Réal Mé­nard quitte la vie po­li­tique

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - LA UNE - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

Bat­tu lors des élec­tions mu­ni­ci­pales dans Mer­cier–Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve, Réal Mé­nard n’en­vi­sage pas un re­tour en po­li­tique et pense avoir été ju­gé sur le style du maire Co­derre.

« Je suis triste, mais pas amer », a in­di­qué en pré­am­bule de cet en­tre­tien ce­lui qui va de­voir lais­ser son siège de maire d’ar­ron­dis­se­ment dans quelques jours. Réal Mé­nard a li­vré une ana­lyse en toute trans­pa­rence des rai­sons et consé­quences de sa dé­faite dans les urnes ce lun­di. Les larmes aux yeux, l’élu dé­fait a sou­li­gné son amour pour la po­pu­la­tion de Mer­cier–Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve à plu­sieurs re­prises avant d’ex­clure un re­tour en po­li­tique.

« Ce­la m’éton­ne­rait. Je ne ferme pas la porte, mais dans quatre ans j’au­rais 60 ans. La bonne nou­velle de la nou­velle conjonc­ture c’est que c’est une nou­velle vie. J’ai tra­vaillé pen­dant 70 h, j’ai né­gli­gé mes amis, un peu ma fa­mille, donc je ne suis pas fâ­ché de me dire que si je veux pas­ser 3 h au Pro Gym le sa­me­di ma­tin, je vais pou­voir le faire, si je veux cui­si­ner pen­dant 2 h, je vais pou­voir le faire, si je veux brun­cher le di­manche avec mes amis, je vais pou­voir le faire», a pré­ci­sé M. Mé­nard.

Âgé de 55 ans, il a no­tam­ment si­gni­fié son in­ten­tion de s’en­ga­ger dans les mi­lieux as­so­cia­tifs et com­mu­nau­taires pour la lutte contre la pau­vre­té ou les droits des gais.

Pour ce qui est de l’élec­tion, M. Mé­nard s’est dit fier de son bi­lan et a te­nu à fé­li­ci­ter Pierre Les­sard-Blais pour sa vic­toire.

« Je suis convain­cu qu’il va être un ex­cellent maire. C’est quel­qu’un qui veut ser­vir les gens, il ha­bite le quar­tier et je lui sou­haite la meilleure des chances. Je suis convain­cu que les gens du quar­tier vont avoir de bons ser­vices avec les gens qui ont été élus », a sa­lué l’an­cien dé­pu­té fé­dé­ral qui a tou­te­fois re­gret­té cer­taines at­taques.

UN « Ré­Fé­REN­DUM » SUR DE­NIS CO­DERRE

Élu de­puis 25 ans dans le sec­teur, Réal Mé­nard re­con­naît qu’il n’a peut-être pas réus­si à in­car­ner une «so­lu­tion d’ave­nir» face à une gé­né­ra­tion mon­tante en po­li­tique. Néan­moins, ce­lui qui au­ra été maire de MHM pen­dant deux man­dats pense que cette élec­tion s’est sur­tout jouée au­tour de la per­son­na­li­té de De­nis Co­derre.

« Nos ad­ver­saires ont été ex­trê­me­ment ha­biles au ni­veau mon­tréa­lais. Ils ont réus­si à faire de cette élec­tion un ré­fé­ren­dum. C’est un ré­fé­ren­dum sur la per­son­na­li­té du maire. […] Il est clair qu’il y avait un dé­cro­chage face à M. Co­derre, alors dans la me­sure où les gens ont fait un vote de co­hé­rence, c’est ce­la qui m’a em­por­té», juge M. Mé­nard.

L’an­cien res­pon­sable des parcs et du dé­ve­lop­pe­ment du­rable au co­mi­té exé­cu­tif a sou­li­gné qu’il ne re­gret­tait pas d’avoir re­joint les rangs de l’ex-ma­jo­ri­té mu­ni­ci­pale et conti­nue de dé­fendre le bi­lan de son ad­mi­nis­tra­tion. Ce­la dit, il a sou­li­gné qu’il com­pre­nait que le style de lea­der­ship de De­nis Co­derre ait pu cau­ser sa dé­faite.

« Je main­tiens que dans l’his­toire de Mon­tréal, De­nis Co­derre était un grand maire », a ajou­té Réal Mé­nard.

In­ter­ro­gé au su­jet de la Ci­té de la lo­gis­tique, Réal Mé­nard s’est dit lu­cide sur l’im­pact né­ga­tif qu’a eu cet ar­gu­ment dans sa cam­pagne, mais sou­tient qu’il s’agit d’un pro­jet d’ave­nir struc­tu­rant pour l’est de Mon­tréal.

«Nos ad­ver­saires n’ont pas pris tant de dis­tance. J’ai hâte de voir comment ils vont se si­tuer face à ce dos­sier-là », a-t-il pré­ci­sé.

Pour rap­pel, une pé­ti­tion a ré­col­té plus de 6000 si­gna­tures en dé­but d’an­née pour ob­te­nir une consul­ta­tion pu­blique me­née par l’Of­fice de consul­ta­tion pu­blique de Mon­tréal (OCPM) dans le cadre du droit d’ini­tia­tive sur la Ci­té de la lo­gis­tique. Pro­jet Mon­tréal a pro­mis de re­pen­ser ce sec­teur en consul­tant les ci­toyens du­rant sa cam­pagne mu­ni­ci­pale.

PO­LI­TIQUE. J’ai eu une belle car­rière po­li­tique. J’ai été au ser­vice des gens de­puis 25 ans. […] J’ai beau­coup ai­mé mon mé­tier, j’ai beau­coup ai­mé et j’aime en­core beau­coup les gens de Mer­cier– Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve. Je vais conti­nuer à m’im­pli­quer là où l’on vou­dra en­core de moi.»

Au su­jet des autres grands chan­tiers lo­caux en cours, M. Mé­nard es­père que l’agran­dis­se­ment de la bi­blio­thèque Mai­son­neuve va al­ler de l’avant. Il sou­haite aus­si que le pro­jet de nou­veau centre com­mu­nau­taire de loi­sirs soit pour­sui­vi dans le parc Ho­che­la­ga, alors qu’Éric Alan Cald­well, conseiller d’Ho­che­la­ga ré­élu avec Pro­jet Mon­tréal, sou­haite re­tour­ner à la table à des­sin. Le maire bat­tu pense aus­si que le ré­amé­na­ge­ment de Pierre de Cou­ber­tin va se pour­suivre. Il se dit éga­le­ment confiant que les in­ves­tis­se­ments consen­tis pour la rue Ho­che­la­ga dans Mer­cier se­ront main­te­nus. Il a d’ailleurs pro­po­sé une ren­contre à Pierre Les­sard-Blais afin de l’in­for­mer de l’état d’avan­ce­ment de ces dos­siers.

Réal Mé­nard

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.