LES QUAR­TIERS LES PLUS à RISQUE

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - LA UNE - LESLIE MEURAILLON leslie.meuraillon@tc.tc

Outre le centre-ville, c’est dans les quar­tiers de l’est de Mon­tréal que le risque de de­ve­nir dé­pen­dantt aux jeux de ha­sard et d’ar­gent est le plus éle­vé, se­lon une étude pu­bliée par la Di­rec­tion de la San­té pu­bli­quee (DSP).

Outre le centre-ville, c’est dans les quar­tiers de l’est de Mon­tréal que le risque de de­ve­nir dé­pen­dant aux jeux de ha­sard et d’ar­gent est le plus éle­vé, se­lon une car­to­gra­phie pu­bliée par la Di­rec­tion de la San­té pu­blique.

C’est le ré­sul­tat d’un long tra­vail que vient de pu­blier la Di­rec­tion de la san­té pu­blique. Elle a éta­bli une carte de l’île de Mon­tréal qui montre l’in­dice de vul­né­ra­bi­li­té aux pro­blèmes de jeux chez les adultes. « L’ob­jec­tif de notre dé­marche est no­tam­ment de fa­ci­li­ter le tra­vail des or­ga­nismes qui font de la pré­ven­tion sur les dan­gers du jeu, en prio­ri­sant les en­droits où il faut agir. » ex­plique Jean- Fran­çois Bi­ron, par­ti­ci­pant à l’étude de la DSP.

Pour ar­ri­ver à cette carte, les cher­cheurs de la DSP ont com­pi­lé les in­for­ma­tions qu’ils avaient à leur dis­po­si­tion grâce au re­cen­se­ment et celles que Sta­tis­tiques Canada pu­blient. Ils se sont prin­ci­pa­le­ment in­té­res­sés à la concen­tra­tion de per­sonne sans di­plôme, à celle des per­sonnes vi­vant sous le seuil de faible re­ve­nu, celle des per­sonnes vi­vant seule, celle des hommes âgés de 18 à 44 ans et celle des per­sonnes sans-em­ploi.

DES PU­BLICS VUL­Né­RABLES PRIS EN COMPTE

La DSP est al­lée plus loin que ce qui se fait ha­bi­tuel­le­ment en ajou­tant aus­si la concen­tra­tion de per­sonnes fré­quen­tant les re­fuges de sans-abri, et celle qui suivent une thé­ra­pie dans un centre de ré­adap­ta­tion, « car les re­chutes sont très fré­quentes chez cette ca­té­go­rie de per­sonnes » pré­cise JeanF­ran­çois Bi­ron. Toutes ces ca­té­go­ries de per­sonnes sont re­con­nues par la com­mu­nau­té scien­ti­fique comme étant des fac­teurs pous­sant à l’ad­dic­tion aux jeux de ha­sard et d’ar­gent.

Cette pu­bli­ca­tion est une pre­mière étape pour la Di­rec­tion de la san­té pu­blique. À la fin de l’an­née, elle de­vrait pu­blier une nou­velle carte à la­quelle elle va ajou­ter la dis­tri­bu­tion de l’offre de jeux sur les don­nées dé­jà com­pi­lées. L’idée est de voir où le lien entre ac­ces­si­bi­li­té aux jeux et vul­né­ra­bi­li­té est si­gni­fi­ca­tif. Au­tre­ment dit, est-ce que les zones où il y a une forte concen­tra­tion d’ap­pa­reils d’amu­se­ment cor­res­pondent aux zones où il existe un pu­blic plus vul­né­rable à la dé­pen­dance ?

UN LIEN PRO­BABLE

Pour les or­ga­nismes qui viennent en aide aux per­sonnes dé­pen­dantes aux jeux de ha­sard et d’ar­gent ou à leur fa­mille, le lien entre la pré­sence de sources de jeux et la vul­né­ra­bi­li­té du pu­blic est dé­jà éta­bli.

Hé­lène Ha­mel, conseillère au centre té­lé­pho­nique Jeu: aide et ré­fé­rence ex­plique que c’est un constat qui re­vient sou­vent : « Les gens qui ont une ad­dic­tion nous disent par­fois que oui c’est dif­fi­cile, quand on est vul­né­rable ou même dé­jà dé­pen­dant aux jeux, de ve­nir à bout de l’en­vie de jouer quand vous êtes en­tou­rés de com­merces où il y a des ap­pa­reils de loterie vi­déo. Mais mal­heu­reu­se­ment, nous, nous ne sommes pas en me­sure de ré­gir ces aires de jeux. »

C’est en ef­fet Lo­to Qué­bec et les ins­tances gou­ver­ne­men­tales qui ont le pou­voir d’agir sur cette si­tua­tion.

Du cô­té de Lo­to Qué­bec, on as­sure que «nos cri­tères so­cioé­co­no­miques pour l’oc­troi des li­cences d’ap­pa­reils de loterie vi­déo tiennent compte de la no­tion de proxi­mi­té et de concen­tra­tion. ». La so­cié­té va en tout cas prendre en compte les conclu­sions de l’étude de la Di­rec­tion de la san­té pu­blique mais n’a pas pré­ci­sé si elle al­lait di­mi­nuer le nombre d’ap­pa­reils de loterie vi­déo dans les zones à risque ci­blées. Après tout, le lien n’a pas été for­mel­le­ment éta­bli entre ces deux fac­teurs, en tout cas pas en­core. Reste donc à voir quelles se­ront les conclu­sions de la pro­chaine étude de la Di­rec­tion de la san­té pu­blique sur le su­jet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.