Co­mé­die, drame et mu­sique au Théâtre De­nise-Pelletier

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - LA UNE - CHAR­LOTTE LO­PEZ char­lotte.lo­pez@tc.tc

Pour sa 54e sai­son, le cé­lèbre Théâtre De­nise-Pelletier si­tué dans Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve, pro­po­se­ra cinq spec­tacles dans sa grande salle De­nise-Pelletier et neuf dans la salle Fred-Bar­ry.

La sai­son a com­men­cé dans cette pe­tite salle au mois de septembre avec la pièce Dog­gy dans Gra­vel, une pro­duc­tion du Théâtre Ka­ta, écrite et mise en scène par Oli­vier Ar­teau.

Les bâ­tis­seurs d’em­pire ou le Schmürz, pièce majeure de l’oeuvre de Bo­ris Vian (L’écume des jours), écrite en 1957 et mise en scène ici par Mi­chel-Maxime Le­gault, ou­vri­ra la sai­son dans la grande salle fin septembre.

À la fois drôle et an­xio­gène, cette oeuvre ques­tionne l’es­pèce hu­maine, ses peurs, sa mo­ra­li­té. L’au­teur crée un sus­pense re­van­chard et s’amuse à se de­man­der s’il faut sa­cri­fier l’autre pour bâ­tir son propre em­pire.

«Les pièces de Vian sont per­ti­nentes et fa­ciles d’ac­cès. Celle-là a très bien évo­lué au fil des ans, je vou­lais ab­so­lu­ment la faire dé­cou­vrir au pu­blic », sou­ligne Claude Pois­sant, di­rec­teur ar­tis­tique de­puis 2014 du théâtre De­nise-Pelletier.

En no­vembre, le pu­blic ac­cueille­ra dans la grande salle L’Iliade d’Ho­mère. Dix co­mé­diens mu­si­ciens «scan­de­ront, ryth­me­ront et of­fri­ront les mots d’Ho­mère pour illu­mi­ner leurs ac­tions et leurs gestes ».

AC­TUA­LI­Té

En­suite, la co­mé­die dra­ma­tique Hur­le­vents écrite par l’au­teure qué­bé­coise Fan­ny Britt joue­ra en fé­vrier pro­chain. Cette pièce construit un pont entre la jeu­nesse de l’ère vic­to­rienne et les mil­lé­niaux.

« Ce­la va at­ti­rer da­van­tage les étu­diants du Cé­gep, il faut tou­jours trou­ver un équi­libre pour tout ce pu­blic dans la sai­son et faire en sorte qu’il y ait un écho entre les deux salles, avec un re­bon­dis­se­ment des thé­ma­tiques, des su­jets », af­firme le di­rec­teur ar­tis­tique.

La pièce L’oran­ge­raie, fable d’en­fance et de guerre de Lar­ry Trem­blay, ac­cla­mée dans le monde, plu­sieurs fois pri­mée et tra­duite dans une di­zaine de langues se­ra re­prise quelques soirs à Mon­tréal en mars avant d’amor­cer une tour­née au Qué­bec.

Pour fi­nir dans la grande salle, la co­mé­die la plus connue de Sha­kes­peare, Le songe d’une nuit d’été, est co­pro­duite avec le Théâtre Ad­vienne que pour­ra. Elle se­ra à l’af­fiche en mars-avril pro­chain avec Steve Ga­gnon et Fré­dé­ric Bé­lan­ger.

« Ré­FLé­CHIR à NOTRE SO­CIé­Té »

Dans la pe­tite salle, le pu­blic pour­ra al­ler à la ren­contre en oc­tobre de La femme la plus dan­ge­reuse du Qué­bec, mise en scène par Maxime Car­bon­neau. Poète mau­dite de la fin du siècle au Qué­bec, Jo­sée Yvon, sur­nom­mée la fée mal tour­née, se­ra ici ré­ani­mée avec une pro­duc­tion de La Messe Basse.

La pièce An­tioche de Sa­rah Ber­thiaume et du Théâtre Bluff, au mois de no­vembre, est une ré­flexion sur la ra­di­ca­li­sa­tion chez les jeunes. Mise en scène par Mar­tin Fau­cher, c’est un texte dra­ma­tique qui crée un dia­logue au­tour de la ra­di­ca­li­sa­tion et de l’im­mi­gra­tion.

« C’est le fun de se mettre en danger et de faire les choses dif­fé­rem­ment. Oui nous sommes ex­cen­tré, oui nous ne sommes pas dans le Quar­tier des Spec­tacles, nous sommes dans le quar­tier for­mi­dable d’Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve qui a été un peu lais­sé tom­bé et j’ai comme l’im­pres­sion de faire re­vivre ce lieu », conclut-il, ex­pli­quant es­sayant tou­jours de faire ren­con­trer le ré­per­toire et la créa­tion.

(Photo gra­cieu­se­té Jean-Fran­çois Brière)

Jo­sée Des­chênes, Sa­sha Sa­mar, Ga­briel Sa­bou­rin pour la pièce Les Bâ­tis­seurs d’em­pire ou le Schmürz, de Bo­ris Vian.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.