­tions ré­per­to­riées à Ro­se­mère en 2015, 521 d’entre elles tou­chaient ce type d’in­frac­tion.

Par ordre crois­sant s’en­sui­vaient les in­frac­tions: de na­ture «autres» (125), contre la per­sonne (100), re­liées aux stu­pé­fiants (48), re­liées à la conduite d’un vé­hi­cule (45) et celles re­liées aux lois pro­vin­ciales (7).

«Quand on parle de crimes contre la pro­prié­té, il s’agit prin­ci­pa­le­ment de crimes qui ont eu cours dans les nom­breux com­merces si­tués sur les ar­tères com­mer­ciales de Ro­se­mère, comme sur le bou­le­vard Cu­réLa­belle. Ce sont sur­tout des crimes comme des vols à l’éta­lage, des vols de moins de 5 000 $ et des vols re­liés à la fraude», ex­plique le sergent aux com­mu­ni­ca­tions et dé­ve­lop­pe­ment or­ga­ni­sa­tion­nel de la RIPTB, Martin Char­ron. «La bonne nou­velle dans tout ça, c’est que nous avons éva­lué que ces crimes sont en di­mi­nu­tion de près de 30 % par rap­port à 2011», ajou­tet-il.

L’OPÉ­RA­TION ROSO

Se­lon lui, la di­mi­nu­tion de ces crimes est no­tam­ment at­tri­buable à plu­sieurs cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion qui ont eu lieu ces der­nières an­nées sur le ter­ri­toire de la RIPTB, dont l’opé­ra­tion ROSO. Cette ini­tia­tive vi­sait la pré­ven­tion des vols de vé­hi­cules, prin­ci­pa­le­ment à la Place Ro­se­mère. L’ini­tia­tive a aus­si été pri­mée par le mi­nis­tère de la Sé­cu­ri­té pu­blique du Qué­bec en 2009.

«De­puis le dé­but de l’opé­ra­tion, nous avons pos­té un po­li­cier en per­ma­nence à la Place Ro­se­mère, ce qui porte en­core au­jourd’hui ses fruits. Sa pré­sence ain­si que celle des agents de sé­cu­ri­té de l’éta­blis­se­ment dis­suadent plu­sieurs vo­leurs d’agir à cet en­droit», in­dique Martin Char­ron.

POUR AS­SU­RER UN MI­LIEU DE VIE PAI­SIBLE

Sou­li­gnons que 107 po­li­ciers sillonnent le ter­ri­toire for­mé des villes de Bois­briand, Lor­raine, Ro­se­mère et Sainte-Thé­rèse, qui font toutes par­tie de la RIPTB. Près d’une qua­ran­taine de ci­vils viennent com­plé­ter l’équipe.

Créée le 26 juillet 2003, la RIPTB a pour ob­jec­tif «d’as­su­rer aux ci­toyens et ci­toyennes un mi­lieu de vie pai­sible et de fa­vo­ri­ser un sen­ti­ment de sé­cu­ri­té», peut-on ap­prendre sur le site In­ter­net de l’or­ga­nisme.

À CHA­CUN SON POSTE

Pré­ci­sons que cha­cune des villes des­ser­vies par la RIPTB est do­tée d’un poste de po­lice. Les Ro­se­mè­rois peuvent ren­con­trer les re­pré­sen­tants de la loi au 428, che­min de la Grande-Côte. Ils peuvent aus­si les contac­ter en ap­pe­lant au 450 435-2421 (poste 0 pour les ap­pels non ur­gents).

Le poste de Ro­se­mère, quant à lui, re­groupe plu­sieurs di­vi­sions de la RIPTB, soit celles de la pré­ven­tion, des en­quêtes jeu­nesse, des ana­lyses de la cri­mi­na­li­té ain­si que de l’iden­ti­té ju­di­ciaire. «En tout temps, 24 heures sur 24, les ci­toyens peuvent se pré­sen­ter dans tous nos postes de po­lice. Nous sou­hai­tons d’ailleurs leur dire de ne pas hé­si­ter à nous contac­ter ou à nous in­ter­pel­ler s’ils en res­sentent le be­soin; nous sommes là pour eux», de conclure le sergent Char­ron.

Pho­to Ju­lie Godin

Ci-des­sus, le sergent Martin Char­ron et l’agente Ka­the­rine Ro­bi­taille.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.