Des ci­toyens pro­posent des idées pour amé­lio­rer le quar­tier

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - ACTUALITÉS - ARNAUD STOPA arnaud.stopa@tc.tc

Des ci­toyens ont mon­tré du doigt les prin­ci­paux pro­blèmes de sé­cu­ri­té lors d’une marche ex­plo­ra­trice dans Ho­che­la­ga.

Une di­zaine de per­sonnes ont pris part jeu­di soir der­nier à cette dé­marche ci­toyenne, or­ga­ni­sée par HM pour tous, un co­mi­té ci­toyen for­mé en mai der­nier. Elle s’est dé­rou­lée dans les en­vi­rons du square Dé­zé­ry et du parc Dé­zé­ry-La­fon­taine, au­tour des­quels les par­ti­ci­pants vivent.

L’ana­lyse de l’en­vi­ron­ne­ment se fait au tra­vers de six prin­cipes d’amé­na­ge­ment pré­co­ni­sé par la ville de Mon­tréal. On parle de la si­gna­li­sa­tion, de la vi­si­bi­li­té, de l’en­tre­tien des lieux, de l’acha­lan­dage, de l’ac­cès à l’aide et l’ac­tion com­mune.

Par­mi les conclu­sions de l’exer­cice, la marche a mis en lu­mière le manque d’éclai­rage pu­blic, puisque le par­cours était avant tout éclai­ré par des lam­pa­daires pour pié­tons, es­thé­tiques, mais in­ef­fi­caces com­pa­rés aux lam­pa­daires de rue. «C’est un pro­blème qui amène un sen­ti­ment d’in­sé­cu­ri­té et fa­vo­rise la cri­mi­na­li­té », ex­plique Nil­son Ze­pe­da, conseiller en sé­cu­ri­té ur­baine chez Tan­dem, qui ré­col­tait les avis.

Les par­ti­ci­pants ont aus­si sou­li­gné le manque de ver­dure et de pou­belles pu­bliques. Ils se sont par contre mon­trés très po­si­tifs lors­qu’ils se sont ar­rê­tés dans le parc Dé­zé­ry-La­fon­taine, ré­no­vé l’an pas­sé. « C’est vrai­ment mieux, ce parc est un suc­cès l’été et avoir fer­mé la rue Pré­fon­taine était une bonne idée », se ré­jouit Pau­line qui ha­bite proche de là.

PROS­TI­TU­TION

Lorsque la marche est pas­sée proche de l’in­ter­sec­tion entre Mor­gan et Adam, la pro­blé­ma­tique de la pros­ti­tu­tion, im­por­tante dans cette par­tie d’Ho­che­la­ga, a jailli dans les conver­sa­tions. Lau­rence, qui vit sur la rue Dé­zé­ry de­puis un an es­time que la rue Mor­gan est trop large. « Ça fa­ci­lite la vi­tesse et le tra­fic. En plus, il y a des re­coins sombres, du bruit. J’ai peur pour les filles qui tra­vaillent. On ne pour­rait pas les en­tendre si elles crient. »

Yvette, autre ré­si­dente pour­suit. « Ils ont mis une pa­lis­sade pour ca­cher les wa­gons de l’usine Lal­le­mand du parc Dé­zé­ry. C’est jo­li, mais ça nous a fait de quoi, parce que c’était une is­sue de se­cours pos­sible pour les tra­vailleuses en dan­ger. »

Nil­son Ze­pe­da se ré­jouit que les per­sonnes qui doivent «su­bir» les in­con­vé­nients de la pros­ti­tu­tion ne la condamnent pas pour au­tant. « Ces gens ont une vé­ri­table conscience des pro­blèmes so­ciaux du quar­tier. Ils com­prennent la réa­li­té des choses et sou­haitent une co­ha­bi­ta­tion har­mo­nieuse. »

Les ré­sul­tats se­ront com­pi­lés par l’or­ga­nisme Tan­dem dans un rap­port qui se­ra re­mis à la mai­rie d’ar­ron­dis­se­ment. « C’est tou­jours mau­vais quand on ne fait rien avec un rap­port. Mais nous avons tou­jours eu une par­tie des re­com­man­da­tions qui ont été sui­vies grâce à notre ex­per­tise », in­dique Nil­son Ze­pa­da, qui or­ga­nise des marches de­puis six ans pour Tan­dem. Pour Jean-Sé­bas­tien Ber­ge­ron, res­pon­sable de HM pour tous, l’ob­jec­tif est at­teint. «Nous avons eu des ci­toyens qui ont échan­gé sur leur lieu de vie com­mun et qui se sont ai­dés à mieux le com­prendre. Nous avons créé un dé­but de noyau de ci­toyens qui ont à coeur leur quar­tier, qui sont pré­oc­cu­pés à amé­lio­rer le mi­lieu de vie. »

Sé­CU­RI­Té

(Pho­to TC Me­dia — Arnaud Stopa)

Jean-Sé­bas­tien Ber­ge­ron ex­plique aux par­ti­ci­pants où doit être por­tée leur at­ten­tion sur les en­jeux de sé­cu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.