QUI SONT LES ROSEMÈROISES ET RO­SE­MÈ­ROIS D’AU­JOURD’HUI?

Nord Info - - LA UNE - JU­LIE GODIN

Avec les nom­breux com­merces, ins­ti­tu­tions sco­laires et églises éri­gés sur ses 12,35 ki­lo­mètres car­rés, Ro­se­mère fait bonne fi­gure au ni­veau des villes-dor­toirs du Grand Mon­tréal. Son sta­tut bi­lingue confère à ses 14 337 ré­si­dants le meilleur des deux mondes et une belle har­mo­nie vibre au sein de la po­pu­la­tion. Sta­tis­ti­que­ment par­lant, elle semble être une ville où il fait bon vivre.

Car, en ef­fet, le nombre de ses ré­si­dants est res­té re­la­ti­ve­ment stable au cours de la der­nière dé­cen­nie. En 2006, Sta­tis­tique Ca­na­da éva­luait sa po­pu­la­tion à 14 173 et cinq ans plus tard, en 2011, à 14 294 ré­si­dants. Au­jourd’hui, avec ses 14 337 ha­bi­tants, la ville de Ro­se­mère est 1,14 % plus po­pu­leuse qu’il y a dix ans.

LES 50 À 54 ANS PLUS NOM­BREUX

D’autres sta­tis­tiques en disent da­van­tage sur les Ro­se­mè­rois et laissent en­tre­voir les groupes d’âge les plus po­pu­leux par­mi sa po­pu­la­tion. Le groupe des 50 à 54 ans est le plus nom­breux par rap­port à tous les autres groupes d’âge. Il compte 1 425 Ro­se­mè­rois, soit près de 10 % de la po­pu­la­tion rosemèroise. Il est sui­vi de près par les 45-49 ans qui comptent 1 380 in­di­vi­dus dans leurs rangs. L’âge mé­dian est éva­lué à 43,5 ans (ou 44 ans). Quant aux dif­fé­rents groupes de jeunes Ro­se­mè­rois, ce sont les 15 à 19 ans qui l’em­portent haut la main avec 1 245 in­di­vi­dus «dans leur gang», ce qui re­pré­sente près de 9 % de la po­pu­la­tion de Ro­se­mère. Sta­tis­tique Ca­na­da es­ti­mait aus­si à 82,1 le pour­cen­tage de la po­pu­la­tion de Ro­se­mère âgée de 15 ans et plus.

«OUI, JE LE VEUX!»

Sur 4 180 couples ro­se­mè­rois ayant ré­pon­du au re­cen­se­ment de 2011, 2 485 étaient ma­riés tan­dis que 1 170 vi­vaient en union libre. Sta­tis­tique Ca­na­da éva­luait aus­si à 520 le nombre de fa­milles mo­no­pa­ren­tales sur le ter­ri­toire de Ro­se­mère.

LES COUPLES PLUS NOM­BREUX

Les don­nées au re­gistre des fa­milles de re­cen­se­ment dans les mé­nages pri­vés in­diquent que les fa­milles com­por­tant seule­ment deux membres sont les plus nom­breuses à Ro­se­mère avec 1 750 fa­milles. Les fa­milles com­po­sées de 4 membres suivent avec 1 055 fa­milles.

LANGUES LES PLUS PARLÉES À LA MAI­SON

La langue la plus par­lée à la mai­son dans les foyers de Ro­se­mère est le fran­çais, avec 10 870 ré­si­dants qui laissent à la langue de Mo­lière une place pré­do­mi­nante. Pour sa part, l’an­glais ar­rive en se­conde place, avec 2 540 Ro­se­mè­rois qui pri­vi­lé­gient la langue de Sha­kes­peare pour com­mu­ni­quer. Trois cents autres ci­toyens uti­lisent, pour leur part, une langue autre que l’une des deux langues of­fi­cielles à la mai­son.

67 % DES RO­SE­MÈ­ROIS BI­LINGUES

Sur les ré­ponses ac­cu­mu­lées lors du re­cen­se­ment de 2011, on éva­lue que les Ro­se­mè­rois se disent bi­lingues dans une pro­por­tion de 67 %. En ef­fet, Sta­tis­tique Ca­na­da rap­por­tait que: 495 ré­pon­dants af­fir­maient ne com­prendre que l’an­glais, 4 035 ré­pon­dants af­fir­maient ne com­prendre que le fran­çais tan­dis que 9 580 com­prennent à la fois l’an­glais et le fran­çais.

Somme toute, les Rosemèroises et Ro­se­mè­rois semblent ap­pré­cier leur coin de pays et dé­mé­nagent peu. Fi­na­le­ment, se po­ser la ques­tion à sa­voir s’il fait bon vivre à Ro­se­mère, c’est en quelque sorte y ré­pondre!

Pho­to Ju­lie Godin

L’école se­con­daire Ro­se­mere High School est l’une des nom­breuses ins­ti­tu­tions d’en­sei­gne­ment si­tuées à Ro­se­mère. Un lieu no­tam­ment fré­quen­té par les nom­breux Ro­se­mè­rois qui consti­tuent le po­pu­leux groupe des 15 à 19 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.