Un sa­lon d’éco-coif­fure dans Ho­che­la­ga

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - ACTUALITÉS - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

dé­but no­vembre, Ate­lier 508 – Éco-coif­fure, un sa­lon de coif­fure à vo­ca­tion éco­lo­gique a ou­vert ses portes sur la rue Mo­reau. Le pro­prié­taire tente de ré­duire sa pro­duc­tion de dé­chets à tous les éche­lons.

Dans ce sec­teur de la beau­té qui est très pol­luant, Maxime Roy-La­for­tune a ou­vert sa pre­mière en­tre­prise en al­lant à contre-cou­rant. Après avoir tra­vaillé pen­dant dix ans dans un sa­lon du Pla­teau-Mont-Royal, ce jeune en­tre­pre­neur a pris un vi­rage vert dans son mé­tier.

« Ce mi­lieu est très sa­lis­sant et je me suis dit que ce se­rait in­té­res­sant de le chan­ger. Je n’étais pas très vert dans ma vie, mais je vou­lais faire at­ten­tion et je pense que si tu veux te chan­ger toi-même, il faut chan­ger ton mi­lieu de tra­vail », es­time le fon­da­teur de l’Ate­lier 508.

C’est en en­ten­dant par­ler d’un ré­seau nord-amé­ri­cain nom­mé Green­circle Sa­lons (GCS) que M. Roy-La­for­tune a dé­ci­dé de se lan­cer dans cette dé­marche. Cette or­ga­ni­sa­tion in­cite les tra­vailleurs du sec­teur de la beau­té à rendre leur pra­tique éco­res­pon­sable en re­cy­clant no­tam­ment les che­veux, mé­taux et restes de co­lo­ra­tion.

« En adop­tant leurs prin­cipes qui ne sont pas très com­pli­qués, tu de­viens à 95 % éco­lo­gique, les 5 % qui res­tent c’est par exemple le ca­fé ou les pro­duits d’en­tre­tien », ex­plique le chef d’en­tre­prise.

Maxime Roy-La­for­tune a fait les ef­forts sup­plé­men­taires en uti­li­sant des go­be­lets re­cy­clables, des pro­duits d’en­tre­tien ha­bi­tudes. […] C’est une belle ob­ses­sion, je me non pol­luants et a même ins­tal­lé un sé­choir rends compte que je de­viens un peu fa­ti­gant, éco­lo­gique et une pompe pour faire des éco­no- mais j’aime ça », in­dique-t-il. mies d’eau. Il ai­me­rait à terme s’ali­men­ter avec des pan­neaux so­laires et ins­tal­ler un sys­tème de ré­cu­pé­ra­tion des eaux de pluie.

« Si tu t’em­barques, t’em­barques pas à moi­tié, si­non tu vas re­ve­nir à tes mau­vaises

Les gens de Ho­che­la­ga sont très ré­cep­tifs et très ou­verts et il y a ici une en­vie de chan­ge­ment qu’on ne re­trouve pas ailleurs. »

Pour amor­tir le coût de cer­tains in­ves­tis­se­ments éco­lo­giques, le fon­da­teur du sa­lon a fait sa dé­co­ra­tion avec des ma­té­riaux de ré­cu­pé­ra­tion. Il as­sure que ce vi­rage vert n’est pas si dis­pen­dieux et que ce­la n’a pas fait gon­fler ses ta­rifs.

UN QUAR­TIER RÉ­CEP­TIF

L’ar­gu­ment éco­lo­gique a in­dé­nia­ble­ment pris une place im­por­tante dans les dé­ter­mi­nants du choix des consom­ma­teurs ces der­nières an­nées et Maxime Roy-La­for­tune constate que les ci­toyens de Ho­che­la­ga-Mai­sonneuve sont par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles à cet as­pect.

« Je trouve que c’est un quar­tier en pleine ex­pan­sion et j’aime beau­coup que les gens em­barquent dans ma vi­sion éco­lo­gique. […] De­puis que je suis ici, ça me donne le goût de m’in­ves­tir en­core plus et de créer des échanges avec d’autres com­mer­çants », pré­cise le fon­da­teur de ce sa­lon éco­lo.

Maxime Roy-La­for­tune, fon­da­teur de l’Ate­lier 508 – Éco-coif­fure.

Le sa­lon Ate­lier 508 – Éco-coif­fure est si­tué dans les an­ciens lofts Mo­reau au 2019 rue Mo­reau.

(Pho­to TC Me­dia — Ni­co­las Ledain)

Maxime Roy-La­for­tune a ins­crit son sa­lon dans un ré­seau nord-amé­ri­cain de ré­duc­tion des dé­chets dans le do­maine de la beau­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.