ZÉ­RO DÉCHET, PLUS D’ÉCO­NO­MIES

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - LA UNE - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

Bio­then­tique, une nou­velle épi­ce­rie bio et zé­ro déchet a ou­vert ses portes sur la rue Sainte-Ca­the­rine dans Ho­che­la­ga. Les pro­prié­taires ma­ga­sinent les pro­duc­teurs et gros­sistes pour rendre plus abor­dables les fruits et lé­gumes de qua­li­té.

ALI­MEN­TA­TION. Bio­then­tique, une nou­velle épi­ce­rie bio et zé­ro déchet a ou­vert ses portes du­rant l’été sur la rue Sainte-Ca­the­rine dans Ho­che­la­ga. Les deux pro­prié­taires ma­ga­sinent les pro­duc­teurs et gros­sistes pour rendre plus abor­dables les fruits et lé­gumes de qua­li­té.

Chez Bio­then­tique, la sim­pli­ci­té est de ri­gueur. L’épi­ce­rie qui a ou­vert au dé­but du mois d’août au 4563 de la rue Sainte-Ca­the­rine Est a lais­sé le mar­ke­ting de cô­té, car Au­ré­lie et Da­vid, les deux pro­prié­taires, font en sorte que rien ne fasse aug­men­ter les prix de leurs pro­duits. Ain­si, les étales et pré­sen­toirs sont ré­cu­pé­rés ou fa­bri­qués par des ar­ti­sans du quar­tier, les ré­fri­gé­ra­teurs ont été ache­tés d’occasion et l’épi­ce­rie n’ac­cepte pas les cartes de cré­dit pour ne pas ré­per­cu­ter des frais ban­caires à leurs clients.

À contre-cou­rant des codes de la so­cié­té de consom­ma­tion, le couple s’est lan­cé dans une croi­sade en­tre­pre­neu­riale pour faire bais­ser par tous les moyens les prix du bio.

«On pense qu’on peut man­ger bio à prix ac­ces­sible, donc on évite les frais in­utiles, on ma­ga­sine dans les fermes et les gros­sistes et on achète de gros vo­lumes », ex­plique Au­ré­lie.

Le pro­jet est né en 2015 lorsque Au­ré­lie et Da­vid ont com­men­cé un achat grou­pé avec des amis pour faire des éco­no­mies. Après avoir consta­té un en­goue­ment pour leur concept sur les ré­seaux so­ciaux, ils se sont ins­tal­lés fin 2015 dans le sous-sol du pa­villon d’édu­ca­tion com­mu­nau­taire d’Ho­che­la­ga afin d’étendre leur dis­tri­bu­tion. Face à la crois­sance, ils ont fi­na­le­ment dé­ci­dé de louer un lo­cal cette an­née.

«Tout part d’un be­soin per­son­nel et ça a gros­si. On four­nit aus­si des épi­ce­ries et notre but à terme est d’ali­men­ter des gar­de­ries, des trai­teurs et de plus en plus d’épi­ce­ries pour faire bais­ser en­core les prix », in­dique Da­vid.

Ac­tuel­le­ment, leur ac­ti­vi­té est cen­trée au­tour des pa­niers de pro­duits bio. Leurs clients peuvent les com­man­der sur leur site en in­di­quant ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas et la somme qu’ils sou­haitent dé­pen­ser. En fonc­tion de ce qu’ils ob­tiennent chez les gros­sistes et pro­duc­teurs, Au­ré­lie et Da­vid com­posent ces pa­niers per­son­na­li­sés. Les clients peuvent en­suite les ré­cu­pé­rer à la bou­tique ou ils sont dis­tri­bués aux do­mi­ciles. L’épi­ce­rie sert à vendre les fruits et lé­gumes en sur­plus, des pro­duits trans­for­més et des graines, noix, cé­réales et fa­rines en vrac.

Bio­then­tique compte au­jourd’hui près de 800 ha­bi­tués et com­pose entre 100 et 200 pa­niers par se­maine.

«C’est par­fait, parce que c’est bio et il y a beau­coup de flexi­bi­li­té. J’ai le choix des pro­duits pour mon pa­nier et ce sont dé­fi­ni­ti­ve­ment de très bons prix », se ré­jouit Chan­tal, cliente de­puis plus d’un an.

FAIRE éVO­LUER LES MENTALITéS

Cette jeune en­tre­prise dé­tient aus­si la cer­ti­fi­ca­tion du cir­cuit zé­ro déchet de­puis quelques jours. Tous les car­tons don­nés par leurs four­nis­seurs sont réuti­li­sés pour les pa­niers et les deux pro­prié­taires in­citent leurs clients à ve­nir avec leurs sacs et conte­nants.

(Pho­to TC Me­dia — Ni­co­las Ledain)

Co­fon­da­trice de Bio­then­tique, Au­ré­lie (à gauche) pro­pose des pa­niers bio à bas prix à ses clients comme Chan­tal (à droite).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.