Isa­belle Vincent joue les re­li­gieuses

La co­mé­dienne est heu­reuse de pou­voir in­ter­pré­ter une soeur em­pa­thique et ai­mante, un type de per­son­nage qu’on voit plus ou moins sou­vent au ci­né­ma ou à la té­lé­vi­sion. Elle nous en dit da­van­tage sur son rôle.

Personnalités - - Olivier - L.D.: Luc De­non­court

Vous in­car­nez une re­li­gieuse à l’écran. Quelles sont les ca­rac­té­ris­tiques de ce per­son­nage?

I.V.: «Elle est une fi­gure po­si­tive pour Oli­vier et au­ra une in­ci­dence dans la tra­jec­toire que sui­vra le gar­çon. Elle est di­rec­trice d’école au pri­maire, éta­blis­se­ment où il va. Ça ne va pas bien pour lui; tout le monde le trouve pa­res­seux. Mais mon per­son­nage dé­tecte ce quelque chose qui ne va pas chez lui. Elle le prend sous son aile, et il chan­ge­ra de fa­mille grâce à elle, et pour le mieux. Elle est em­pa­thique, fine psy­cho­logue, mais aus­si une femme ferme, puis­qu’elle doit al­ler à l’en­contre du pou­voir pa­triar­cal des an­nées 1970. Elle dé­fie­ra les au­to­ri­tés pour prendre soin d’Oli­vier.»

Voit-on trop de re­li­gieuses sé­vères à l’écran?

«On parle sou­vent des re­li­gieux liés à l’époque de la “grande noir­ceur” de Du­ples­sis. On a beau­coup abor­dé les drames et les agres­sions, mais il y avait quand même beau­coup de re­li­gieuses qui avaient la vo­ca­tion d’ai­der les autres. Elles ont contri­bué am­ple­ment à la so­cié­té. La sé­rie don­ne­ra un autre point de vue aux gens sur la re­li­gion de cette époque.»

Comment était-ce de par­ta­ger la ré­plique avec An­tho­ny Bou­chard, l’in­ter­prète d’Oli­vier lors­qu’il est jeune?

«Ce pe­tit est phé­no­mé­nal et très doué. Il peut être tur­bu­lent, mais dès que la ma­chine part, il est im­mé­dia­te­ment dans son per­son­nage. Et il joue vrai. Il pour­rait même don­ner un cours de théâtre de­vant une classe.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.