Des ré­si­dents de­mandent en­core des ef­forts à l’usine Lal­le­mand

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - LA UNE - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

Mal­gré plu­sieurs in­ves­tis­se­ments réa­li­sés par l’usine Lal­le­mand d’Ho­che­la­ga, des voi­sins du site af­firment que les nui­sances se font en­core sen­tir. L’ar­ron­dis­se­ment de Mer­cier– Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve at­tend de meilleurs ré­sul­tats de l’en­tre­prise.

«Ce sont des odeurs in­to­lé­rables. Lorsque c’est com­bi­né à une mau­vaise qua­li­té de l’air ou à du temps chaud, on ne peut même pas ou­vrir le bal­con», dé­plore Clay­ton Ken­ne­dy. Ce ré­sident de la rue Adam ha­bite pourtant à quatre coins de rues de l’usine d’Ho­che­la­ga, mais il af­firme que de­puis la mi-août, des ef­fluves nau­séa­bonds sont ar­ri­vés jus­qu’à son appartement. Avec sa compagne Lau­ren Trimble, ils sur­nomment ce site de pro­duc­tion de le­vures «le dra­gon» en rai­son de la fu­mée blanche et de l’odeur qu’il dé­gage.

«Ça sent comme des oeufs pour­ris ou du pois­son mort. Je me sens nau­séeuse lorsque je rentre à la mai­son», ajoute Mme Trimble.

Un peu plus loin sur la rue, le constat est le même pour An­dré Char­trand qui vit dans un appartement à quelques mètres de l’usine de la rue Pré­fon­taine. Ce der­nier a même ins­tal­lé une pan­carte sur son bal­con pour pro­tes­ter contre les odeurs.

«Tout le monde se plaint, mais ils ne font rien. Il faut que tous les gens qui sont dé­ran­gés se mo­bi­lisent», re­grette ce ci­toyen.

En 2014, un mou­ve­ment de contes­ta­tion était né dans le quar­tier et l’ar­ron­dis­se­ment de Mer­cier–Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve avait ré­cla­mé à ce que l’usine soit mise aux normes en ce qui concerne les émis­sions à l’ho­ri­zon 2017.

IN­VES­TIS­SE­MENTS

Se­lon les don­nées re­cueillies par l’ar­ron­dis­se­ment, la si­tua­tion n’était pas en­core sa­tis­fai­sante lors des der­niers re­le­vés, mais le maire Réal Mé­nard a fait sa­voir à TC Me­dia qu’il ne se pro­non­ce­ra qu’à l’is­sue d’une cam­pagne d’échan­tillon­nage pré­vue au mois de no­vembre.

Du cô­té de Lal­le­mand, on es­time que la si­tua­tion s’est amé­lio­rée grâce à des in­ves­tis­se­ments de 1 M$ réa­li­sés de­puis dix ans.

Pour Amé­lie Des­noyers, ad­mi­nis­tra­trice d’une page Fa­ce­book in­ti­tu­lée Voi­sins de Lal­le­mand is­sue du mou­ve­ment de 2014, ces an­nonces servent à tem­po­ri­ser.

«Il y a eu une ac­cal­mie parce qu’on nous a fait des pro­messes, mais le pro­blème per­siste. Ils ne vont pas vers les gens, ils pu­blient des in­fo­lettres pour le mar­ke­ting, mais c’est une guerre d’image lorsque les ci­toyens com­mencent à gro­gner», pense

Mme Des­noyers.

NOU­VEAU SYS­TèME

Dans un conflit si­mi­laire à Ta­ra en On­ta­rio, Lal­le­mand a été contraint de fer­mer une usine pen­dant quatre mois pour dé­ve­lop­per un nou­veau sys­tème de contrôle d’odeurs.

«Notre but n’est pas de fer­mer l’usine, car il y a un be­soin, mais s’ils ont la tech­no­lo­gie pour qu’on vive en­semble, ils doivent faire l’effort», ré­clame Clay­ton Ken­ne­dy, un ré­sident du quar­tier.

In­ter­ro­gés à ce su­jet, les res­pon­sables de l’usine d’Ho­che­la­ga as­surent que le sys­tème ins­tal­lé dans la ville de Ta­ra ne convient pas à leurs équi­pe­ments.

«Ce­la fonc­tion­ne­rait en par­tie, mais le pro­cé­dé est dif­fé­rent. Ce n’est pas trans­fé­rable ici», avance M. Cyr.

Si cer­tains ci­toyens conti­nuent de de­man­der le dé­mé­na­ge­ment du site, Lal­le­mand re­jette tou­jours fer­me­ment cette op­tion es­ti­mant être un «ac­teur clé» de l’éco­no­mie lo­cale. L’usine de la rue Pré­fon­taine comte plus de 200 em­ployés et ex­porte son sa­voir­faire vers une tren­taine de pays.

Lal­le­mand est une en­tre­prise in­ter­na­tio­nale qui four­nit des in­gré­dients et des le­vures au sec­teur de la bou­lan­ge­rie ain­si que pour l’in­dus­trie du vin et de la dis­til­la­tion.

EN­VI­RON­NE­MENT. On tra­vaille en­core pour amé­lio­rer la si­tua­tion. C’est notre ob­jec­tif. Il y a un bon bout de che­min de fait, même s’il y a en­core des in­ves­tis­se­ments à faire.»

Mar­tin Cyr, di­rec­teur de l’usine Lal­le­mand de la rue Pré­fon­taine.

Lal­le­mand in­vite aus­si les ci­toyens in­com­mo­dés à si­gna­ler les nui­sances à l’adresse in­fo-ci­toyen@lal­le­mand.com.

(Pho­to TC Me­dia — Ni­co­las Ledain)

L’ar­ron­dis­se­ment at­tend un pro­chain re­le­vé pour sa­voir si l’usine Lal­le­mand est aux normes en termes de nui­sances.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.