Échan­ger sa contra­ven­tion contre une for­ma­tion

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - SPORTS - MA­THIAS MAR­CHAL ma­thias.mar­chal@jour­nal­me­tro.com

Cet été, pié­tons et cy­clistes pour­ront échan­ger la contra­ven­tion qu’ils re­ce­vront après com­mis une in­frac­tion par une par­ti­ci­pa­tion à une séance de for­ma­tion sur la sé­cu­ri­té rou­tière.

«Les contre­ve­nants au­ront sept jours sui­vant l’émis­sion du constat d’in­frac­tion pour prendre ren­dez-vous par té­lé­phone au nu­mé­ro in­di­qué sur le feuillet qui leur se­ra re­mis. La séance d’in­for­ma­tion, d’une du­rée 1h30, com­porte une par­tie in­ter­ac­tive axée sur la par­ti­ci­pa­tion», in­dique le Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal (SPVM) dans le cadre du lan­ce­ment du pro­jet pi­lote Troque ton ti­cket.

Seules les contra­ven­tions re­çues à l’oc­ca­sion de quatre opé­ra­tions po­li­cières pré­vues d’ici l’au­tomne don­ne­ront droit à cette pos­si­bi­li­té. Pen­dant l’opé­ra­tion or­ga­ni­sée cette se­maine au centre-ville, le SPVM compte don­ner en­vi­ron 300 contra­ven­tions en deux jours.

«Si l’on se fie à l’ex­pé­rience de Lon­gueuil, la moi­tié des gens ac­cep­te­ront de suivre la for­ma­tion», in­dique Vincent Ri­cher, ins­pec­teur à la di­vi­sion du sou­tien aux opé­ra­tions du SVPM. Ce der­nier rap­pelle que dans le cas des cy­clistes, pas­ser la for­ma­tion avec suc­cès per­met d’évi­ter une amende de 48$, mais sur­tout ce­la em­pêche d’avoir trois points de dé­mé­rite sur leur per­mis de conduire.

Du cô­té de Vélo Qué­bec, Su­zanne La­reau trouve qu’«il s’agit d’une bonne idée, à condi­tion qu’on tra­vaille sur les com­por­te­ments dan­ge­reux et à risque par op­po­si­tion aux in­frac­tions mi­neures comme le manque d’un ré­flec­teur sur un vélo. «Par ailleurs, nous of­frons notre col­la­bo­ra­tion au SPVM afin de va­li­der le conte­nu du cours qu’ils don­ne­ront consi­dé­rant que Vélo Qué­bec fait de l’édu­ca­tion aux cy­clistes de­puis 50 ans», ajoute-telle.

Chez Pié­tons Qué­bec, Fé­lix Gra­vel af­firme lui aus­si être en fa­veur de ce pro­jet pi­lote, «car c’est de la sen­si­bi­li­sa­tion et de l’édu­ca­tion. Ça sort du ré­flexe pu­ni­tif qui n’est pas la seule ma­nière d’amé­lio­rer le com­por­te­ment des usa­gers à pied et à vélo».

(Photo: TC Media - Archives)

En 2016, le SPVM a don­né des contra­ven­tions à 22 000 pié­tons et 12 000 cy­clistes

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.